Accueil > Critiques > 2011

Coeur De Pirate - Blonde

vendredi 18 novembre 2011, par Marc

Danse et danse


Le phénomène est rare et précieux. On découvre un artiste au gré d’une lecture habituelle (The Man Of Rennes) et puis on sent tout de suite qu’on est dans les prémices d’un succès garanti, qu’il y a de la place pour cette personnalité-là. Alors on va vérifier en concert le bien qu’on en pense, en étant conscient qu’on se situe à l’exact moment de basculement de notre univers musical intime vers une diffusion plus large largement méritée mais qui aussi renvoie un peu de nostalgie. Découvrir le premier album de Cœur de Pirate avant sa sortie européenne, c’était ça. Depuis, on l’a entendue partout, on a donné parfois notre avis, on ne s’est pas renié, certes, mais, habitués qu’on est à écouter ce que peu de gens ne connaissent, rompu à l’exercice de l’embarras de répondre à une question comme « et toi, t’écoutes quoi ? », Béatrice Martin nous a mis dans une situation inhabituelle.

Un second album amène toujours une pointe d’appréhension. Le premier album semblait tellement bâti sur cet enthousiasme juvénile qui s’exprimait paradoxalement dans une noirceur mal cachée qu’il semblait difficile de rééditer la performance, encore compliquée par la conjonction de la jeunesse (elle n’a que 22 ans) et de la célébrité. Les mêmes angles de vue des photos de pochettes permettent d’ailleurs de comparer plus frontalement un contre-jour un peu négligé et une image retouchée à l’extrême et rehaussée de motifs géométriques qui font craindre le formatage.

Il fallait planter le décor, mais Béatrice a vite fait de balayer les appréhensions. Si le faiblard Voilà Les Anges avait déçu, le single annonciateur Adieu nous avait mis dans de bien meilleures dispositions. On le découvre d’ailleurs bien vite sur cet album, tout de suite après la très dispensable et un brin énervante chorale qui ouvre le bal.

La production a été en partie réalisée par Howard Bilerman, qui fait partie de la classe mondiale. On ne résiste pas au plaisir de la petite liste de noms qu’il a produits, pour la simple évocation d’artistes (majoritairement canadiens) qu’on apprécie particulièrement : Arcade Fire (la batterie de Funeral, c’est en partie lui…), Wolf parade, Godspeed You Black Emperor, Silver Mt Zion, Vic Chestnutt, The Dears, Bell Orchestre, ou Basia Bulat. Cette présence n’est pas pourtant pas écrasante, et ils ont choisi de teinter cet album de colorations pop sixties, ce qui correspond bien aux inclinations mutines de la voix de Béatrice Martin et avait déjà été tenté avec succès sur le premier album (Pour un Infidèle, ce genre). L’emploi systématique d’un style plus pop rend cet album moins intime que le premier, mais si Golden Baby, Verseau ou Ava ne sont pas renversants, ils se fondent dans le décor sans problème.

Cette coloration permet au charme d’opérer encore, et laisse pas mal de ses qualités s’exprimer. Un sens mélodique toujours acéré (Les Amours Dévouées, La Petite Mort) par exemple, et une concision qui ne permet aucun temps mort, aucune digression inutile. Lors de son premier passage en notre petit royaume il y a deux ans et demi, on avait déjà eu droit à Place De La République et on avait beaucoup aimé ça. Se morceau reste dans un registre piano-voix qu’on avait tant aimé (et bien moins présent ici) mais prend de l’ampleur sans devenir trop pompier ou ampoulé. Une vraie grande réussite.

Il y a de la place pour elle dans la chanson française, parce que finalement, il n’y a pas beaucoup d’artistes qui croquent avec talent et simplicité des sentiments finalement très universels sans surjouer la lolita ou la torturée On peut simplement se demander comment on peut avoir connu autant de ruptures à 22 ans ? Comment être déjà imprégnée des sentiments d’inéluctable, de ‘trop tard’ ? Cette matière est de toute façon inépuisable et on capte les piques de Tu dis que ‘I’m the only one’/C’est ça, prends moi pour une conne dans Danse et Danse.

Cœur de Pirate en 2009, c’était une chanteuse venue de nulle part, ou plutôt de contrées dont j’ai toujours préféré les représentants anglophones. Deux ans et demi plus tard, c’est une artiste sure de ses talents et de ses moyens qui nous revient. En réussissant à donner une coloration différente sans se renier, Coeur de Pirate nous prévient qu’on ne se débarrassera pas d’elle comme ça. Ca tombe bien, Béatrice était déjà une amie.

http://www.myspace.com/coeurdepirate
http://www.coeurdepirate.com

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Coeur De Pirate - Blonde 20 novembre 2011 22:12, par Hervius

    Musicalement rien d’exeptionnel, mais ton ton petit brin de voix en francais me touche suffisamment pour te rejoindre bientôt en concert sur Rouen...

    repondre message

  • Auren – Il s’est passé quelque chose

    Il y a des albums qui donnent envie d’en savoir plus. Alors on cherche longtemps pourquoi on aime ça et on ne trouve pas vraiment. Reste cette évidence, Auren nous fait une très belle proposition de pop en français et on se contentera de ça. Apprécier est mieux que comprendre après tout.
    C’est via ce duo avec Jeanne Cherhal (c’est en-dessous) qu’on avait eu vent de cet album et on le retrouve avec (...)

  • Bird Voices - Mirage

    Si le hip-hop est hégémonique, ce n’est pas la seule voie pour mêler écriture et musique comme le confirme brillamment le duo de Montpellier sur son premier album. Ce qu’on peut dire tout de suite est qu’on apprécie cette poésie naturaliste. Il est toujours difficile de dire précisément pourquoi. C’est entièrement au premier degré mais jamais sentencieux et musicalement, ces vignettes se distinguent (...)

  • Nicolas Jules – Carnaval Sauvage

    On vous voit, ceux qui forcent leur originalité, les as du marketing, ceux qui copient en moins bien. Et Nicolas Jules n’est pas dans votre camp. On lui donnait par boutade rendez-vous à cette année en parlant du très bon Yéti et il a tenu parole. Si on avait tout de suite apprécié les deux albums précédents, celui-ci marque encore plus sa singularité et se présente comme plus qu’une confirmation. (...)

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que (...)