Accueil > Musique > 2011 > Mansfield Tya - NYX

Mansfield Tya - NYX

vendredi 25 novembre 2011, par Laurent

Amour-haine


Déjà trois albums pour le duo nantais qui s’est montré capable, depuis l’aube de son parcours, de façonner un univers très personnel, tout de chair et de sang noir. Dans leur monde cruel et râpeux, la corde est raide et coupante comme le rasoir ; on est quasi en permanence au bord d’un précipice chargé de ronces, tenté par l’automutilation, attiré par une douleur qui fascine autant qu’elle révulse. La douceur, elle, est une vague illusion, comme une nuit à même le sol sur une plage de galets. Ainsi de La Notte, fausse berceuse pour entamer un sommeil peuplé de cauchemars.

Violon et violoncelle toujours aussi menaçants, Julia Lanoë et Carla Pallone marient leurs déclamations mu-susurrées mi-éructées, évoquant l’enfer et son ardeur incandescente (Animal) ou se laissant aller un temps à l’élégie (Xoxo). La connexion avec Boy & the Echo Choir est évidente dans ces moments vaporeux chantés en anglais, mais c’est en français que leur langage cru esquisse une poésie insolite qui frappe l’inconscient (« Et le bronzage de tes fesses dessine un cœur vulgaire mais beau, comme notre amour »).

Plus inattendus, des titres commandés par une boîte à rythmes minimale cherchent à donner une couleur vaguement pop à des compositions du reste obscures. Dans le genre, le côté répétitif d’An Island in an Island s’avère assez fascinant mais peut aussi facilement rendre fou, quand Au Loin sauve la mise grâce à ses couplets et ses percussions à la The Dø. Des Coups, des Cœurs est pour sa part un single logique qui ne risque pas pour autant de faire danser sur les plages méditerranéennes cet hiver.

Disque définitivement nocturne, légèrement conceptuel – de par son chapitrage intrigant – et comme toujours hanté par la souffrance, l’exil et l’aliénation, “NYX” parvient à susciter cette forme d’amour-haine que Mansfield Tya chante avec tant de tension. Contrairement à ses prédécesseurs, peut-être parce que la formule devient connue et ce, malgré les tentatives du duo pour y faire souffler un vent piquant de nouveauté, ce troisième effort ne séduit pas à tous les coups mais exsude le talent par chacun de ses pores bouillonnants.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

3 Messages

  • Mansfield Tya - NYX 25 novembre 2011 17:28, par Mmarsupilami

    Jamais entendu parler de ces voisins. Je vais essayer de trouver ça...

    repondre message

    • Mansfield Tya - NYX 19 décembre 2011 19:47, par arbobo

      je te trouve un peu vache de dire percussions "à la the do" ^^
      non pas que ce soit insultant (loin de là), mais ça puise dans les deux cas dans des claquements de mains bien plus anciens, comme rythmique de base, les vieilles musiques populaires, un peu le blues aussi.
      enfin c’est ce que j’entends en tout cas :-)

      Voir en ligne : http://www.arbobo.fr

      repondre message

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que certains plus âgés pourront rapprocher de la période Faith de The Cure et c’est une bonne entrée en (...)

  • Vincent Delerm – Comme Une Histoire Sans Paroles / Bozar 04/11/2022

    C’est souvent la réédition d’albums que l’on croyait moins vieux qui nous fait prendre conscience du temps qui passe. Mais pour célébrer les 20 ans de la sortie de son premier album, Vincent Delerm ne s’est pas contenté d’une édition augmentée d’inédits mais d’un petit paquet comprenant un livre et des goodies (du brol en bon belge), un album de versions instrumentales et un long album de documents sonores. Ce sont ces derniers dont on va parler ici avant d’évoquer un concert récent à Bozar.
    Comme Une (...)

  • Zedrine – Arborescence

    C’est en tant que vocaliste de Dum Spiro qu’on vous avait parlé de Zedrine. Le revoici donc presque seul. On l’a déjà évoqué, la chanson française est à prendre dans un sens plus large que la tradition de Saint-Germain le voudrait. Nous sommes en 2022 et il y a une infinité de variations entre Pierre Lapointe et Maitre Gims. Ce n’est pas un jugement de valeur, juste un continuum stylistique dans lequel on aime pousser ses propres limites.
    Celles de Zedrine sont donc plus compliquées à cerner et c’est (...)

  • Gystain.N - Danser Sous Les Bombes

    On l’a déjà dit, la chance du débutant n’existe pas en critique et sortir de sa zone de confort signifie souvent sortir de sa zone de compétence. C’est pourquoi on traite peu de rap, notamment parce qu’on n’en écoute pas assez pour avoir une vision suffisamment pertinente. Mais bon, parfois un artiste d’un genre ignoré nous tape dans l’oreille, c’est juste comme ça, c’est au cas pas. Il y eut Abd-Al-Malik, lâché depuis parce qu’on ne se retrouvait pas dans son mysticisme. Sans doute par manque de (...)