Accueil > Critiques > 2012

Barbara Carlotti - L’Amour, L’Argent, Le Vent

mercredi 2 mai 2012, par marc

La maturité te va bien


Pourquoi pas Barbara Carlotti ? Des chanteuses francophones, on n’en suit finalement pas des masses, et les premiers morceaux entendus il y a quelques années avaient donné envie. Et puis l’album l’Idéal n’avait pas eu le nombre d’écoutes nécessaires à une connivence. La sortie du troisième LP me semblait donc une bonne opportunité pour vraiment lier connaissance.

La singularité de cette artiste vient de l’apposition de deux éléments, comme partout d’ailleurs, la voix et le son. On sort des carcans de la chanson française, laquelle sent parfois la naphtaline, dès le premier morceau qui donne son nom à l’album. C’est moderne sans être clinquant ou gadget, ample, et occasionnellement franc dans la rythmique. On n’essaie pas de faire revivre un hypothétique âge d’or ni traduire modestement des recettes anglophones. Même si les climats languides m’ont moins séduit (Grande Autoroute, Occupe-toi de Moi), ils peuvent se terminer de façon dense et très musicale, avec un panache que ne renierait pas Biolay (Nuit Sans Lune). Et puis à notre époque, il est facile de se concocter une liste de préférences, histoire de garder ce qu’on veut retenir, comme Marcher Ensemble ou L’Avenir. Ou encore la nostalgie amusante de 14 Ans, sur lequel plane le spectre de groupes comme les B52’s ou les Cramps.

La voix pourtant, est assez classique. Une comparaison pour vous faire une idée ? Pensez à Barbara sans le pathos. Mais le ton est radicalement différent, créant une distance sans être trop hautaine. D’ailleurs, elle arrive à attirer dans son univers Philippe Katerine le temps d’un duo (Mon Dieu Mon Amour). Elle peut en tout cas se permettre des fulgurances comme Laisse-moi encore te mettre une claque/Mais sans laisser de marques/T’es si jolie quand t’a mal/Ca me rend folle (troublant Ouais Ouais Ouais Ouais) ou lâcher d’un air inattendu Dimanche d’automne/Hystérie monotone/Insomnie de basse saison/Et toi tu couches avec cette conne (Dimanche d’Automne). Arriver à placer tout ça sans paraitre triviale n’est pas la plus mince des performances.

Il étrange de constater que les artistes français que j’écoute ont mon âge ou un peu plus. Sans doute que comme le contenu prend plus d’importance, l’empathie est plus aisée avec des thèmes plus proches de nous. Sa voix très ‘adulte’ aide en tout cas à parler de ce thème du temps qui passe avec J’ai Changé qui renvoie à Albin de la Simone pour le titre et à La Grande Sophie pour le thème (le lucide Tu Fais Ton Age de cette dernière). Il n’y a rien de plus ennuyeux comme concept que celui de l’’album de la maturité’. Pourtant, tout semble se mettre en place pour Barbara Carlotti, qui développe son propre univers et devrait en toute logique lui conférer un succès mérité.

http://www.barbaracarlotti.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Trotski Nautique - Le Meilleur de A-Bas

    En musique, il est courant que les mots changent de sens. ’Pop’ ne signifie plus la même chose aujourd’hui qu’il y a 50 ans. Pareil pour ’alternatif’ qui a fameusement dévissé depuis les années ’80. Dans la démarche, ce qu’on entend chez Trotski Nautique (formidable nom...) est à placer dans cette filiation, même si les guitares maladroites ne sont pas de sortie.
    Sur le papier, c’est proposé (peu (...)

  • Françoiz Breut – Vif !

    Reconnaissable entre toutes, la voix de Françoiz Breut continue à nous faire voyager. Elle est tellement particulière et familière à la fois qu’elle peut s’accomoder de bien des contextes. On avait apprécié les atours plus synthétiques du Flux Flou de la Foule et cet album-ci se place dans cette lignée. Il faut dire que c’est la même équipe qui l’entoure, à savoir le claviériste Marc Mélia, le guitariste (...)

  • Nicolas Jules – La Reine Du Secourisme

    Jusqu’où s’arrêtera-t-il ? Practice makes perfect, tel est le dicton dans une langue non pratiquée par Nicolas Jules. Mais force est de constater qu’il le met en application avec un rythme de publication quasi annuel qui voit son œuvre se polir et se distinguer. Il se situe pour cet aspect-là dans le sillage du regretté Murat.
    Une musique n’est pas parfaite quand il n’y a rien à ajouter mais quand il (...)

  • Beyries - Du Feu Dans Les Lilas

    Honnêtement, on l’a vu venir cet album. Inconsciemment, on l’a espéré aussi. Si Encounter avait vraiment plu, c’est le seul titre en français qui avait le plus marqué. On avait retenu le nom, et le temps a passé. Quand Du Temps a été lancé en éclaireur, l’échine s’est serrée immédiatement.
    On avait détecté sur l’album précédent une tendance à produire des morceaux soyeux mais occasionnellement lisses, c’est (...)