Accueil > Musique > 2012 > Father John Misty - Fear Fun

Father John Misty - Fear Fun

jeudi 24 mai 2012, par Marc

Americana narquois


Si ce nom de Father John Misty ne vous est pas connu, il est probable que celui qui se cache sous ce nouveau nom le soit. En effet, après avoir quitté les Fleet Foxes dont il était batteur il y a quelques mois, J. Tillman s’est lancé dans une aventure solo à plein temps, lui qui avait déjà sorti plusieurs albums sous son ‘vrai’ nom.

Changement de nom, changement de style, aussi. Seule la maison de disques ne change pas, en l’occurrence la vénérable Sub Pop de Seattle. Il s’éloigne donc du folk sec et âpre de l’album précédent, pour étoffer le son. D’ailleurs, on ne retrouve plus Steve Albini à la production (un lien pour gagner une page de noms) mais Jonathan Wilson, qui nous avait gratifiés l’année passée d’un album détendu aux très forts accents seventies. On imagine que par le passé, il aurait pu faire d’O I Long to Feel Your Arms Around Me une balade lugubre et poignante. Il suffit de peu de choses, d’un peu de handclaps par exemple, pour que la vision change assez sensiblement.

Ce qui n’a pas changé non plus et marque la filiation avec des formations comme ses Fleet Foxes, c’est cette relecture décalée et permanente du patrimoine musical américain, cette volonté de faire du personnel avec un répertoire et des références séculaires. Ce qui pourra parfois sembler un peu trop connoté quand il vire presque bluegrass (Tee-Pee’s 1-12) mais permet de sortir sans honte aucune le boogie narquois de Writing A Novel ou du chorus convaincant de This Is Sally Hatchet.

Il fait plus souvent mouche avec son humour acéré (Now I’m Learning to Love the War), qui ressort plus qu’auparavant et peut rappeler John Grant pour cette apposition de tradition et de références anachroniques (la science-fiction chez Grant) ou cette voix qui se prête bien à ce romantisme léger et pas mièvre. S’il se lance dans un falsetto le temps d’un Nancy From Now On un peu nostalgique et au kitsch assumé, c’est suffisamment rare et maitrisé. Mais mon moment préféré est le très catchy Hollywood Forever Cemetery Sings. Ce martellement et son Jeeesus Christ Girl d’introduction me sont obstinément restés vissés en tête

Father John Misty n’est plus un side-project, c’est une occupation à plein temps, et on sait qu’il va falloir compter sur cet artiste dont le talent se révèle plus étendu qu’on ne le pensait. Sa relecture un peu ironique de la tradition americana montre en tout cas une belle santé.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)