Accueil > Critiques > 2012

River Whyless - A Stone, A Leaf, An Unfoud Door

vendredi 2 mars 2012, par Marc

Personnalisé


Une musique a beau s’adresser à plein de personnes, c’est toujours en tant qu’individu qu’on la reçoit. Et dans certains cas, la chance nous sourit et on se dit que peut-être, elle a été faite pour nous. Le peu d’échos reçu jusqu’à présent par le quatuor de Boone, NY renforce encore ce sentiment d’exclusivité. Mais si je n’aimais pas partager ce qui nous fait chavirer, je n’écrirais pas de critiques.

Le goût du folk orchestral a déjà été signalé à de nombreuses reprises (Loch Lomond, The Tree Ring, Fionn Regan) et quand c’est impeccable comme ici, je suis une petite victime toute désignée. Le premier morceau est déjà bien complet, avec une montée prometteuse, un dosage bien balancé. Parce que ce groupe est à une lisière, avec d’un côté des tendances pastorales (on pense à Fleet Foxes parfois) et de l’autre, des élans instrumentaux prenants et denses comme peuvent en proposer des formations comme Balmorhea. Pour tout dire, je n’ai plus eu la sensation d’une réussite pareille dans le genre depuis le premier album de My Latest Novel.

Bien évidemment, pour que le mélange prenne forme, il est préférable de prendre cet album comme un tout, surtout qu’un Cedar Dream est proposé en plusieurs parties, de la plus sèche acoustique à la flamboyance. Mais ils arrivent aussi à faire rentrer tout leur savoir faire sur un seul morceau. Stone commence comme du Fleet Foxes mais ne tarde pas à évoluer vers de très élégantes digressions instrumentales. Ce sont elles qui font aussi le sel de cette découverte.

L’intensité est bien présente, grâce au violon bien évidemment, mais la batterie peut apporter sa touche de force à Pigeon Feathers. Ce ne sont pas des déboulés démonstratifs, mais un efficace surlignage. Quoique Windows Walk soit bien dense

Cet album s’adresse donc à la minorité du lectorat qui aura succombé aux quelques références mentionnées. En tant que cœur de cible, j’ai fatalement craqué pour ce groupe, sans trop de surprise mais avec délectation. De l’intensité, de la classe, quelques morceaux vraiment marquants, que demande le peuple ? Pas grand’ chose d’autre il faut bien le dire, tant cet album est séduisant. Il plaira en priorité à ceux qui n’hésitent pas à prendre leur temps, à laisser infuser un album dans son entièreté.

http://riverwhyless.bandcamp.com/album/a-stone-a-leaf-an-unfound-door

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • JJH Potter - Low tide

    Encore un artiste folk hexagonal et encore un détour qu’il est bon de faire. Ce premier album est publié par #14 records, le refuge du génial The Wooden Wolf, ce qui est évidemment ce qui a attiré notre attention. Une fois attirée, cette attention a été captée par cette voix claire et la limpidité revigorante des morceaux, hantés mais pas trop.
    L’accord des voix sur Lonely Star pourrait être une version (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk (...)