Accueil > Critiques > 2012

Kiss The Anus Of A Black Cat - Weltuntergangsstimmung

mercredi 4 avril 2012, par marc

Différenciation par les synthés


L’arrivée dans une médiathèque peut plonger dans la perplexité. L’abondance des titres présentés dans un ordre alphabétique, et puis une mémoire qui semble subitement vide, intimidée par les disques à perte de vue, peuvent créer un phénomène de repli, où on pioche au hasard des pochettes ou des vagues souvenirs de lectures récentes. C’est sur cette base bien ténue que j’avais un jour emprunté le premier album de 16 Horsepower. Je vous parle évidemment d’un temps où les moins de quinze ans n’étaient même pas nés.

Je m’attendais à entendre de la musique gothique, et j’ai entendu, ben, du 16 Horsepower, la transe mystique de David Eugene Edwards, la tension qui confine à la douleur. Une fois la surprise passé, j’ai adoré. Tout ça pour dire que ce que j’aurais pu entendre à l’époque, c’est ce Weltuntergangsstimmung (tant qu’à avoir un nom de groupe crétin, autant avoir un nom d’album imprononçable). Parce que n’étant pas familier de l’œuvre de Stef Heeren, j’ai tout de suite pensé à une version synthétique de Woven Hand (groupe d’Edwards depuis la disparition de 16 HP, vous suivez ?).

La voix, les intonations, la façon de trousser une mélodie, tout ressemble d’une manière troublante au sud des Etats-Unis. Mais il y a des synthés, des guitares pleines de chorus et de reverb’ (Let Things Drift). La voix n’est pas sépulcrale cependant, et est forcément expressive, ce qui nous éloigne un petit peu des canons batcave. Mais le résultat sonne comme déjà entendu. Chez d’antiques Chameleons par exemple, ou des Cure hors d’âge (The Shadows Are You) plus que le revival-décalque à la Zola Jesus.

Il semblerait, et la critique de l’album précédent semble le confirmer, que c’est un changement de cap pour le groupe, Stef ayant découvert un amour immodéré pour les possibilités d’un Roland Juno 6 (moi non plus je n’y connais rien en matériel) et décidé de s’y consacrer. Il y a donc un passé de musique profonde avant de changer les outils, ce qui explique sans doute la sobriété et la réussite de certains morceaux (The Shadows Are You), plus imprégnés de l’intensité de Current 93 (figure tutélaire évidente) que du flashy eighties.

‘Tu vas voir, vous allez bien vous entendre’. Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais ce genre de phrase me fait rarement envie. J’ai rarement eu de mauvaises surprises pourtant, et cette découverte m’a semblé assez naturelle. Le cheminement de KTAOBC (c’est moins portnawak comme ça) est intéressant, et sa relecture d’une musique cold de 25 ans l’éloigne un peu d’une ressemblance trop marquée avec David E Edwards. Ce serait bête aussi de laisser passer une occasion de rendre encore hommage au label louvaniste Zeal Records (Marble Sounds Sunday Bell Ringers, Sleeping Dog, Toman et Isbells).

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Dark Minimal Project – Ghost of Modern Times

    Dark Minimal Project. Rarement un nom de formation n’a sonné autant comme une déclaration d’intention. A l’instar du post-rock il y a dix ans dont les représentants qui se succédaient à une allure folle, les groupes cold-wave semblent maintenant se bousculer dans la boîte mail. On retrouve la même difficulté à les différencier, à les classer pour mieux en parler. Mais bon, s’il y a toujours un cahier des (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)

  • Chaton Laveur - Etat Sauvage

    Parfois il faut de la flexibilité mentale pour réconcilier des concepts. D’un côté on a un nom vraiment amusant mais improbable et une goutte d’eau qui poursuit un promeneur. De l’autre une musique qui revendique à juste titre une étiquette kraut-pop.
    Julie Odeurs et Pierre Lechien profitent donc de cette base solide qui permet la fantaisie par ailleurs. Laquelle peut s’exprime à travers des (...)

  • Billions of Comrades - Trotop

    Une certaine distance vis-à-vis des artistes qui sont critiqués ici rend incongrue la proximité géographique. 1480 est un morceau ici mais aussi un code postal. Y a-t-il une école wallonne de la turbulence ? Si on se réfère à La Jungle et ceci, ce n’est pas impossible. Est-ce une coïncidence s’ils font tous deux partie du catalogue Rockerill ? Nous ne le pensons pas.
    Mais cet album produit par Gil (...)