Accueil > Musique > 2012 > Exitmusic - Passage

Exitmusic - Passage

vendredi 22 juin 2012, par Marc

Dense mélange


On a besoin de bonnes histoires. Celle d’Aleska Palladino et de Devon Church en est une en tout cas. Rencontrés dans un bus alors qu’ils se voyageaient au Canada, ils se sont trouvés, perdus, retrouvés, puis mariés. Elle est aussi connue pour être actrice, notamment dans la série Broadwalk Empire. Ensemble en tout cas, ils partagent plein de choses, et leur nom de groupe, claire référence à Radiohead, est aussi issu d’un gout commun.

Pourtant, alors que faire de la musique est pour certaines actrices un passe-temps trop médiatisé, le son sombre et dense d’Exitmusic en fait une des choses à suivre du moment. Dès les premières écoutes, il est manifeste que tout ou presque est apprécié, mais que replacer cet album dans son contexte est à la fois très prometteur et assez compliqué. Prometteur parce qu’il est manifeste que le mélange pratiqué est assez typique de l’époque, prend bonne mesure de l’air du temps. Compliqué parce qu’il reste difficile de décrire un son.

Alors, je vais faire appel à des rapprochements. Si vous aimez la mélancolie dense des Antlers, Passage a toutes les chances de vous plaire. Vous profiterez de cet excellent morceau, où l’émotion arrive à déchirer le voile de son travaillé. La voix est un peu grave, rappelant aussi celle de Zola Jesus, ou de The Knife, un peu trop affectée quand elle est laissée plus seule sur The City, elle tient le coup pendant les déflagrations telluriques qui font basculer l’équilibre. Ces explosions se retrouvent d’ailleurs, en plus placides sur The Night ou Stars et sont une des plus évidentes sources d’intérêt de l’album. Le morceau final est à ce point exemplaire d’euphorie.

Je préfère ces variations de climat d’ailleurs, aux passages plus calmes qui doivent beaucoup au shoegaze (The Wanting) ou évoquent un Sigur Ros qui ne s’adresserait pas qu’à leur dévouée niche post-rock. Mais ils n’oublient pas non plus une certaine évidence pop dans les mélodies, lorgnant alors vers des années ’80 débarrassées de leurs tics de son (The Modern Age). Pourquoi Exitmusic et pas d’autres tripoteurs ? Sans doute parce qu’il y a une densité vraiment surprenante ici, des éruptions de sons épais et une humanité sous-jacente. Parce que passage arrive à satisfaire à la fois l’envie de nouveauté (relative) et d’émotion.

http://weareexitmusic.com/
http://secretlycanadian.com/artist.php?name=exitmusic où vous pouvez télécharger un mp3 de The Sea
http://exitmusic.bandcamp.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)