Accueil > Critiques > 2011

Pale Grey - Put Some Colours

mercredi 21 décembre 2011, par marc

De toutes les couleurs


Il y a trois ans déjà qu’on avait croisé le chemin de Pale Grey et noté le nom pour plus tard (c’est une image, si vous croisez un calepin en concert, ce n’est pas le mien) parce que le post-rock servi léger en mode synthétique était plaisant. C’est exactement ça qu’on retrouve sur le premier morceau qui peut donner une fausse impression sur ce qui va suivre. Ce qui a changé entretemps, c’est tout d’abord le line-up, passé de deux à quatre membres. Et puis une fois la porte d’entrée passée, on quitte à la fois la musique instrumentale et on s’éloigne franchement de tout ce qu’on entend de par chez nous (ce duo devenu quatuor vient des Hautes-Fagnes).

La musique pop teintée d’électronique est en effet très représentée dans nos colonnes mais les groupes dont on parle proviennent souvent de contrées plutôt éloignées. On retrouve entres autres de la dream-pop traité sur un mode très léger (Blue), comme si Ride limait ses griffes. La présence occasionnelle de petites guitares aigrelettes les situe quelque part entre Youth Lagoon et Memory Tapes (Red, le redémarrage d’Orange). Quelques petites résurgences ça et là rappellent qu’ils ont un passé presque post-rock.

Vous l’aurez compris facilement, le gimmick est que le nom des morceaux correspond à des couleurs. De plus, ceci est une production du label Jaune Orange. Pourtant, la teinte la plus adaptée est logiquement celle du nom du groupe. Pas parce que c’est terne, mais parce qu’ils ont décidé de ne pas en remettre, de ne pas jouer sur l’esbroufe. A ranger du côté de la musique discrète donc, ce que les références ont déjà dû vous suggérer.

Cette discrétion s’applique même au plus nerveux Black qui n’est pas sans rappeler le Foals du premier album, en moins incandescent et plus synthétique, avec un joli entrelacs de mélodies. Mais des plages de relaxation sont également au programme (Yellow).

Le label liégeois Jaune Orange prouve qu’en sus de quelques locomotives (Hollywood Porn Stars, My Little Cheap Dictaphone , The Experimental Tropic Blues Band), il a en réserve quelques jeunes pousses prometteuses dans des domaines aussi variés que la pop (Fastlane Candies), le folk (Dan San – un des membres joue ici - dont on attend album début 2012) et l’electro-pop via cette formation qui vient de sortir un mini album varié et d’une qualité constante.

http://www.myspace.com/palegreymusic

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Franck Marchal - Maelström Metronomy

    Si les références historiques de la musique synthétique de Franck Marchal sont à aller chercher du côté de John Carpenter, on signale aussi les relectures modernes et enthousiasmantes de Magnetic Rust ou Odyssée.
    Les cordes ne sont pas l’ingrédient privilégie ici, mais le résultat n’est pas sans rappeler des choses comme Ô Lake. Son expérience en tant qu’auteur de musique de film n’est sans doute pas (...)

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Asia – Le Temps d’Aller Mieux (EP)

    A l’époque d’un premier album aux teintes folk en anglais qui nous avait beaucoup plu, quelques morceaux sortis discrètement (ou pas officiellement) avaient ouvert la voie vers la langue maternelle de la jeune Bruxelloise. On en avait brièvement parléd’ailleurs, manifestant une curiosité certaine. Le résultat est maintenant là, et on peut déjà dire qu’il plait aussi.
    Comme souvent, le changement de (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Chaton Laveur - Etat Sauvage

    Parfois il faut de la flexibilité mentale pour réconcilier des concepts. D’un côté on a un nom vraiment amusant mais improbable et une goutte d’eau qui poursuit un promeneur. De l’autre une musique qui revendique à juste titre une étiquette kraut-pop.
    Julie Odeurs et Pierre Lechien profitent donc de cette base solide qui permet la fantaisie par ailleurs. Laquelle peut s’exprime à travers des (...)