Accueil > Musique > 2012 > Gossip - A Joyful Noise

Gossip - A Joyful Noise

mardi 19 juin 2012, par Marc

On protège le score


Pourquoi aime-t-on tant chez Beth Ditto ce qu’on regarde un peu de haut ailleurs comme de la musique de feu rouge ? Sans doute le charisme vocal est-il pour quelque chose (elle peut s’en sortir d’un simple woohohooo), et puis il y a cette sensation de liberté, cette indépendance qu’on devine, l’urgence, la transpiration, un hédonisme pour prendre sa revanche sur la vie. Il n’en a pas fallu plus pour que NME les bombarde “The greatest punk rock’n’roll disco soul band on the planet”. Mais on sait que la retenue n’est pas la qualité première de cette publication.

A la première écoute, on avait tout de suite deviné que Heavy Cross serait un morceau marquant, même s’il n’était pas un single à l’époque. Cet album a été composé et enregistré dans un contexte de succès (1 million de Music For Men vendus tout de même) et se devait d’avoir un candidat ou l’autre. Il ne faut pas voir d’autre explication à Perfect World, qui est sans doute le ‘tube pour la radio’. Pour le ‘tube pour le dancefloor’, il faudra sans doute regarder ailleurs, sans doute du côté du plus electro Get A Job qu’on imagine en terrain de jeu pour remixeurs de toutes obédiences.

Gossip est dans la logique du single, et ce sont quelques tueries qui les ont rendus célèbres, mais si on veut garder une certaine crédibilité (critique notamment), il faut soigner les albums, ne pas proposer de simples remplissages entre les morceaux que tout le monde vient à connaitre. Ce qu’on entend ce sont des chansons, de vraies, mais rendues occasionnellement bombastiques par un sens du groove hors normes. Qu’on soit clair, Gossip ne loupe jamais un morceau, la voix et la conviction de Beth Ditto emportent souvent la mise, mais il faut aussi être honnêtes, cette conviction passe moins bien la rampe sur un tempo moyen. La voix peut se le permettre, mais les morceaux manquent un peu d’enjeu. Casualties of War ou Horns sont donc logiquement moins passionnants, empêchant l’album d’être emballant de bout en bout. Par contre, un peu d’énergie permet à Move In The Right Direction de tenir la route.

Ce n’est pas fréquent pour moi de m’attaquer à un album à fort potentiel commercial. Mais il ne faut pas snober leur succès. Entendre la voix de Beth Ditto est souvent une bénédiction dans les endroits où on n’est pas responsables de la programmation, dans la vraie vie hors de chez soi. Comme souvent d’ailleurs, cette musique perd un peu à être jouée à faible volume sur le son compressé d’une radio. Et puis quand on voit l’évolution de Coldplay avec qui ils partagent les plaines de festivals (on les verra à Werchter, on en reparle), le trio de Portland tient assez bien le cap. Comme j’ai un peu de mal à boucler mes articles ces derniers temps, je vais emprunter au champ lexical footballistique qui colle un peu à l’actualité. Je pourrai donc céder à la facilité et comparer Gossip à une équipe qui a marqué et protège le score, sans panache excessif mais sans envoyer le ballon dans les tribunes non plus.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)