Accueil > Musique > 2011 > Dum Dum Girls - Only in Dreams

Dum Dum Girls - Only in Dreams

jeudi 13 octobre 2011, par Laurent

Critique dialectique (le retour)


Ce texte fait suite (et probablement fin)
à un précédent dialogue imaginaire paru il y a un an.


– Tiens, salut. Ça fait longtemps, dis donc.

– Bof, pas tellement. C’était l’année passée, tu te souviens ? On avait discuté du cas Best Coast, je crois.

– Pfiouuuu... un an seulement ? J’ai l’impression que ça fait une éternité, moi, qu’on s’emballait pour cette vague de combos rétro-pop agrémentés à la sauce garage.

– Bah, ça reste plus ou moins d’actualité : t’as vu que les Drums ont sorti leur deuxième album “Portamento” ?

– Ben oui : dans une indifférence quasi générale, alors qu’il vaut vachement mieux que leur premier essai surfait. C’est plus élaboré, plus dense, même si ça casse toujours pas trois pattes à un canard.

– Ouais, c’est pas de la trempe de Best Coast, évidemment.

– Mais arrête avec Best Coast ! Honnêtement, le groupe qui domine les débats dans cette catégorie, ça reste quand même les Dum Dum Girls.

– Ouais, clair. Eux aussi n’ont pas chômé : ils n’ont pas attendu la chute des neiges pour sortir leur deuxième plaque, “Only in Dreams”. Plutôt classe.

– Ben oui, j’ai écouté. Même remarque que pour les Drums : c’est devenu plus fouillé, ils ont allongé la sauce. Et les morceaux aussi, par la même occasion : avant ils te bouclaient leurs dix titres en moins d’une demi-heure, maintenant on la dépasse allègrement.

– C’est un indice comme un autre. Pourtant la première plage ne déstabilise pas vraiment. C’est carré, direct, et plutôt acidulé.

– Peut-être, mais dès Bedroom Eyes on sent qu’ils ont renversé tout le pot de sucre.

– Hé ho, ils font pas dans la mièvrerie non plus...

– Nan, mais bon, le côté garage sonne plus comme une caution de crédibilité qu’autre chose. Dans le fond, l’influence des groupes de filles sixties a définitivement pris le dessus. Écoute In My Head, par exemple : les paroles adolescentes avec des ‘fuck’ ajoutés pour faire rebelle, la rythmique en trois temps, les chœurs... pour le même prix, tu faisais reprendre le répertoire des Shirelles par une signature 4AD à l’âge d’or et t’aurais eu la même chose à l’arrivée.

– Là, t’es dur.

– Allez, déconne pas : Heartbeat Take It Away, Caught in One,... même combat.

– Je reconnais que t’as pas tout à fait tort. C’est vrai que la première moitié du disque se débat un peu contre ses références. Mais la deuxième partie, franchement, elle a du répondant.

– Je sais pas, je crois que j’ai arrêté d’écouter avant.

– Menteur ! T’as pas pu passer à côté de Coming Down : 6’30 de crève-cœur où Dee-Dee Penny fait sa Chrissie Hynde. Ce genre d’intensité, c’est pas du chiqué, pas un truc d’ersatz !

– Allez, j’avoue : j’ai pas pu réprimer un frisson, en effet. Et j’aime bien aussi Wasted Away, c’est pétillant comme un vieux Belly, ça m’a rappelé de bons souvenirs. Ce refrain musical complètement nineties, je dois dire que c’est craquant.

– Et puis dans le genre rétro, Teardrops on My Pillow a un côté moins stéréotypé, non ?

– Faut le voir chez soi.

– Mais oui, il y a une énergie mélancolique qui n’est vraiment pas surfaite, pour le coup. Et le morceau de clôture, là, Hold Your Hand...

– Pffff... encore un titre à la “Happy Days” !

– Ouais, soit... mais la chanson tient la route, quoi. Encore un petit gimmick irrésistible à la six-cordes, et une mélodie qui sent pas la pâté, non plus !

– Non, juste le sapin.

– Oh, tu m’énerves, t’es de mauvaise foi. Les Dum Dum Girls n’ont peut-être pas pondu un chef-d’œuvre définitif, et c’est sûr qu’elles surfent sur un courant qui va pas tarder à faire long feu, mais il y a quelques pépites quand même.

– Ça, je dis pas, ça sort du lot. Mais pour ressortir un bon vieux cliché, ils ont perdu en spontanéité ce qu’ils ont gagné en profondeur. En fait, je me demande si ce genre de groupe est destiné à durer au-delà du premier album ?

– Bonne question. N’empêche, ça reste agréable pour la saison.

– Oui. Mais pas sûr que ça passe l’hiver.

– Si c’est toi qui le dis...

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

2 Messages

  • Dum Dum Girls - Only in Dreams 15 octobre 2011 15:54, par boum

    Ah la vache
    Quelle soupe comparée au premier album.
    Bien d’accord, tombées dans le mainstream plus aucune spontanéité...
    Où sont les dum qui m’ont défiguré les tympans avec it only takes one night... changement de concept casse gueule artistiquement parlant. Au fait, je ne sais pas si elles ont un nouveau producteur mais il va falloir lui dire bye bye

    repondre message

    • Dum Dum Girls - Only in Dreams 4 novembre 2011 16:40, par Dirty Henry

      Hmm, je dois dire que je suis complètement pas d’accord avec ça.
      Pour moi, le 2nd album perd en spontanéité, mais gagne en consistance. Je pensais que les Dum Dum Girls seraient le groupe d’un seul album, mais Only In Dreams est selon moi le signe que l’on devra compter sur ce groupe pour plusieurs années.

      On sent vraiment l’influence à la production du mec des Raveonettes, et c’est plutôt positif à mes yeux oreilles.

      Je détailles mes pensées ici : http://www.deadrooster.org/Dum-Dum-Girls-Only-In-Dreams

      Voir en ligne : http://deadrooster.org

      repondre message

  • Baby Fire - No Fear

    Au Feu !
    Parmi les gens qui ont mon respect indéfectible, je compte ceux qui ont le courage de lancer des structures, des labels pour que des artistes aient la chance de trouver leur public. Dans les cas de proximité, citons, parce que c’est bon, Jaune Orange, Depôt 214, Spank Me More ou Cheap Satanism. Quand une production de ces derniers arrive sur la platine, on se doute que ça ne sera pas mièvre et ronronnant.
    De mièvre il ne sera pas question puisque le rock abrasif et nerveux du duo (...)

  • The Go ! Team - Rolling Blackouts

    Tonique
    On nous bassine souvent avec les propriétés stupéfiantes des diverses boissons énergétiques inondant le marché, héritières légitimes des potions et autres élixirs que les charlatans ambulants, depuis leur roulotte convertie en podium, vendaient par caisses entières dans le vieux far west. Les bonimenteurs d’aujourd’hui, à grands renforts de promotions télévisées, voudraient à leur tour nous refourguer le dernier remède miracle pour retrouver la jouvence ou à tout le moins, si possible, nous (...)

  • The Eighties Matchbox B-Line Disaster -Blood & Fire

    Mission from God
    Formé en 1999 et originaire de Brighton, The eighties Matchbox B-Line Disaster pratique un style qualifié de psychobilly, une sorte de heavy rockabilly d’allumé total. Après deux LP sortis en 2002 et 2004 (l’excellent “Horse of the dog” et le magnifique “The royal society”), le groupe mené par le chanteur Guy Mcknight perd sa maison de disque et reste dans un silence total pendant trois ans avant de sortir un EP bricolé avec les moyens du bord et sans maison de disque (In the (...)

  • Darwin Deez - Darwin Deez

    Sans arguments
    Méfiez-vous de ce type. Ils ne sont pas si nombreux, les gens qui arrivent à trouver ainsi l’alchimie, la formule magique. Je ressasse à longueur d’articles cette rengaine : quand on a peu de moyens, il faut avoir des idées. C’est valable dans toutes les formes d’art, et à plus forte raison les arts mineurs. Dans les annales pop et rock, il n’y a plus assez de papier recyclé pour recenser les copycats, parodistes d’autrui ou d’eux-mêmes, qui se sont faits maîtres de la poudre aux yeux, (...)