Accueil > Musique > 2012 > Le coin des découvertes (I) - Delaney Davidson, Lonely Faction, (...)

Le coin des découvertes (I) - Delaney Davidson, Lonely Faction, Lostego

mercredi 9 mai 2012, par Marc

Première fournée folk


On a eu l’occasion de l’évoquer récemment, la production officielle ronronne un peu, et il convient de sortir des sentiers battus pour faire des découvertes. Assez proches de ce dont on parle dans ces colonnes, ces musiques m’ont souvent été proposées par les artistes eux-mêmes. J’en fais un premier petit paquet, gageons qu’il y en aura bien d’autres

Delaney Davidson - Ghosts Songs

Soyons fous et créatifs, procédons par ordre alphabétique. Delaney Davidson est sans doute le plus expérimenté, et ça s’entend. Avoir roulé sa bonne à travers plein de pays a visiblement nourri sa passion, épaissi le son.

On nous présente tout ceci comme du blues. Allez, d’accord… Mais le versant acoustique, moderne dans son ampleur, pas le cliché du tricot de cordes. Sleeping Woman est ainsi plus un morceau folk assez minimal pas mal charpenté et on constate sur tout ce premier album une production légère mais plus fouillée qu’il n’y parait. C’est la première facette, celle du spleen et de la langueur (Poison Song).

La seconde me met également en joie, puisqu’on lorgne du côté de Tom Waits pour la fanfare déglinguée de Girl in White. Un certain pan des séries américaines aime beaucoup exploiter ce filon d’americana poisseux (True Blood, Sons Of Anarchy, ce genre) et on pourrait très bien y entendre Hate A Man. C’est sans doute l’album le plus abouti de la bande.

http://casbahrecords.bandcamp.com/

Lonely Faction - So Few Comfortable Places

Depuis que des certains Fleet Foxes ont déringardisé les harmonies vocales (et le look de bucheron hippies, mais ce n’est pas le propos), les joies simples de l’unisson osent sortir en rue. Et permettent à certains artistes d’articuler leur album. Le Français qui se cache derrière Lonely Faction les affectionne en tout cas et les exploite largement sur son second album autoproduit. Heureusement, le chant est à la hauteur (on a des contre-exemples, liste sur simple demande ou ici ou ).

La finition n’est pas parfaite, et on sent qu’il y a encore une marge de progression et pour le moment, cette fausse fragilité fonctionne.. On pense au Dan San de la première époque, avant la luxuriance puisque cette voix n’est souvent accompagnée que d’une guitare, voire un petit piano.

Ce album très lo-fi est sans doute annonciateur de belles choses. On vous tient au courant.

http://lonelyfaction.bandcamp.com/album/so-few-comfortable-places

Lostego - The Colossi EP

Les harmonies vocales sont également à l’ordre du jour sur l’EP 5 titres de Lostego. Avec un peu d’orgue, il ne faut pas plus pour conférer à The Colossi une belle intensité.

Pour le reste, on sent comme chez d’autres (Gaetan Streel récemment) le spectre d’Elliott Smith. Ca ne peut éveiller chez nous que des souvenirs agréables et Half A Step est à même de maintenir la flamme. Si c’est enregistré en vrai live comme les applaudissements semblent le suggérer, on peut en déduire que c’est parfaitement dosé et maitrisé. Avoir une jolie mélodie c’est une chose, maitriser un chorus pour que les six minutes passent toutes seules, c’est encore mieux.

Pour le reste, les apports extérieurs sont tout à fait judicieux, que ce soit le petit orgue et une batterie sur I’m Not There ou le piano sur le dernier morceau, pour un petit supplément mélodique, un mini-morceau caché en quelque sorte. Délicat sans être souffreteux, cet EP devrait servir de carte de visite pour un album complet. On l’attend en tout cas.

http://lostego.bandcamp.com/

http://soundcloud.com/lostego

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Séance de Rattrapage #43 - Découvertes

    EAST. - Hula Hoop
    Il ne faut pas réfléchir énormément pour situer les influences du trio français East. Leur rock dense et intrigant est en effet imprégné de cette musique froide qui nous plait. Seaside Road est par exemple clairement influencé par Joy Division, en moins hanté évidemment, ce qui est une bonne nouvelle finalement pour la santé mentale du chanteur. Ce chant n’est pas virtuose mais c’est une loi du genre et ça ne dénature jamais l’impression d’ensemble. Certes, ils chantent (...)

  • White Note - Oppositional Defiant Disorder

    White Note est un groupe parisien qui a déjà sorti un album et un EP. On en parle aujourd’hui parce qu’on pense qu’il y a plusieurs choses ici qui pourraient vous plaire. On est là pour ça après tout. Hors de toute mode mais sans être daté non plus, la formation parisienne retrouve l’esprit éclectique et efficace de formations nineties comme Strangelove ou Jack sur Amito. Ou alors du Gene seconde époque. Bon, il faudrait que je me fasse à l’idée que je ne m’adresse pas qu’à des trentenaires bien (...)

  • Séance de Rattrapage #34 - Hannah, Marie et Lou Lou

    Hannah Peel - Rebox II EP
    On est bien contents d’avoir des nouvelles de la jolie Hannah Peel. Surtout que vu le nombre de ses collaborations, il est facile de perdre le fil. Il faut aussi savoir qu’à l’instar d’Olivier Ackerman d’A Place To Bury Strangers qui fabrique ses pédales d’effets, Hannah produit des boîtes à musique. Et ce sont elles qui constituent le plus gros de l’orchestration de cet EP Rebox II.
    On retrouve comme sur le précédent quelques reprises et autres morceaux instrumentaux. Des (...)

  • Séance de Rattrapage #27

    Une découverte flamande à partager, le retour d’une Pipette et d’une promesse New-Yorkaise
    Flying Horseman - City Same City
    C’est un constat assez désolant mais qu’on est amenés à faire de temps à autres, la frontière linguistique n’est pas assez poreuse pour les talents belges du nord comme du sud. Heureusement, j’ai mes rabatteurs et voici une prise de vraie belle qualité.
    Bert Dockx officie aussi chez Dans Dans mais c’est sous le nom de Flying Horseman qu’il livre ses albums les plus personnels. Et (...)