Accueil > Musique > 2011 > Yann Tiersen - Skyline

Yann Tiersen - Skyline

jeudi 1er décembre 2011, par Marc

Pourquoi des voix ?


La dernière fois qu’on avait entendu parler de Yann Tiersen, c’était pour un disque qui tirait franchement vers le post-rock ténébreux avec un succès certain. C’était il y a moins d’un an. On peut dire que s’il travaille par cycles, celui-ci peut clairement être associé à Dust Lane. Il a passé beaucoup de temps à essayer de se défaire de l’étiquette d’Amélie Poulain, et maintenant que le malentendu (ou prétendu tel, cette BO reflétant bien ce qu’il faisait auparavant), il peut se jour à sa façon des poncifs post-rock. Mais il n’en abuse pas, ne voulant pas rendre la démarche systématique, et réussit d’emblée à rendre le premier morceau intense qui reste ce que j’ai préféré sur ce Skyline.

Sujet largement abordé, la pertinence d’ajouter des voix à des morceaux qui n’ont rien demandé (Hesitation Wound) est encore posée. Pour prendre moins de pincettes, ce gadget commence à carrément irriter. Surtout que certains albums de Tiersen se distinguaient par des collaborations de chanteur de tout premier plan. Citons Dominique A, Stuart Staples, Lisa Germano, Miossec, Elisabeth Frazer, Shannon Wright ou Neil Hannon. Tout l’inverse du remplissage donc, et le résultat aurait été autre que la scie I’m Gonna Leave Anyhow. Mais il ne faut pas sombrer dans la caricature, ces voix peuvent mieux se fondre dans le décor (Monuments) ou mieux passer la rampe tout simplement parce que le morceau est plus intense (The Gutter). D’une manière générale, on préfère qu’elles constituent un appui, pas un hypothétique point d’accroche. Notez qu’il tente et réussit le mélange entre son ancienne façon (une relecture personnelle de la musique traditionnelle) et sa nouvelle (une relecture traditionnelle du post-rock) sur Forgive Me.

Ajouter des voix à un morceau instrumental ne suffira jamais à en faire une chanson. Etrange de devoir dégainer ça à propos d’un musicien aussi aguerri et talentueux que Yann Tiersen. Mais ce petit mouvement d’humeur ne doit pas faire oublier l’essentiel, c’est-à-dire que l’interprétation des poncifs du post-rock par le finistérien garde toute sa pertinence. Pour ceux qui n’auraient pas encore découvert cette facette de Yann Tiesen, il convient peut-être de commencer par le plus consistant Dust Lane.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • Yann Tiersen - Skyline 1er décembre 2011 16:03, par le cousin de la reine de trêfle

    Je ne connais pas encore Skyline, j’avais aimé Dust Lane ...

    Je reviens brièvement sur les références à Amélie Poulain, qu’on se doit semble-t-il de rejeter en bloc, film et musique compris ...

    J’ai pour ma part tellement apprécié Amélie, sa grâce et sa douce folie !

    repondre message

    • Yann Tiersen - Skyline 1er décembre 2011 16:52, par Marc

      Je serais curieux d’avoir ton avis sur ce dernier album.

      En fait, c’est Yann Tiersen qui a essayé de ne pas être vu que comme l’homme d’une BO, et qui essaie parfois de s’en éloigner le plus possible. Si j’avais apprécié le film à l’époque (dix ans déjà...), c’est parce que certains de ces morceaux m’étaient connus. Mais je comprends sa frustration d’être perçu seulement partiellement par une grande partie du public, alors que son album sorti en même temps que le film (L’Absente) était meilleur et est passé inaperçu.

      repondre message

  • Yann Tiersen - Skyline 7 décembre 2011 12:27, par Edgar

    Bonjour,

    fan de l’ami Tiersen depuis bien longtemps (avant Amélie Poulain qui reste pour moi un des plus beaux films jamais vus en grande partie grâce à la musique de Tiersen), j’ai un peu décroché de ses dernières productions. Je découvre même ici qu’il a sorti un nouvel album que je vais m’empresser d’aller découvrir.

    Christophe alias Edgar

    Voir en ligne : http://edgarsmiouzik.wordpress.com

    repondre message

  • Yann Tiersen - Skyline 13 décembre 2011 12:20, par Edgar

    Bonjour,

    Et bien voilà, je me suis frotté au nouvel opus de Yann Tiersen et je dois dire que, passé l’étonnement du virage musical qu’il a emprunté (je n’avais jeté qu’une oreille peu attentive à ces précédents albums), j’ai pris un pied énorme à écouter cette musique rock et noisy comme j’aime. Tiersen arrive à mêler des mélodies planantes et légères avec une musique intense et expérimentale. Bravo mister Yann, je vais de ce pas écouter "Dust Lane" que beaucoup semble dire bien meilleur encore que ce "Skyline", ça promet !!!

    Merci de m’avoir ré-aiguiller vers cet artiste unique.

    Christophe alias Edgar

    Voir en ligne : http://edgarsmiouzik.wordpress.com/

    repondre message

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)