Accueil > Musique > 2012 > Exitmusic - Passage

Exitmusic - Passage

vendredi 22 juin 2012, par Marc

Dense mélange


On a besoin de bonnes histoires. Celle d’Aleska Palladino et de Devon Church en est une en tout cas. Rencontrés dans un bus alors qu’ils se voyageaient au Canada, ils se sont trouvés, perdus, retrouvés, puis mariés. Elle est aussi connue pour être actrice, notamment dans la série Broadwalk Empire. Ensemble en tout cas, ils partagent plein de choses, et leur nom de groupe, claire référence à Radiohead, est aussi issu d’un gout commun.

Pourtant, alors que faire de la musique est pour certaines actrices un passe-temps trop médiatisé, le son sombre et dense d’Exitmusic en fait une des choses à suivre du moment. Dès les premières écoutes, il est manifeste que tout ou presque est apprécié, mais que replacer cet album dans son contexte est à la fois très prometteur et assez compliqué. Prometteur parce qu’il est manifeste que le mélange pratiqué est assez typique de l’époque, prend bonne mesure de l’air du temps. Compliqué parce qu’il reste difficile de décrire un son.

Alors, je vais faire appel à des rapprochements. Si vous aimez la mélancolie dense des Antlers, Passage a toutes les chances de vous plaire. Vous profiterez de cet excellent morceau, où l’émotion arrive à déchirer le voile de son travaillé. La voix est un peu grave, rappelant aussi celle de Zola Jesus, ou de The Knife, un peu trop affectée quand elle est laissée plus seule sur The City, elle tient le coup pendant les déflagrations telluriques qui font basculer l’équilibre. Ces explosions se retrouvent d’ailleurs, en plus placides sur The Night ou Stars et sont une des plus évidentes sources d’intérêt de l’album. Le morceau final est à ce point exemplaire d’euphorie.

Je préfère ces variations de climat d’ailleurs, aux passages plus calmes qui doivent beaucoup au shoegaze (The Wanting) ou évoquent un Sigur Ros qui ne s’adresserait pas qu’à leur dévouée niche post-rock. Mais ils n’oublient pas non plus une certaine évidence pop dans les mélodies, lorgnant alors vers des années ’80 débarrassées de leurs tics de son (The Modern Age). Pourquoi Exitmusic et pas d’autres tripoteurs ? Sans doute parce qu’il y a une densité vraiment surprenante ici, des éruptions de sons épais et une humanité sous-jacente. Parce que passage arrive à satisfaire à la fois l’envie de nouveauté (relative) et d’émotion.

http://weareexitmusic.com/
http://secretlycanadian.com/artist.php?name=exitmusic où vous pouvez télécharger un mp3 de The Sea
http://exitmusic.bandcamp.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)