Accueil > Critiques > 2011

Jean-Louis Murat - Grand Lièvre

mardi 1er novembre 2011, par Marc

Et de mille


Pour le millième article que je publie sur ce site, il était important qu’on parle d’un artiste pour la dixième fois (plus un concert). Statistiquement, 1% de mes articles sont donc consacrés à Jean-Louis Murat, ne venez pas me parler de favoritisme. A part l’implacable loi des chiffres, il faut bien avouer que l’Auvergnat a une place bien particulière dans la chanson française et dans nos cœurs. Identifiable après trois secondes de n’importe quelle introduction de n’importe laquelle de ses chansons, il poursuit son chemin, il trace son sillon, observateur de notre époque sans avoir l’air d’y toucher, touchant à l’universalité à coups de métaphores obscures délivrées avec un aplomb qui les rend étonnamment légères. Parfois, rien qu’en lisant les titres on sait à qui on a affaire. Qui d’autre peut appeler ses morceaux Il Faut Vendre Les Prés ou Sans Pitié Pour Le Cheval ?

Murat, on adhère donc ou pas. Et je peux dire que je n’ai pas subi d’effet Tefal, et que l’impression de reprendre une conversation avec un ami est toujours prégnante. Il est donc facile pour l’amateur de rentrer par la lippe boudeuse de Qu’est-Ce Que Ca Veut Dire, d’apprécier d’une traite cet album, malgré quelques moments qui m’ont laissé perplexe (Alexandrie). Si vous êtes venus chercher ce qui fait la singularité de cet album, je pourrai vous dire que les colorations plus folk ou électrique ne sont plus mises en avant, ce qui rend cet album plus lisse et plus léché malgré un enregistrement qui a été présenté comme rapide (10 jours).

Les amateurs d’analyse littérale et d’exégèse seront comme d’habitude de la revue, parce que Murat se prend en entier, et les textes recèlent des sources d’étonnement qui paradoxalement perdent à s’expliquer. Ensuite, il y a chez lui cet aspect universaliste, qui mine de rien peut partir du particulier (Il Faut Vendre Les Prés) pour toucher une cible bien plus large. Ainsi des thèmes aussi peu poétiques que le cyclisme se parent d’une certaine grâce. Le Champion Espagnol, c’est théoriquement Frederico Bahamontes, mais bon, ça marche aussi pour Delgado ou Contador. C’est pour moi le meilleur morceau avec les touchantes Lettres De La Pampa.

Avant le très bon Le Cours Ordinaire des Choses, il y avait eu le moyen Tristan. On sait donc que si celui-ci ne nous fait pas complètement fondre, il y en aura bien d’autres pour nous ragaillardir plus tard. Au contraire de ce Tristan d’ailleurs, celui-ci est plus riche musicalement, et il semble ne pas revenir (pour l’instant) vers une veine plus acoustique. Il a ralenti le rythme (à son échelle, ça veut dire un album tous les deux ans). L’esprit critique, sollicité contre son gré, arrivera tout de même à me lâcher que ce dernier album n’est pas un jalon dans l’abondante discographie du bonhomme. Mon habitude viendra lui rétorquer que ce n’est pas ce qu’on attend de lui, que cet album garde les qualités de mélodie et de mystère, et qu’on est prêt, avec lui. A ‘Risquer le tout/Aimer toujours.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Auren – Il s’est passé quelque chose

    Il y a des albums qui donnent envie d’en savoir plus. Alors on cherche longtemps pourquoi on aime ça et on ne trouve pas vraiment. Reste cette évidence, Auren nous fait une très belle proposition de pop en français et on se contentera de ça. Apprécier est mieux que comprendre après tout.
    C’est via ce duo avec Jeanne Cherhal (c’est en-dessous) qu’on avait eu vent de cet album et on le retrouve avec (...)

  • Bird Voices - Mirage

    Si le hip-hop est hégémonique, ce n’est pas la seule voie pour mêler écriture et musique comme le confirme brillamment le duo de Montpellier sur son premier album. Ce qu’on peut dire tout de suite est qu’on apprécie cette poésie naturaliste. Il est toujours difficile de dire précisément pourquoi. C’est entièrement au premier degré mais jamais sentencieux et musicalement, ces vignettes se distinguent (...)

  • Nicolas Jules – Carnaval Sauvage

    On vous voit, ceux qui forcent leur originalité, les as du marketing, ceux qui copient en moins bien. Et Nicolas Jules n’est pas dans votre camp. On lui donnait par boutade rendez-vous à cette année en parlant du très bon Yéti et il a tenu parole. Si on avait tout de suite apprécié les deux albums précédents, celui-ci marque encore plus sa singularité et se présente comme plus qu’une confirmation. (...)

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que (...)