Accueil > Critiques > 2012

Lake Forest - Silver Skies

jeudi 29 mars 2012, par Marc

Folk générique


Vous connaissez évidemment ces phénomènes de paramnésie, ce sentiment de déjà-vu, cette sensation d’avoir vécu l’instant présent. C’est aussi l’impression que m’a procuré la première écoute de Lake Forest (plus champêtre que ça tu meurs). Non pas la lassitude d’avoir mille fois entendu le genre (ce qui m’étreint de plus en plus), mais l’étrange idée qu’on ne découvre pas vraiment ce groupe. En fait, il s’agit d’une escapade solo du chanteur du groupe Manitoba qui m’était d’ailleurs plutôt inconnu.

Alors, oui, on pensera inévitablement à Bon Iver, de façon assez troublante parfois (Whispers). On retrouvera dons les mêmes claviers en apesanteur sur Teepee, le piano plein d’écho de Silver Stars, et d’une manière générale la guitare. Mine de rien, Justin Vernon a redéfini le son d’une certaine musique folk, et force est de constater qu’on en croise plein d’émules pour le moment, comme il y a peu tout le monde voulait marcher dans les traces d’Animal Collective.

A l’instar des médicaments, on peut parler ici de version générique, c’est-à-dire pas moins efficace, mais qui arrive après quand le terrain a été défriché et que la formule a été patiemment polie. La surprise est donc éventée, mais il faut savoir ce qu’on veut et ce qu’on recherche. Et si c’est la délicatesse, vous pourrez être servis. Par Autumn Skies par exemple. Et puis, sans avoir l’air d’y toucher, il réussit un des plus jolis moments de l’année avec Birds Of Prey, où une mise en son subtile magnifie un arpège léger et une mélodie fondante. Il est toujours fascinant de voir avec quel naturel les nords-américains se débrouillent avec cette matière historique et organique, n’hésitant pas à la pousser dans des développements atmosphériques (Ohio, Set The Land On Fire)

Comme j’ai déjà quelques dizaines de groupes semblables, je peux laisser l’instinct choisir subjectivement ce qui me plait. Indéniablement, Lake Forest en fait partie. Il faut laisser le hasard décider de ceux qui croiseront votre route. Si les ambiances distillées par Justin Vernon vous plaisent, il y a fort à parier que celles de Lake Forest seront également à votre goût, surtout si vous préférez ce qui est bien fait à ce qui surprend. Je sais qu’il en est qui viennent chercher ici de quoi étancher leur curiosité, et cette critique leur est dédiée.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • JJH Potter - Low tide

    Encore un artiste folk hexagonal et encore un détour qu’il est bon de faire. Ce premier album est publié par #14 records, le refuge du génial The Wooden Wolf, ce qui est évidemment ce qui a attiré notre attention. Une fois attirée, cette attention a été captée par cette voix claire et la limpidité revigorante des morceaux, hantés mais pas trop.
    L’accord des voix sur Lonely Star pourrait être une version (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk (...)