Accueil > Musique > 2011 > Fastlane Candies - Cold Cold Caribbean

Fastlane Candies - Cold Cold Caribbean

mardi 22 novembre 2011, par Marc

Déboulé


« Echauffez-vous, tous les ans j’ai des claquages ».

Cette sentence pleine de bon sens d’un prof de gym (qui est plus comique oralement avec l’accent dinantais) qu’on m’a rapportée semble avoir été appliquée à la lettre par les Fastlane Candies. Ce second EP des Belges du label liégeois Jaune Orange (MLCD et plein d’autres) se présente en effet comme un déboulé, commençant de façon prometteuse, livrant son meilleur et terminant dans un relâchement relatif pour reprendre sa respiration.

Wound Me proposé comme premier single est plaisant, mais n’a pas la carrure de ce qui suivra. Dubai montre l’effet énorme qu’a eu un groupe comme Vampire Weekend pour dérider beaucoup de formations et leur montrer qu’il n’y a pas que le reggae et le ska qui peuvent ensoleiller une musique.

Ces deux moments plus forts sont donc Be Like You et sa façon de faire mieux ce que les autres morceaux font plutôt pas mal. En plus catchy, avec plus de conviction. Je ne sais pas pourquoi Nothing At All (l’autre chouette moment) m’a rappelé certains moments des années ’90. Sans doute parce que je n’ai pas écouté des masses de pop à guitares depuis.

C’est une sentence au lance-pierre, je le sais, mais j’aime bien penser qu’un album pop se juge à l’aune de ses meilleurs morceaux, que l’essence même du genre est de se surpasser le temps d’une chanson. Et quand deux titres sur six passent la surmultipliée, on est content d’avoir effectué le déplacement.

http://www.myspace.com/fastlanecandies

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)