Accueil > Critiques > 2011

Camille - Ilo Veyou

jeudi 20 octobre 2011, par Laurent

« Et chausse à ton pied quelques pelotes de nuée... »


J’ai toujours eu un faible pour les folles. C’est plus fort que moi : qu’elle parte dans un délire absurde, ne soit cohérente que dans le non-sens, assume son extravagance en y laissant filtrer quelques rais de son intelligence... pour sûr, je vais craquer. Alors pour moi, dire du mal de Camille relève évidemment de l’impensable. Le coup de foudre remonte aux premiers pas. “Le Sac des Filles”, et déjà cette originalité qui me semblait si rare et si précieuse, d’autant moins comprise par les esprits trop fermés à qui j’avais alors confié mes états d’âme.

Pourtant plus les années passaient et plus il me semblait avoir raison, quand bien même il se serait agi de celles que la raison ignore. Aux yeux d’autres que moi, la folie de Camille Dalmais s’est de plus en plus dessinée comme un orage où zébraient ses éclairs de génie. Gare, cependant : bien vite, la funambule parisienne a pris le risque de rester prisonnière de son propre concept. À vouloir à tout prix se singulariser, comment pourrait-on finalement échapper à l’autocaricature et retrouver son moi profond ?

On ne saura sans doute jamais dans quels sens Camille aurait pu retourner ce problème, mais l’essentiel n’est pas là : en revenant avec un disque à prédominance acoustique, mettant encore une fois la voix en avant mais soutenue par un ensemble à cordes souvent jouées en pizzicato, la chanteuse réapparaît à nouveau là où ne l’attendait pas. Je craignais tant et tant d’être déçu par ce quatrième album qu’à l’instar des cordes, il m’a fallu me pincer pour être sûr de retomber amoureux pour les bonnes raisons.

L’album s’ouvre et se referme sur deux titres a cappella ; en son sein, on retrouve également ce principe d’économie sur Pleasure ou Bubble Lady. Seule en scène, la voix s’affirme plus que jamais comme l’instrument privilégié d’une artiste qui a fait de la mise à nu son credo presque impudique, et le plus sûr gage de sa musicalité hors normes. C’est cependant le deuxième morceau, L’Étourderie, qui donne le vrai ton d’“Ilo Veyou”, sa couleur musicale. Épuré, comme purgé d’une angoisse de la normalité soudain devenue désuète, “Ilo Veyou” gagne ses galons d’album mature.

Bien se garder toutefois des conclusions trop hâtives : jamais à l’abri d’une petite crise, Camille peut encore partir en sucette, comme sur la parodie d’opérette qui forme le pitch de La France, pas si éloignée des occasionnels délires d’une Claire Diterzi. Là ou sur la plage titulaire, par exemple, les vocalises de la saltimbanque apporteront bien assez d’eau au moulin de ses détracteurs. Il n’empêche que si Camille continuera d’agacer pour les mêmes raisons, “Ilo Veyou” est loin d’être la photocopie de ses précédents exploits... à l’exception de My Man Is Married But Not to Me, seul titre co-écrit avec le vieux complice Majiker et qui ressemble, du coup, à une chute de “Music Hole”.

Allez Allez Allez, pour sa part, œuvre dans le style sauvageon d’Emily Loizeau mais en y greffant une loufoquerie particulièrement délectable. C’est une des nombreuses réussites de l’album, au même titre qu’un Mars Is No Fun qui montre que Camille a retenu les meilleures leçons de ses connivences avec Olivier Libaux. Mais les plus belles émotions naissent de ces chansons en suspension dans l’éther, à peine soulevées par une guitare vagabonde et transcendées, encore et toujours, par une voix en forme d’arc à mille cordes : Wet Boy, Le Banquet, mais surtout Le Berger flottent ainsi sur ce vertigineux territoire où Camille a déjà posé ses pieds chaussés de nuages.

Et puis il y a She Was, probablement la chose la plus intense qu’elle ait jamais enregistrée, et qui n’a rien à envier même aux plus transparents cristaux de Beth Gibbons. Libérée de tous ses tics, renouant avec une identité essentielle qui a oublié de se chercher, Camille y est absolument bouleversante. ; c’est pour ce genre de moment qu’on est prêt à suivre une artiste jusqu’au bout du monde. « J’ai tout dit, tout dit, tout dit », nous susurre-t-elle avant de se taire, comme le bruit de la pluie dans les arbres. Pourvu qu’elle en dise encore… Camille, Jeta Ime.


Répondre à cet article

3 Messages

  • Camille - Ilo Veyou 25 octobre 2011 13:02, par Damien

    Hello ! J’ai cherché un lien "contact" que je n’ai pas trouvé sur la page d’accueil, je me permets donc de squatter les commentaires sur cet album.Il se trouve que j’en ai moi-même fait une chronique sur mon blog à moi, qui ne ressemble pas forcément au vôtre hormis le fait qu’il ait le même but. J’ai parcouru rapidement vos liens, c’est du beau taff ! J’vous laisse un lien où vous pourrez trouver comment me contacter, j’aurais qqs questions à vous poser, par curiosité et autre :) http://lefil.skynetblogs.be/archive/2011/10/24/camille-ilo-veyou.html
    Bonne fin de journée comme on dit !
    Damien.

    repondre message

    • Camille - Ilo Veyou 27 octobre 2011 10:35, par Fred

      Salut,
      le plus simple pour nous contacter, c’est de choisir ton rédacteur favori, de cliquer sur son nom et, magie, tu retrouves ses derniers articles ainsi qu’un formulaire pour le contacter (bon, je te l’accorde la mise en page n’est pas top...).

      Bonjour chez vous.

      repondre message

  • Camille en concert ! 24 janvier 2014 15:46, par Théâtre de Belleville

    Camille en concert au Théâtre de belleville !
    le 6 février

    Voir en ligne : Concert, Camille

    repondre message

  • Auren – Il s’est passé quelque chose

    Il y a des albums qui donnent envie d’en savoir plus. Alors on cherche longtemps pourquoi on aime ça et on ne trouve pas vraiment. Reste cette évidence, Auren nous fait une très belle proposition de pop en français et on se contentera de ça. Apprécier est mieux que comprendre après tout.
    C’est via ce duo avec Jeanne Cherhal (c’est en-dessous) qu’on avait eu vent de cet album et on le retrouve avec (...)

  • Bird Voices - Mirage

    Si le hip-hop est hégémonique, ce n’est pas la seule voie pour mêler écriture et musique comme le confirme brillamment le duo de Montpellier sur son premier album. Ce qu’on peut dire tout de suite est qu’on apprécie cette poésie naturaliste. Il est toujours difficile de dire précisément pourquoi. C’est entièrement au premier degré mais jamais sentencieux et musicalement, ces vignettes se distinguent (...)

  • Nicolas Jules – Carnaval Sauvage

    On vous voit, ceux qui forcent leur originalité, les as du marketing, ceux qui copient en moins bien. Et Nicolas Jules n’est pas dans votre camp. On lui donnait par boutade rendez-vous à cette année en parlant du très bon Yéti et il a tenu parole. Si on avait tout de suite apprécié les deux albums précédents, celui-ci marque encore plus sa singularité et se présente comme plus qu’une confirmation. (...)

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que (...)