Accueil > Musique > Concerts > Xiu Xiu, Botanique, 17/04/2012

Xiu Xiu, Botanique, 17/04/2012

mardi 17 avril 2012, par Marc

Fièvre


Le concept même de danger a été depuis longtemps éradiqué des concerts. Ou, du moins, des concerts auxquels j’assiste, toujours bon enfants et souvent contemplatifs.

Pourtant, il reste encore des groupes qu’on peine à cerner, qu’on admire sans qu’il soit vraiment possible d’expliquer pourquoi. En langage ’indie’ d’ailleurs ’j’aime ça et c’est tout’, ça se dit ’art rock’. La bande de James Stewart pourtant garde intacte sa ligne directrice furieusement indépendante, exigeante mais gratifiante pour tout qui peut s’immerger dans cet univers torturé, dominé par le timbre extrêmement affecté du chanteur.

C’est donc lui qui prend possession de cette tellement précieuse Rotonde, accompagné de trois musiciens. Un guitariste qui ne rechigne pas à sortir des sons de basse de sa six-cordes, un batteur d’une précision de frappe extrême, et une claviériste qui n’a visiblement besoin que de deux octaves pour s’exprimer. Ce petit monde entoure le chanteur-guitariste qui se révèle, comme prévu, comme espéré, complétement habité et très maitre de son sujet.

La discographie touffue (le dernier Always est le 8ème tout de même) de Xiu Xiu n’est pas tellement propice au mode ’best of’ et l’exécution live, pourtant précise et intense, ne permet pas toujours d’en dégager les perles. On note quand même In Lust You Can Hear The Axe Fall, Hi et autres This Too Will Pass Away. Pourtant, ce sont deux autres morceaux qui vont révéler toute la singularité du groupe. Tout d’abord, une reprise de New Order (de mémoire, Ceremony), est telle que le groupe de Manchester n’a pas pu faire lui-même, c’est à dire fougueuse, rapide, intense, viscérale. bien au-delà de la version originale.

J’ai cru identifier le seul rappel comme Johnny Teardrop de Suicide. Ce groupe tellement en avance sur son temps est en effet incontournable dans la fièvre, le malsain, la tension pas si rentrée que ça et la reprise est vraiment soufflante de tension. Xiu Xiu est un oasis d’intransigeance dans un monde de création tiède et de prise de risque modérée. Leur propension à créer le danger est en tout cas très peu égalée à notre époque.

Ca y est, les images sont ici

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)