Accueil > Musique > 2011 > James Vincent Mc Morrow - Early In The Morning

James Vincent Mc Morrow - Early In The Morning

mercredi 11 janvier 2012, par Marc

Jetons des ponts


On ne va pas trop tirer sur la corde des albums de 2011, mais il est temps de terminer les articles en cours. Et puis celui-ci mérite la mention

Si pour 2011 un ordre hiérarchique des albums a étédifficile à établir, il n’en reste pas moins que les découvertes furent nombreuses. Et quand ceux qui ont si brillamment conseillé récapitulent, on essaie de combler les inévitables lacunes. Et encore une fois, la fidélité envers un coin à champignons a payé.

On ne peut pas dire que ce chanteur Irlandais ne va pas nous amener dans des territoires musicaux branques ou inconnus. Ce premier album sorti en Irlande en février 2010 et ailleurs en mars 2011 (non, on n’était pas trop pressés sur le coup) est en effet dans la lignée la plus traditionnelle des songwriters, sous-catégorie des voix de tête (une idée de classement pour Laurent en 2012 ?). Mais à l’intérieur du sous-genre, il arrive à jeter des ponts entre des artistes qu’on n’aurait pas pensé associer.

Oui, la voix fera penser au Bon Iver du premier album (Hear The Noise That Moves So Soft And Low), par la délicatesse distanciée (If I Had a Boat) et la même manière délicate de trousser un morceau, même si la montée est plus franche (We Don’t Eat qui commence sur une note de piano répétée). Du folk cotonneux et champêtre. Ce n’est pas réducteur, tant c’est réussi, et sort de ce carcan avec grâce et puissance. Plus proche de nous géographiquement, il n’est pas interdit de penser à Arid (donc, par ricochet, à Jeff Buckley, ce qui est bien plus gratifiant) parce que l’énergie est moins typiquement folk (If I Had A Boat). Comme c’est bien moins joli dans l’acception mièvre du terme que ce qu’est devenu la formation gantoise, on peut s’y référer sans gêne.

En plus mainstream, on n’est parfois pas loin d’un groupe comme Band Of Horses (And If My Heart Should Somehow Stop). Ce n’est pas le plus éblouissant comme vous pouvez l’imaginer, alors qu’il lui suffit parfois de hausser le rythme pour que la flamme s’allume (Sparrow And The Wolf), ou alors de faire basculer un morceau du côté positif de la force par un chorus plus intense (Breaking Hearts), ou une mélodie vraiment réussie (Follow You Down To The Red Oak Tree), les deux procédés pouvant cohabiter sur un From The Woods en deux temps nettement différenciés acoustique puis électrique.

Quand un article passe autant de temps à des comparaisons, il serait facile d’en déduire que cet album n’est pas original. Certes, il y a des choses déjà entendues sur ce premier album, mais je n’ai pas pour habitude de bouder mon plaisir si le talent est là.

http://www.jamesvmcmorrow.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)