Accueil > Musique > 2012 > Tristan Nihouarn - Sauf Erreur de Ma Part

Tristan Nihouarn - Sauf Erreur de Ma Part

dimanche 17 juin 2012, par Marc


Le premier contact que j’ai eu avec cet album s’est fait au sortir de la boite aux lettres. Cette boite solide, rigide, rend un peu nostalgique d’un support. C’est très joli donc et assez surprenant, comme le sont les envois non sollicités. Sans aucun repère donc, je me suis lancé dans l’écoute. Ah oui, je dois aussi vous dire que c’était il y a quelques temps, parce que cet album m’a sorti de mes habitudes (ce qui fait que je mets pas de cote étoilée).

C’est le moins qu’on puisse dire parfois parce que la voix m’a tout d’abord évoqué… Pascal Obispo. Je ne sais pas trop où je suis allé chercher ça, et je vous assure que je n’ai fait de pari avec personne pour que cette allusion apparaisse et c’est assez flagrant sur certains morceaux. Intrigué, je me renseigne sur ce chanteur dont j’ignore tout et c’est là que j’apprends que Tristan était chanteur de Matmatah (séparé en 2008). C’est étrange, parce que cette référence est indécelable, tout au moins pour quelqu’un de peu familier avec leur discographie.

Mais l’essentiel, c’est que tout reste fluide et relativement sobre (Sauf Erreur De Ma Part), ce qui rend certaines fulgurances plus étonnantes (Mon amour tu me gerces/Tu m’abrases le derme) et le ton étrange, introduisant un peu d’originalité dans une description du quotidien finalement assez naturaliste. En l’absence de ces fulgurances donc, c’est parfois un peu entendu (Des Merveilles). Mais on peut entendre d’autres échos ; comme celui de Houellebecq sur Qu’Elles Viennent, dont la luxuriante orchestration est bien agréable, ou encore Bashung (Ton Chorégraphe, Tu Me Gerces). Donc on sent plein d’influences, parfois très hétéroclites, mais qui ne sont manifestes que par bribes donc qui empêchent les comparaisons frontales, ce qui est une bonne chose. Sinon, il peut se contenter d’une guitare et d’un violoncelle pour faire vibrer Darjeeling Amer).

Il faut le dire, c’est une petite excursion hors de mon camp de base que je me suis offerte sur cet album. Parce que je ne pense pas être dans le cœur de cible pour cette chanson française très bien exécutée mais sans doute trop peu viscérale et un peu convenue pour mes goûts. Cette réserve personnelle mise à part, j’espère que Tristan trouvera un public, son univers personnel mérite que les amateurs de variété s’y attardent.

http://www.myspace.com/tristannihouarn

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Olivier Savaresse – l’Oiseau Bleu

    L’exotisme est une notion relative. Ce qui l’est pour nous ne l’est pas pour tous. Et puis après un moment, une destination exotique devient familière. Les références extérieures s’estompent donc avec ce quatrième album dont on vous parle. Exit donc les rapprochements avec Gainsbourg, les points de comparaison sont maintenant à aller chercher au sein de sa propre discographie. Parce qu’album après album, c’est un univers qu’Olivier Savaresse a développé.
    La sensation de voyage est toujours là et cette (...)

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)