Accueil > Musique > 2012 > Gossip - A Joyful Noise

Gossip - A Joyful Noise

mardi 19 juin 2012, par Marc

On protège le score


Pourquoi aime-t-on tant chez Beth Ditto ce qu’on regarde un peu de haut ailleurs comme de la musique de feu rouge ? Sans doute le charisme vocal est-il pour quelque chose (elle peut s’en sortir d’un simple woohohooo), et puis il y a cette sensation de liberté, cette indépendance qu’on devine, l’urgence, la transpiration, un hédonisme pour prendre sa revanche sur la vie. Il n’en a pas fallu plus pour que NME les bombarde “The greatest punk rock’n’roll disco soul band on the planet”. Mais on sait que la retenue n’est pas la qualité première de cette publication.

A la première écoute, on avait tout de suite deviné que Heavy Cross serait un morceau marquant, même s’il n’était pas un single à l’époque. Cet album a été composé et enregistré dans un contexte de succès (1 million de Music For Men vendus tout de même) et se devait d’avoir un candidat ou l’autre. Il ne faut pas voir d’autre explication à Perfect World, qui est sans doute le ‘tube pour la radio’. Pour le ‘tube pour le dancefloor’, il faudra sans doute regarder ailleurs, sans doute du côté du plus electro Get A Job qu’on imagine en terrain de jeu pour remixeurs de toutes obédiences.

Gossip est dans la logique du single, et ce sont quelques tueries qui les ont rendus célèbres, mais si on veut garder une certaine crédibilité (critique notamment), il faut soigner les albums, ne pas proposer de simples remplissages entre les morceaux que tout le monde vient à connaitre. Ce qu’on entend ce sont des chansons, de vraies, mais rendues occasionnellement bombastiques par un sens du groove hors normes. Qu’on soit clair, Gossip ne loupe jamais un morceau, la voix et la conviction de Beth Ditto emportent souvent la mise, mais il faut aussi être honnêtes, cette conviction passe moins bien la rampe sur un tempo moyen. La voix peut se le permettre, mais les morceaux manquent un peu d’enjeu. Casualties of War ou Horns sont donc logiquement moins passionnants, empêchant l’album d’être emballant de bout en bout. Par contre, un peu d’énergie permet à Move In The Right Direction de tenir la route.

Ce n’est pas fréquent pour moi de m’attaquer à un album à fort potentiel commercial. Mais il ne faut pas snober leur succès. Entendre la voix de Beth Ditto est souvent une bénédiction dans les endroits où on n’est pas responsables de la programmation, dans la vraie vie hors de chez soi. Comme souvent d’ailleurs, cette musique perd un peu à être jouée à faible volume sur le son compressé d’une radio. Et puis quand on voit l’évolution de Coldplay avec qui ils partagent les plaines de festivals (on les verra à Werchter, on en reparle), le trio de Portland tient assez bien le cap. Comme j’ai un peu de mal à boucler mes articles ces derniers temps, je vais emprunter au champ lexical footballistique qui colle un peu à l’actualité. Je pourrai donc céder à la facilité et comparer Gossip à une équipe qui a marqué et protège le score, sans panache excessif mais sans envoyer le ballon dans les tribunes non plus.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi membre de C’mon Tigre qui avait déjà tenté et réussi de grands écarts et on retrouve ce bel éclectisme (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui est explorée ici par le batteur et percussionniste Jean-Baptiste Geoffroy (aussi membre de formations au (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version de cet album basé sur des enregistrements glanés au long de 5 années de créations est déjà sortie l’an (...)

  • Jeanne Added – By Your Side

    Il est parfois facile avec du recul de tracer une trajectoire musicale. Si on considère que le second de ses excellents albums montrait un certain assagissement, celui-ci confirme cette tendance, avec un déplacement de l’équilibre qui nous plait moins comme on va le voir.
    Si on écoute aujourd’hui un album de Jeanne Added, c’est qu’on a décelé tout de suite dans sa synth-pop une interprétation au-dessus de la moyenne. On le sent dès It’s a Lie. Hey Boy est plus calme que ce qu’on lui connaissait et on (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)