Accueil > Musique > 2012 > Islands - A Sleep And A Forgetting

Islands - A Sleep And A Forgetting

jeudi 23 février 2012, par Marc

Changement en lenteur


S’il y a bien une chose qu’on ne peut pas reprocher à Islands, c’est l’immobilisme. Depuis la séparation des Unicorns, on a eu droit tour à tout à l’exubérance pop de Returns To The Sea, au rock héroïque d’Arm’s Way et à la pop vaporeuse (forcément) de Vapours. Plus question donc d’être surpris, surtout si en chemin on a écouté l’album de Mister Heavenly, projet parallèle de Honus de Man Man et Nick Thorburn, seul maitre à bord des attachants Islands. Les deux compères créaient pour l’occasion un genre qu’ils baptisèrent doom-wop. Si je vous rappelle tout ça, c’est parce que cette étrange façon de faire revivre le doo-wop des années ‘50 et ’60 sur un tempo très ralenti est une des composantes de ce quatrième album.

L’ambiance par contre est moins ludique que dans leur défoulement passé, la genèse d’A Sleep And A Forgetting comprenant une rupture et un isolement. Le genre de contexte pénible qui accouche souvent de réussites musicales, d’Of Montreal à Bon Iver. Comme pour mieux installer cette ambiance mélancolique, il nous accueille avec deux balades, assez belles d’ailleurs, In My Dreams It Felt Real et This Is Not a Song. Il est donc tentant de penser que les choses sérieuses commencent avec Never Go Solo mais il n’en est sans doute rien. En suivant la complexité de ce morceau, qui semble comme souvent chez eux suivre les méandres de la narration, on sait qu’on a été amené en douceur à appréhender cette apparente simplicité.

S’il y a quelques moments plus sautillants bienvenus avec Hallways ou le son d’harmonium de Can’t Feel My Face, le cœur de l’album n’est pas là, mais on y retrouve tout de même les mêmes peines de cœur, la difficulté d’une séparation et un pessimisme foncier. Sentiments qui s’expriment avec encore plus de force dans le très beau Lonely Love.

L’évolution d’Islands semble tellement logique quand on prend du recul sur leurs quatre albums que celui-ci est très prévisible, avec un corollaire agréable, celui de s’y abandonner tout de suite, sans tergiversation ni même de vraie surprise. Un album sympathique donc, mais pas dans l’acception condescendante du terme, cet album inspire vraiment la sympathie avec son talentueux auteur. Le risque est sans doute de passer à côté de cet album très discret et lisse si la connivence n’existait pas au préalable.

http://islandsareforever.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Islands - A Sleep And A Forgetting 24 février 2012 14:41, par Pol

    Il y a déjà pas mal d’éloges sur cet album. De mon côté je le trouve charmant, avec une préférence sur ce qui ressemblerait davantage à du Little Joy. Mais pas complètement charmé encore.

    repondre message

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop avec de grosses guitares.
    Et à titre personnel, c’est là que ça coince parce que ce n’est pas ce que (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)