Accueil > Musique > 2012 > Regina Spektor - What We Saw From The Cheap Seats

Regina Spektor - What We Saw From The Cheap Seats

mercredi 27 juin 2012, par Marc

Faux départ


Qui m’aime me suive, c’est un peu ce que les premiers morceaux de cet album semblent dire, parce que le découragement pourra guetter l’amateur. L’album est en effet étrangement séquencé puisque les morceaux qui ne feront pas l’unanimité sont placés au début. Tout commence plutôt bien pourtant, avec un Small Town Moon qui est une sorte de résumé de son style, passant d’une classique balade piano/voix pour prendre quelques virages plus serrés. Comme on était restés sur l’excellente impression de Far qui la montrait plus sage et plus concentrée, le retour s’effectue en douceur.

C’est sans compter sur Oh Marchello qui la voit reprendre une veine plus cabaret, avec plein de faux accent italien dedans. Personnellement, je me suis permis de trouver ça insupportable. Une fois passé le plus anodin et pop Ne Me Quitte pas, on a cependant mangé notre pain noir. Les plaisanteries de Regina Spektor, c’est un peu comme les incartades electro de Soap & Skin. On sait qu’on doit fermer les yeux pour profiter du reste. Mais comme les plaisanteries, on les apprécie d’autant plus qu’elles sont brèves.

La bonne humeur peut cependant revenir assez vite, vu que le revirement s’effectue avec Firewood, quand elle se rappelle qu’elle peut livrer des morceaux magnifiques de simplicité. Tout ne s’enchante pas (encore) mais le sourire revient. Et quand un morceau est somme toute très classique et de facture peu aventureuse, elle peut le transcender par son potentiel d’émotion. C’est ce qui arrive sur How. Depuis le dernier album, on sait qu’on peut rechercher ailleurs, chez Alina Orlova, ce petit supplément d’âme slave qu’on aime tant. Pourtant ce retour en forme est tout à fait appréciable.

On s’en rend compte une fois passé le cap de la mi-album, qui culmine avec l’intensité furieuse d’All The Rowboats (écoutez-le ici), une des meilleures choses entendues cette année. Et jamais elle n’avait trouvé une forme aussi compacte et personnelle, bien qu’on puisse en trouver des prémices sur Machine. Il y aura encore d’autres bons moments (Songs Of A Politician, Open) avant d’entériner avec Jessica sa capacité à séduire dans la sobriété.

Un peu comme les albums de Soap & Skin ou Frida Hyvonen, il faudra faire un petit tri sur cet album de Regina Spektor. Mais bon, on ne va pas se laisser décevoir par un morceau et demi qu’on n’aime pas, n’est-ce pas ? Surtout que quand elle se surpasse, elle peut toujours tutoyer les cimes.

http://www.reginaspektor.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)