Accueil > Critiques > 2011

Cant - Dreams Come True

jeudi 27 octobre 2011, par Marc

Un pas de côté


Il arrive qu’on veuille faire durer le suspense, qu’on lâche une information importante en toute fin de critique, comme pour parachever une démonstration. Je n’userai pas de cet artifice ici. Parce qu’une des raisons qui m’ont poussé à me procurer cet album est que Cant cache Chris Taylor, bassiste et producteur de Grizzly Bear. Sachant ce dont les membres de cette nouvelle institution sont capables hors de leur base (formidable album de Department Of Eagles), et apprenant que le garçon a produit Dirty Projectors ou Twin Shadow la curiosité est forcément grande.

Cet album risque plus de plaire aux esprits aventureux qui ont réussi l’immersion dans la récente vague chillwave qu’aux amateurs de folk roots (dont on ne retrouve aucune trace ici, même en cherchant bien). Ce sont des beats qui nous accueillent, et on accepte l’offrande avec plaisir, on est plus proche de Yeasayer ou de ces bidouilleurs-là que de la musique stellaire des grizzlys. Chis Taylor n’est pas le chanteur principal de Grizzly Bear, ce qui différencie plus clairement encore cet album qui fait l’impasse totale sur les harmonies vocales ensoleillées.

Qu’a-t-il mis à la place ? D’excellentes ambiances (Rises Silent), lancinantes et poisseuses à souhait (Believe). Emporté par son élan, il peut même ajouter des synthés langoureux qu’on n’attendait peut-être pas là, qu’honnêtement on aurait espéré éviter (The Edge). Impeccablement mis en son et un peu foisonnant, c’est l’album complexe qu’on aurait plutôt attendu d’Apparat, qui préfère utiliser son savoir-faire de façon plus rêveuse, ou alors d’un Tv On The Radio passé au côté obscur pour cette nouvelle incursion de l’émotion dans la froideur (Answer). Cette émotion monte graduellement, pouvant commencer par une complainte minimaliste et évoluer en un lancinant exercice (She Found a Way Out) ou tenter l’accélération (Bang). A l’opposé, il n’hésite pas à risquer une incursion dans le côté aride et rude de l’electro (Dreams Come True). Comme toute musique un peu aventureuse, la liberté peut ne pas aboutir, mais l’auditeur n’est pas laissé sur le bord du chemin.

Un projet parallèle d’un membre d’un groupe à succès, c’est parfois un chèque en blanc comme récompense pour service accomplis qui devient un exercice peu gratifiant (Volcano Choir, Flashy Python) mais dans le meilleur des cas, un artiste peut s’aventurer sur son terrain propre, parfois loin de son camp de base et réussir. C’était le cas de Philip Selway de Radiohead par exemple et vous aurez compris que Chris Taylor suit cet exemple. Sa musique ne ressemble en tous cas à aucune autre, et pas du tout à celle de Grizzly Bear. Les grands groupes ont des membres de talent, c’est parfois simple la musique.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Réka (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version (...)

  • JJH Potter - Low tide

    Encore un artiste folk hexagonal et encore un détour qu’il est bon de faire. Ce premier album est publié par #14 records, le refuge du génial The Wooden Wolf, ce qui est évidemment ce qui a attiré notre attention. Une fois attirée, cette attention a été captée par cette voix claire et la limpidité revigorante des morceaux, hantés mais pas trop.
    L’accord des voix sur Lonely Star pourrait être une version (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk (...)