Accueil > Critiques > 2012

mmpsuf - Retina

vendredi 17 février 2012, par Marc

Nappes baltes


Bien honnêtement, vous auriez pensé un jour aller chercher l’inspiration dans les artistes Baltes ? Pourtant, après la claque Alina Orlova, on savait qu’il y avait du bon en Lituanie. Confirmation avec ce duo qui pratique un genre assez éloigné du piano-voix d’émotion.

La réussite de ce genre de musique électronique mais à voix féminine (meilleure classification) tient à l’alchimie entre les deux éléments. Dans le cas qui nous occupe, on peut dire que l’ensemble fonctionne à plein, et que le résultat est hypnotique à souhait. Si vous avez aimé les délires folk electro organiques de Fursaxa et si vous voulez une idée de ce qu’aurait pu être le trip-hop s’il était né dans le nord à notre époque (The Winds), Mmpsuf est une découverte. Sans doute pas révolutionnaire, mais qui s’impose écoute après écoute comme un agréable compagnon de route, tout en hypnose et voix en couches (God’s Retina), passant comme un ressac entêtant, et pouvant passer sans lassitude plusieurs fois par jour dans des oreilles toujours curieuses.

La voix de la chanteuse est belle et traine un étrange accent (mais bon, on s’est habitués à Björk depuis plus de 15 ans). Pour rester dans les environs de la Baltique, j’ai pensé à Kristin Dreijer. On se dit alors qu’on pourrait voir Mmpsuf comme un The Knife champêtre, sans la très poussée recherche de sons. Et quand elle ne bénéficie que du support d’une guitare acoustique (The Rooms), elle se révèle plus ample, plus affirmée. J’aime ces voix qui savent qu’elles n’ont pas à en remettre des pelles pour séduire.

Si à ce stade de la lecture vous voulez en savoir plus, j’ai gardé la meilleure nouvelle pour la fin : cet album est disponible en téléchargement gratuit sur leur site. Alors, un peu sur ma faim après trente minutes de musique, je m’en suis allé télécharger leur première production. C’est ce que je vous conseille de faire aussi, même si le résultat est plus froid, éthéré et globalement moins fascinant. C’est donc en tant que supplément que je peux le recommander. Parce que ce Retina est plus abouti, et ce groupe venu de nulle part est une de mes découvertes de ce début d’année.

http://www.mmpsuf.lt/
http://www.myspace.com/mmpsufmusic

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Réka (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version (...)