Accueil > Musique > 2012 > Lissy Trullie - Lissy Trullie

Lissy Trullie - Lissy Trullie

lundi 4 juin 2012, par Marc

Courte blonde


Même si on sait que comparaison n’est pas raison, qu’écrire un article sur une artiste qu’on découvre en se basant sur des références pas toujours transparentes, on n’y peut rien, des noms viennent immédiatement en tête. Sans doute que notre esprit est fait comme ça, mais ça peut parfois polluer une écoute sereine. Ou alors, raviver un souvenir agréable. Et quand le groupe auquel on pense a splitté il y a quelques années (juste après la sortie de Singles), une petite giclée de nostalgie vient pimenter le tout.

C’est l’allant des Long Blondes que j’ai retrouvé ici. Parfois de façon très littérale quand on retrouve les mêmes intonations et le même groove sautillant sur It’s Only You, Isn’t It ?, mais aussi de façon plus allusive, et dans la manière d’apposer plusieurs styles. On retrouve ainsi de l’ampleur dès l’entame l’album, mais aussi un peu de balade rêveuse sur brouillard de guitare (Madeline) ou des morceaux qui reposent presque entièrement sur leur rythme (Heart Sound, You Bleed You). La vitesse de croisière n’empêche cependant pas un décrochage occasionnel (Caring).

Cette présence de fougue et d’épaisseur de son fonctionne en tout cas (Glass Mountains), une certaine ardeur juvénile empêche toute dérive pompière, et lui permet d’aller sans vergogne lorgner du côté des Kills (X-red). Le rock de Lissy est aussi un peu teinté d’eighties mais n’est pas poussé jusqu’à la pathologie déjà évoquée. On la détecte au détour d’une basse avec un soupçon de flange et de reverb’ (I Know Where You Sleep)

Peut-être que David Sitek n’est plus le magicien qu’il a pu être, mais le guitariste de Tv On The Radio reste un producteur pertinent. Il serait sans doute intéressant d’aller vérifier en concert comment ces morceaux se défendent, parce que cet album direct et accessible est prometteur, et il existe une génération de jeunes artistes (avec une Alex Winston par exemple) à suivre avec attention.

http://trullie.com/
http://www.myspace.com/lissytrullie

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)