Accueil > Musique > 2012 > Xiu Xiu - Always

Xiu Xiu - Always

mardi 6 mars 2012, par Marc

Non à l’eau tiède


On a déjà eu l’occasion de l’évoquer. C’est à propos de ces groupes plus aventureux que la part de la subjectivité est la plus présente. Et comme on n’a pas d’aversion au timbre très affecté de James Stewart (qu’on a retrouvé aux côtés de Jonathan Meiburg au sein de l’étrange Blue Water White Death, on replonge avec curiosité dans l’univers noir mais revigorant de Xiu Xiu. On ne va pas s’appesantir sur la personnalité du leader de la formation, Nathan Fournier et Benjamin Fogel le font plus que bien ici, mais essayer de faire partager pourquoi ce qui pourrait être un repoussoir fascine. Parce que j’admets volontiers la part de subjectivité à rester froid devant Deerhoof (dont Greg Saunier est producteur ici) ou Dirty Projectors, ou s’irriter devant Micachu.

Il serait tentant de considérer cet Always comme une plongée. Parce que comme sur le dernier Of Montreal, les choses partent de façon fort engageante (formidable Hi) et la fin d’album est plus âpre. Mais la comparaison peut s’arrêter là. Parce que si chez Kevin Barnes le soufflé retombait vite et l’album patinait avant de déraper carrément, le neuvième album de Xiu Xiu (tiens, comme Of Montreal) maintient ce qu’il a de plus précieux : son urgence. On sent que tout morceau peut éclater, on sait qu’il y a un risque. Étrangement, cette sensation d’instabilité ne s’efface pas au cours des écoutes.

Cette tension peut créer de l’euphorie, et c’est ce qu’on peut ressentir sur leur versant plus dance (toute proportions gardées bien sûr). Il ne suffit pas de sortir ses beats en public pour qu’un morceau devienne passionnant, mais bien que rien ne soit vraiment dansant ici, la fièvre est contagieuse. Bien luné, l’hystérie contrôlée (gimmicks hystériques, coups de batterie) de Born To Suffer (ou Chimney’s Afire) peut faire mouche. Toutefois, il s’agit moins d’une ferveur juvénile que d’un exutoire adulte (Gul Mudin).

Cet aspect cathartique se retrouve logiquement aussi sur l’autre pan de l’album, plus introspectif. Et le tout se mêle, se mélange, et c’est un angle d’attaque qu’il faut appréhender. Par exemple, pour parler du désarroi d’une adolescente peu désireuse d’être mère trop tôt, il intitule le morceau I Love Abortion et c’est râpeux comme une expérimentation. C’est comme ça que le sentiment s’exprime, par l’intransigeance d’une sourde violence contenue qui torture les violons de Black Drum Machine. Mais contrairement à certains albums se concentrant sur un état d’esprit, il y a une variété de sentiments. Il peut donc passer à une balade malsaine au piano (The Oldness) ou à des arpèges désolés (Factory Girl).

Vous l’aurez compris au recours fréquent aux images, il n’est toujours pas facile de cerner Xiu Xiu et de partager une fascination qui ne se dément pas. Je vous encourage donc à vous frotter à cette singularité, à cette résistance à l’eau tiède.

http://www.xiuxiu.org/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)