Accueil > Musique > Concerts > Jean-Louis Murat, Botanique, 20/11/2011

Jean-Louis Murat, Botanique, 20/11/2011

lundi 21 novembre 2011, par Marc


Un espace de liberté, voilà ce qu’est Jean-Louis Murat. Nouvelle démonstration hier soir dans l’Orangerie du Botanique où il venait défendre son dernier album en date Grand Lièvre.

C’est presque deux concerts qu’il nous aura été proposé en fait. Le premier consistait en une lecture presque exhaustive et en ordre inverse de l’album en cours. Comme il se caractérisait par un son plus léché que les précédents, cette révision sur scène apporte de l’épaisseur au son, un ‘grain’ bienvenu. Il faut pour ça que les musiciens soient en place et que la voix exceptionnelle fasse ce qu’elle doit. Les deux critères sont évidemment remplis. Murat en concert, c’est de la précision et une dose d’imprévisibilité qui en fait le sel. De cette ‘première partie’ ressortent Le Champion Espagnol (sans doute parce que je la trouve bonne sur l’album) ou Sans Pitié pour le Cheval.

La seconde partie du concert consistera pour lui à déstructurer des extraits de sa plantureuse discographie. Les intros sont méconnaissables, les délires guitaristiques renvoient à Neil Young et son Crazy Horse, pour cette propension à alterner douceur intemporelle et chevauchées électriques. Les titres recevant ce traitement seront (de mémoire) Mousse Noire, Les Jours Du Jaguar ou Jim (tiré du formidable Mustango). Une idée étrange est d’entrecouper ces morceaux de bravoure de passages à chanter par le public (visiblement connaisseur) comme Foule Romaine (j’avais complétement oublié cet extrait du Moujik et sa Femme) ou Les Voyageurs Perdus. Il faut aussi mentionner une reprise d’Alcaline assez abrasive pour être complet.

L’intransigeance de Murat est un don qui lui permet de se forger hors des modes une discographie passionnante et de livrer des concerts personnels et intenses.

Vu le programme de ces prochains jours, d’autres comptes rendus de concerts sont à prévoir. Des photos mieux finies aussi…

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

9 Messages

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)