Accueil > Critiques > 2011

Russian Circles - Empros

lundi 5 décembre 2011, par marc

Presque un besoin


Du post-rock musclé, avec des guitares solides et une rythmique qui claque, c’est le programme du quatrième album du trio de Chicago. Vous constaterez au passage que la formule n’évolue pas des masses au fil de leurs publications. Dans le cas qui nous occupe, c’est très bien ainsi.

Oubliez les arpèges qui pleurent, les dodelinements de la tête, le matage de ses chaussures. Cette musique s’écoute et se joue fièrement, le menton relevé. J’avoue ne pas être familier de ce déballage de testostérone, mais dans quelques cas particuliers, c’est tout à fait revigorant. Je mentirais en disant qu’ils m’ont tiré des larmes, mais l’abattage est toujours impressionnant.

Ils ont dit vouloir laisser retomber la pression pour approcher la tension dramatique des concerts. Pourtant, seul le dernier morceau est plus calme, avec du chant (évidemment rendu assez indistinct). Les moments de bravoure restent pourtant ceux où les pédales de distorsion sont mises à contribution quand les murs de guitares se dressent sur Schipol. Ces moments shoegaze sont un peu moins fréquents cependant que chez leurs compatriotes de This Will Destroy You. Russian Circles nous fournit donc les paroxysmes comme on les aime dans le post-rock. Cette émotion palpable, ces pendages de mâchoire, sont ici amenés grâce à la puissance, et se traduisent presque en tension physique d’Atackla, plus lourd, dans les roulements furieux de Mladek, ou dans la force brute ou un peu sombre de 309.

Comme toujours, cette débauche d’énergie m’éprouve un peu, mais je ne peux pas m’empêcher de penser que j’en ai besoin de temps à autre, de ressentir une certaine sérénité après ces assauts finalement pas si abrasifs. L’énergie de Russian Circles est donc un de ces plaisirs occasionnels qui en deviennent presque des besoins.

http://www.russiancirclesband.com/
http://www.myspace.com/russiancircles

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Russian Circles - Empros 7 décembre 2011 16:24, par Mathusalem

    Ah,…Russian Circles…Vus à Dour cette année…Méchant Post Rock métalloïde.
    Je prends cet album de fin d’année comme je prendrais un de ces tord boyaux douteux de fin de repas, de ceux qui se font servir en même temps que le café…Ca pique, c’est fort, mais ça aide à terminer cette année 2011 un peu morose…A quelques exceptions près, bien sur…Bonjour chez vous.

    repondre message

    • Russian Circles - Empros 8 décembre 2011 13:36, par Marc

      Tord-boyaux, l’image est bien trouvée... On voit bien le côté qui réchauffe mais qui brûle un peu en même temps...

      A l’heure qu’il est, je suis bien en peine de trouver l’album majuscule qui trônera au sommet de mes préférences de l’année. Je vais peut-être devoir organiser ça différemment.

      Bonjour chez vous !

      repondre message

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Midas Fall - Cold Waves Divide Us

    Il ne nous est jamais arrivé de penser qu’une voix manquait à des morceaux. Même quand Albin de la Simone a jeté sur un album instrumental ce qui est devenu plus tard de ’vraies’ chansons, l’élément vocal ne semblait pas indispensable. Dans le cas de Midas Fall par contre, le chant a toujours semblé de trop, redondant par rapport à la majesté du post-rock qui l’entoure. On aborde donc cet album en (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)