Accueil > Critiques > 2011

The Decemberists - Long Live The King

lundi 14 novembre 2011, par marc

Longue vie aux Decemberists


Un peu plus tôt dans l’année, The Decemberists avaient signé un retour en grâce après un album à la prétention progressive qui (m’)avait moins plu. De façon logique ce Long Live The King prolonge The King Is Dead et apporte à l’amateur une livraison de morceaux plus acoustiques enregistrés pendant les sessions qui ont donné lieu à l’album.

Dans ses meilleurs moments, la bande de Colin Melloy présente toujours une écriture d’une limpidité marquante, et on le constate d’emblée avec E. Watson (un hommage à l’actrice d’Harry Potter ? ou à celle de Breaking The Waves ?), meilleur morceau placé en tête de gondole. Mais ils arrivent sur cet EP à montrer qu’ils sont tout de même un groupe capable de sortir du carcan des hymnes ruraux pour entamer les circonvolutions d’un Burying Davy. Ce morceau plus épais montre que ceci n’est pas un recueil d’épluchures de sessions. I 4 U and U 4 Me est livré ici dans une version démo fatalement plus dépouillée mais qui est clairement plus qu’une maquette. Un exemple à diffuser.

Il faut comme souvent surmonter ses réticences à la slide guitar mais les interventions de cet instrument sont vraiment limitées ici. Il y a même des cuivres sur Sonnet mais ce n’est pas suffisant pour la faire sonner honky tonk. Pour l’anecdote, Row Jimmy est une reprise de Grateful Dead. En l’état, ce n’est pas ce qu’on peut entendre de plus renversant sur cet EP.

The Decemberists se sont sans doute dit qu’on reprendrait bien un petit supplément à l’album The King Is Dead. Ils n’ont pas eu tort même si cet EP semble plus disparate que l’album qu’on recommande. Un petit coupe-faim d’un groupe copieux plutôt qu’un banquet en bonne et due forme donc.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)