Accueil > Musique > 2011 > Class Actress - Rapprocher

Class Actress - Rapprocher

mardi 18 octobre 2011, par Laurent

Balises


Alors que dEUS chante actuellement “Keep You Close” sur les podia européens, Class Actress cherche à son tour à nous “Rapprocher”. Avec, pour être clair, des arguments radicalement différents, puisque la sensation du jour surfe allègrement sur la vague du revivalisme synth-pop. Posons dès lors la question : lorsque le dernier pan d’écume sera venu lécher le sable, que restera-t-il de cette nostalgie des années 80 mi-glauques mi-glamours ? Au final, on n’aura jamais tant apprécié ce mimétisme sur la longueur que lorsqu’il met le plaisir au centre des débats. Et les disques vers lesquels on risque de revenir encore longtemps avec le même enthousiasme sont signés Robyn ou Ladyhawke, quand on ne goûte déjà plus que modérément aux Soft Metals et autres Chew Lips.

Autre positionnement philosophique : faut-il critiquer une œuvre d’art pour les sensations qu’elle est à même procurer dans le cadre d’une expérience quasi-immédiate, ou prospecter quant à sa postérité ? Avec le temps, il me semble de plus en plus envisager mes critères esthétiques dans cette dernière perspective. Mais alors, chroniquer l’album de Class Actress pourrait s’apparenter à une pure et simple perte de temps. Rien, en effet, ne permet de penser que l’on consomme ici un produit non périssable. Tout a déjà entendu, depuis les synthés vintage – maniés avec beaucoup de savoir-faire au demeurant – jusqu’aux basses post-punk jouées comme des cordes à linge, en passant par la voix splendide d’Elizabeth Harper.

Quand le trio quitte sa zone de confort électro-pop pour regarder vers certaines zones d’ombre new wave (Bienvenue, Prove Me Wrong), il rappelle avec bonheur les délicieux Chairlift et confirme que ces derniers nous manquent. Mais en dépit de ces rares détours, Class Actress suit une route toute tracée, assurément plaisante mais définitivement trop balisée par sa panoplie du parfait hipster de Brooklyn. La puce à l’oreille, au départ, c’était ce Keep You judicieusement placé en ouverture. Single parfait, comme cette catégorie d’artistes devrait peut-être se contenter d’en faire à défaut de pouvoir multiplier ses attraits. Car comme chez bon nombre de one-hit wonders, les titres qui suivent ressemblent souvent à des ersatz du tube providentiel.

Alors, perd-on son temps à défendre ce qu’il y a à défendre chez ces sympathiques artisans du Casio revisité sur Protools ? À vous de me dire si la lecture de ces quelques lignes a saboté votre agenda... Si toutefois l’un ou l’autre des noms précités vous a un tant soit peu titillé(e), sachez en tout cas que vous risquez bien de retrouver chez Class Actress ce qui vous a plu ailleurs. Difficile sans doute d’y trouver matière à une demi-heure d’extase, mais l’écoute répétée de Keep You ou All the Saints devrait contribuer à embellir votre journée. Par contre, à moins d’avoir oublié une casserole sur le feu ou d’entendre des bruits dans le hall, vous n’avez aucune bonne raison de vous lever la nuit.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

1 Message

  • Florent Brack - Faces

    On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières saisons de The Voice Belgique que Florent a visiblement remporté en 2015. Ne pas savoir ce genre de choses (...)

  • Part-Time Friends - Weddings and Funerals

    Non, ce n’est jamais la qualité moyenne d’un album pop qui frappe (sauf si elle est exceptionnellement élevée), on revient toujours sur un album pour les morceaux qui nous ont marqués, surtout en matière de musique pop. Même Si fait partie de ces morceaux immédiatement sympathiques, catchy en diable et confirme aussi une tendance très actuelle de mêler titres en français et en anglais, comme s’il fallait pratiquer la langue de Tatcher pour maintenir le cap pop. S’ils revendiquent que leurs influences (...)

  • Isaac Delusion - Uplifters

    C’est la basse qui tient l’avant-scène de Fancy, qui lance cet album et cette pop tristoune comme on l’aime fonctionne en plein. Elle a aussi le mérite d’énoncer clairement les intentions de l’album puisqu’on dénote un virage plus synthétique pour la formation française, plus solaire aussi sans doute.
    Ce qui nous vaut un album moins éclectique que par le passé mais pas uniforme pour autant. Leurs nouvelles aspirations pouvant ainsi s’incarner sur le plus sautillant sur Disorder qui repose comme presque (...)

  • Say Lou Lou - Immortelle

    On avait déjà été séduits par la pop sucrée mais pas trop du duo. Les jumelles Miranda et Elektra Kilbey sont les filles de Steve Kilbey (de The Church) et de la musicienne suédoise Karin Jansson. The Church, d’ailleurs, est surtout connu pour Under The Milky Way, composé par les deux parents. On retrouve sur ce court album une version trop enrobée qui n’a pas la beauté de l’original. On reste bien en famille donc.
    Fort logiquement, leur physique de publicité de mode leur a valu de tourner dans les (...)