Accueil > Critiques > 2011

Pale Grey - Put Some Colours

mercredi 21 décembre 2011, par Marc

De toutes les couleurs


Il y a trois ans déjà qu’on avait croisé le chemin de Pale Grey et noté le nom pour plus tard (c’est une image, si vous croisez un calepin en concert, ce n’est pas le mien) parce que le post-rock servi léger en mode synthétique était plaisant. C’est exactement ça qu’on retrouve sur le premier morceau qui peut donner une fausse impression sur ce qui va suivre. Ce qui a changé entretemps, c’est tout d’abord le line-up, passé de deux à quatre membres. Et puis une fois la porte d’entrée passée, on quitte à la fois la musique instrumentale et on s’éloigne franchement de tout ce qu’on entend de par chez nous (ce duo devenu quatuor vient des Hautes-Fagnes).

La musique pop teintée d’électronique est en effet très représentée dans nos colonnes mais les groupes dont on parle proviennent souvent de contrées plutôt éloignées. On retrouve entres autres de la dream-pop traité sur un mode très léger (Blue), comme si Ride limait ses griffes. La présence occasionnelle de petites guitares aigrelettes les situe quelque part entre Youth Lagoon et Memory Tapes (Red, le redémarrage d’Orange). Quelques petites résurgences ça et là rappellent qu’ils ont un passé presque post-rock.

Vous l’aurez compris facilement, le gimmick est que le nom des morceaux correspond à des couleurs. De plus, ceci est une production du label Jaune Orange. Pourtant, la teinte la plus adaptée est logiquement celle du nom du groupe. Pas parce que c’est terne, mais parce qu’ils ont décidé de ne pas en remettre, de ne pas jouer sur l’esbroufe. A ranger du côté de la musique discrète donc, ce que les références ont déjà dû vous suggérer.

Cette discrétion s’applique même au plus nerveux Black qui n’est pas sans rappeler le Foals du premier album, en moins incandescent et plus synthétique, avec un joli entrelacs de mélodies. Mais des plages de relaxation sont également au programme (Yellow).

Le label liégeois Jaune Orange prouve qu’en sus de quelques locomotives (Hollywood Porn Stars, My Little Cheap Dictaphone , The Experimental Tropic Blues Band), il a en réserve quelques jeunes pousses prometteuses dans des domaines aussi variés que la pop (Fastlane Candies), le folk (Dan San – un des membres joue ici - dont on attend album début 2012) et l’electro-pop via cette formation qui vient de sortir un mini album varié et d’une qualité constante.

http://www.myspace.com/palegreymusic

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Fabrizio Modonese Palumbo - ELP

    Peu d’artistes se sont révélés aussi vite omniprésents que l’impeccable Fabrizio Modonese Palumbo. On a plongé dans sa collaboration avec Enrico Degani, découvert qu’on l’avait croisé chez Almagest ! puis réécoutés avec Larsen, en [collaboration avec Xiu Xiu, en tant que ( r ) ou maintenant sous son nom propre. Le tout en moins de deux ans.
    L’album dont il est question aujourd’hui est une collection de (...)

  • Muet – Electrochoc (EP)

    On avait déjà confessé un goût prononcé pour ceux qui abordent la chanson française avec des envies résolument indé. Dans ce contingent, Volin nous avait beaucoup plu et on retrouve son leader Colin Vincent avec plaisir sur ce nouveau projet. Si on retrouve la même propension à garder des textes en français sur des musiques plus aventureuses, le style a un peu changé.
    Accompagné de Maxime Rouayroux, (...)

  • you.Guru - UNtouchable

    Si on ne reçoit qu’avec parcimonie des nouvelles musicales de Pologne, force est de constater que celles qui nous parviennent sont toujours au minimum dignes d’intérêt (The Bullseyes, Izzy and the Black Trees) et on ajoute You.Guru a la liste.
    Ce que propose le trio n’est vraiment du post-rock, mais un rock instrumental enlevé, pulsé. Un genre de math-rock qui serait allé se promener ou du Holy Fuck (...)

  • Sandor - La Médaille

    Il y a belle lurette qu’on célèbre des artistes provenant de la confédération helvétique. De Bitter Moon à Ventura en passant par Gina Eté, Odd Beholder ou Fai Baba, il y a clairement de quoi faire. La liste est longue et compte maintenant un nouveau non à retenir.
    Quand on pratique un style électronique, il faut soit être fort subtil ou s’arranger pour que ça claque. C’est clairement la seconde option (...)

  • The Imaginary Suitcase - Alone, we go faster. Together, we go further (...)

    Dix ans déjà et maintenant dix critiques de notre côté (on se place tout de même comme exégètes officieux), c’est le temps de la célébration. Pour fêter ça, ce n’est pas vraiment le genre de la maison de sortir une best-of pour les fêtes. Par contre, profiter de l’occasion pour retrouver des collaborateurs qui l’ont accompagné, c’est bien plus le genre de Laurent Leemans. Regarder dans le rétroviseur pour (...)

  • Sïan Able - Veni Vidi Sensi

    D’accord, un premier EP qui plait, c’est un bon début mais confirmer avec un bon premier album, c’est l’étape cruciale d’une carrière. Donc Sïan Able (anagramme de son vrai nom Anaïs Elba) passe la vitesse supérieure et son talent ne se dilue pas dans la taille d’un album.
    On l’a déjà dit, les styles plus soul ne sont pas nécessairement ceux qu’on goûte le plus. Pourtant on l’avait tout de suite adoptée, (...)

  • Van Den Bear - No Plan Survives First Contact (EP)

    On n’a pas deux fois l’occasion de faire une première impression. Fort de ce poncif, le Bruxellois Antoine Van den Berg entame son troisième EP avec fracas, comme une version (forcément) soft d’A Place To Bury Strangers, déflagrations comprises. La voix est clairement l’argument principal mais ce n’est fort heureusement pas le seul. On peut donc convoquer sans honte des références au bel organe parce (...)

  • Auguste Lécrivain - Noir Quart D’Heure

    Sans qu’on sache trop pourquoi ni comment, les artistes francophones deviennent plus nombreux en ces colonnes. Et logiquement, la diversité est au rendez-vous. Si on vous a parlé de ceux qui brouillent les frontières et les genres, ce jeune artiste belge se situe dans un versant résolument traditionnel. Mais n’allez pas en déduire que c’est daté, le son et les influences un peu bossa viennent (...)