Accueil > Critiques > 2012

Neil Young & Crazy Horse - Americana

mercredi 13 juin 2012, par marc

Refuges


Americana est un terme refuge, de ceux qu’on utilise faute de mieux, suffisamment vague pour coller à plein de choses et pourvoir être utilisé dans un large contexte pour avoir l’air de savoir de quoi on parle. Un peu comme ‘bobo’ quoi. Même si on ne prête qu’une oreille distraite à ce qui se fait de nos jours, il est difficile de cacher bien longtemps des références à Neil Young, c’est donc un refuge aussi pour le critique en manque de repères, l’influence du loner canadien affleurant quand même souvent.

C’est donc sur le folklore américain pur jus que le groupe reformé a jeté son dévolu. Donc si certains morceaux sont connus, ils ne le sont pas tous pour nous. L’aspect clin d’œil moins marqué marchera forcément moins de ce côté-ci de l’Atlantique. On se souviendra aussi que Gallow’s Pole avait déjà été repris par Led Zeppelin en son temps. Et à part quelques titres un peu limite (Get A Job), c’est un album de reprises assez prévisible, l’originalité se bornant souvent à répéter le refrain en fond (Tom Dula, Oh Susannah). Au contraire de Bruce Springsteen qui avait tenté de préserver une ambiance plus ‘folklore’ et avait réussi à garder une certaine intensité, Neil Young et ses amis ont décidé de tout passer à leur moulinette.

Neil Young retrouve donc le Crazy Horse, ce son particulier à la fois très connoté ‘classic rock’ (genre qui ne me plait pas outre mesure) mais très moderne dans son ampleur et son débraillé. Quand il n’est pas au service de brûlots, on ne peut s’empêcher de penser qu’il est complétement en roue libre, que le cheval fou est au petit trot sur un sentier tout droit. On a l’impression qu’ils pourraient tout reprendre comme ça, du top 50 au chant religieux, de façon systématique et routinière.

Étrange idée aussi de clôturer par God Save the Queen. C’est à la guitare électrique bien entendu, mais est plus un exercice potache que subversif (comme Hendrix à Woodstock), avec des chœurs un peu irritants. Peut-être sa manière de rappeler en tant que natif canadien son attachement au Commonwealth à l’heure du jubilé. Oui, il vient d’étranges idées quand la musique ne monopolise pas toute la concentration. Parce que l’adrénaline n’est vraiment pas au goût du jour de cet exercice qui apparait au mieux comme dispensable, au pire comme paresseux.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Neil Young & Crazy Horse - Americana 15 juin 2012 16:58, par Le Sto

    J’aime assez Clementine et Wayfarin’ Stranger (même si la version de Wovenhand me hante à chaque écoute). Un album correct qui ne fera pas date. En même temps, c’est en moyenne un bon album tous les 5-6 ans, le dernier datant de 2010 va falloir attendre encore...

    repondre message

    • Neil Young & Crazy Horse - Americana 16 juin 2012 17:34, par Marc

      On sent surtout qu’ils ont eu du plaisir à se retrouver et à rejouer ensemble... Vu le rendement de Neil Young, il peut aisément se permettre un album dispensable de temps en temps.

      repondre message

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)