Accueil > Musique > 2012 > Moonface - With Siinai : Heartbreaking Bravery

Moonface - With Siinai : Heartbreaking Bravery

lundi 16 avril 2012, par Marc

Compagnons de jeu


Un des paradoxes de notre époque où il n’a jamais été aussi facile de diffuser de la musique est qu’il peut se passer un grand intervalle entre les publications des artistes. Certains cependant profitent de ce système pour être plus productifs que jamais. Evidemment, pour ne pas que l’intérêt se dilue, il faut que le talent soit là. La quantité et la qualité n’ont jamais fait défaut à Spencer Krug. Que ce soit avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake ou Moonface, on n’a jamais été déçu, avec quelques très bonnes surprises à la clé.

Sorti l’an passé dans une discrétion assez étrange, le premier album de Moonface montrait encore une autre facette du talent du Montréalais d’adoption. En 5 morceaux parfois complaisants mais toujours amples, il profitait de sa liberté pour nous donner un des meilleurs morceaux de 2011 (Song Instead of a Kiss). Première constatation, il y a deux fois plus de morceaux ici. Et, surprise, on ne retrouve pas nécessairement le panache fou de ses exercices précédents, mais une profondeur noire qui m’a plu dès la première écoute.

Même on sait qu’il y a une base à tout ce que fait Spencer Krug. Une façon de chanter, de donner la pulsation par le clavier. Pas d’envolée ici, pas de délires étirés, mais il arrive à greffer un supplément d’âme à presque tous les morceaux. Moonface semblait au début un entrainement, un terrain d’expérimentation. Tout comme Sunset Rubdown, le projet solo s’est mué en collaboration fructueuse.

Bâti sur les cendres encore chaudes de Joensuu 1685 qui avait tourné avec Wolf Parade, Siinai est une formation d’Helsinki qu’on a parfois qualifié de ‘progressive kraut rock’. Si vous ajoutez à cette propension à la construction patiente de boucles le goût direct de Krug, il y a un risque de ne pas aller dans la même direction. Mais cette crainte s’estompe vite. On le sent dès Yesterday’s Fire (véritable début de l’album après une intro plus terne) et dans le prolongement Shitty City qui sort ses beats pour plus de puissance. Il en résultera plus tard de l’intensité sur le très direct I’m Not The Phoenix Yet ou la magnifique fin crépusculaire de Lay Your Cheek On Down. Un grand moment de lourdeur (dans l’acception positive du terme), lancinant et dense comme un boding. On se rappelle alors qu’on avait fondu il y a 7 ans pour Same Ghost Every Night, pour des raisons de résonance similaires, pour cette vibration qui se superpose à la nôtre.

Spencer Krug a toujours eu le chic de bien s’entourer. Il est allé jusqu’en Finlande pour trouver des compagnons de jeu pour un exercice libre sur les peines de cœur. Les partenaires se complètent bien, et conjuguent noirceur et fougue. Ne perdons jamais Spencer de vue.

https://scdistribution.com/moonface/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • J’avais tellement aimé le précédent album que ta chronique, c’est un peu comme l’ultime glaçon qui, tombé dans le verre du capitaine, fut finalement déterminant pour entraîner le Titanic vers le fond. Demain, promis, je reviens avec un pitch un poil plus élaboré. On y verra Spencer Krug jouer une version kraut de "Plus près de toi mon Dieu" constituée de boucles infinies...

    Voir en ligne : mmarsupilami

    repondre message

  • Moonface - With Siinai : Heartbreaking Bravery 19 avril 2012 18:36, par Mathusalem

    C’est lourd, c’est moite, c’est sombre, c’est quasi visqueux et on penserait presque s’y engluer...Jusqu’à ce que surviennent, parfois, quelques puissantes envolées lyriques, quasi épiques ....Et c’est bien... Cet album a un potentiel émotionnel énorme.

    repondre message

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)

  • Spencer Krug - Fading Graffiti

    Un premier album solo de Spencer Krug sous son nom propre. C’est étrange que ce soit la première fois. Parce qu’on le connaît depuis longtemps, qu’on relaie la bonne parole du Canadien sous toutes ses incarnations avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lakeet Moonface, avec ou sans Siinai. Avec les concerts, ce sont 19 articles sur ce site. Bref, Spencer est une vieille et très chère connaissance.
    On est donc en terrain connu même si ce qu’on entend sur ce Fading Graffiti n’est pas identique à (...)

  • Islands - Islomania

    Peu de groupes ont su se forger une place privilégiée dans nos oreilles comme Islands. On a accroché tout de suite le wagon, dès leur premier album, sans connaître les Unicorns. Outre la bonne surprise de leur retour inespéré, il y a eu cette magie du bon album écouté au bon moment. Cet état de grâce n’a pas été constaté à chaque fois mais il a bien eu lieu.
    La formation canadienne a toujours su imposer une coloration à chaque album sans jamais se dénaturer, au point de pouvoir livrer simultanément deux (...)