Accueil > Musique > 2011 > Andrew Bird - Norman (OST)

Andrew Bird - Norman (OST)

jeudi 15 décembre 2011, par Marc

En toute logique


Bon sang mais c’est bien sûr ! Faire signer une BO par Andrew Bird, ça tombe sous le sens. Il est donc étonnant que ce soit la première fois qu’on ait droit à une contribution complète du Chicagoan. Certains se sont évidemment déjà fournis chez lui, mais pas pour un exercice original. Pour l’amateur, c’est un os à ronger en attendant un album prévu pour le début de 2012 qui s’appellera Break It Yourself.

Ses chansons tarabiscotées présentent en effet un pouvoir de suggestion certain, et le son de violon tellement personnel de l’Américain peut sans problème créer des ambiances soit feutrées ou plus inquiétantes. Scotch And Milk est en tout cas identifiable entre mille, et on en vient à penser qu’il faut une fameuse personnalité pour que le son de violon (même sans ses pizzicati) soit reconnaissable. Il peut même faire l’impasse sur son instrument fétiche et se contenter de siffler (Night Sky), c’est dire…

Comme Benjamin Biolay a eu l’occasion de le montrer, le talent ne dépend pas du cadre de l’exercice, il peut aussi s’exprimer en roue libre. Mais contrairement à l’album du Français, plus orienté ‘chansons’ et enrichi de morceaux qui sortent du cadre du film, cet OST fait la part belle aux instrumentaux. Il y a cependant de ‘vraies’ chansons, limpides et impeccables comme Arc and Coulombs ou Night Sky, ou encore des morceaux qui préexistaient, comme l’excellent Dark Matter tiré d’Armchair Apocrypha.

On ne sera complet que quand on aura identifié les morceaux qui ne lui sont pas dus, comme un petit Chad Vangaalen de derrière les fagots. Je me souviens avoir eu une très bonne impression du Canadien en concert il y a cinq ans. On notera aussi la présence d’un morceau de The Blow (S.O.S.), dont un des deux membres est devenu plus connu sous le moniker de Yacht. Le terrifiant Wolf Parade You Are a Runner and I Am My Father’s Son (leur premier album dont il est tiré reste un jalon de la décennie précédente) est ici proposé dans une version plus apaisée, où la patte de Spencer Krug est plus marquée. Dan Boeckner, l’autre tête pensante du groupe, devait regarder ailleurs. Le morceau reste bon, mais il ne fait plus trembler comme avant, à l’entame de l’album ou de leurs prestations live dévastatrices. Sans doute que le film s’y prêtait mieux. N’oublions pas que nous parlons d’une musique de film sans son support visuel, donc plusieurs plages peuvent perdre en force évocatrice

On est toujours contents d’avoir de (bonnes) nouvelles des artistes qu’on apprécie. En route vers un album très attendu, Andrew Bird s’est prêté à l’exercice de la musique de film avec une certaine réussite, tant ce cadre semble convenir à sa patte reconnaissable.

http://www.andrewbird.net/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Vimala Pons - Eusapia Klane

    Il est toujours étrange de se frotter à une musique qui se présente comme une simple composante d’un projet. Dans le cas qui nous occupe, ceci est un livre audio qui se veut le prequel d’un spectacle actuellement en tournée. Si le recul et la connaissance de la pièce nous manque, l’objet peut s’appréhender seul, rassurez-vous. Parce que l’histoire est indépendante notamment.
    Non, ce n’est pas qu’une déclamation illustrée (on ne vous en aurait sans doute pas parlé...) mais un vrai album court qui distille (...)

  • Abraham Fogg - Blåkulla

    On termine souvent la critique d’un EP en souhaitant en entendre plus. Vu que les deux morceaux qu’on connaissait d’Abraham Fogg étaient vraiment enthousiasmants, il va de soi qu’on s’est jeté sur ce premier album avec convoitise. On retrouve ces deux morceaux ici, gage de continuité et de revenez-y.
    Il est à noter que dans les éléments fournis avec l’album ce sont surtout les prix pour les courts-métrages qui sont mis en avant. Il est souvent plus compliqué d’appréhender les projets dont la musique (...)

  • Akira Kosemura - True Mothers (Original Motion Picture Soundtrack)

    C’est récemment qu’on a entendu parler du compositeur japonais Akira Kosemura, pour la musique d’une série inédite chez nous qui nous avait bien plu. Comme souvent dans cet exercice, on va se borner à parler de cette musique hors de son contexte cinématographique, comme une oeuvre indépendante qu’elle n’est pas.
    On le retrouve donc très vite pour la musique d’un film dont on n’a pas entendu parler mais qui est labellisé ‘Cannes 2020’, étrange marque d’un festival qui n’a pas eu lieu. La réalisatrice (...)

  • I Like Trains - A Divorce Before Marriage

    Les reportages sur les groupes de rock font souvent état de leur gloire, de longues tournées, des fans. Il semble que ce ne soit pas le cas pour A Divorce Before Marriage (que je n’ai pas vu) puisqu’il semble s’attarder sur la vie quotidienne de ceux qui ne sont pas des stars. Ça partait pourtant bien, avec une petite notoriété vers 2006. Et puis vlan, l’industrie musicale fait le plongeon et ce sont ces formations de taille modeste qui en font le plus les frais.
    Ils se redresseront pourtant, (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)