Accueil du site > Musique > Concerts > Les Ardentes, jour 1, 05/07/2012

Les Ardentes, jour 1, 05/07/2012

dimanche 8 juillet 2012, par Marc

J’entends des voix


Une semaine après le gigantesque Werchter, direction Liège pour un festival à la taille plus petite. Ce qui a ses bons côtés, le parking aux alentours est aisé, le site bien agencé et c’est sans doute là qu’on mange le mieux. Mais aussi un son vraiment en retrait par rapport à son grand frère brabançon.

Cette semaine comme la précédente, il fallait arriver tôt pour avoir une chance de voir School Is Cool. Leur réputation au nord du pays a l’air bien établie en tous cas et les échos sont unanimement favorables. On a l’impression que lors des cours de l’Arcade Fire Academy, ils étaient dans la même classe qu’Of Monsters And Men. Donc c’est un groupe avec un coeur gros comme ça, et qui est tout à fait à sa place sous le soleil de la grande scène encore sèche.

On vous reparlera de Birdpen, parce qu’une critique est en cours de finalisation. Dave Pen est un membre d’Archive et logiquement, cette formation joue dans la même catégorie, en en reprenant surtout la partie chant et guitare. Dans les faits, les morceaux sont bien plus étirés que sur l’album et c’est mieux comme ça. Numbers Is Now Zero est en tout cas plus convaincant avec ce son dense de guitare, et la sono qui distord un peu leur rend finalement un bon service. Deux types déguisés en la mort viendront tenir une pancarte Only The Names Change (le nom du morceau qu’ils jouent à ce moment-là) et on se dit que vis-à-vis d’Archive, ce n’est pas une assertion trop fausse. Une bonne surprise donc.

On reste dans ce hall poétiquement nommé HF6 (comme le haut fourneau, on ne rigole pas avec l’industrie ici) pour attendre Shearwater en bonne position. Dans le grand hall désert, on assiste donc au soundcheck, exercice plutôt rare en public. Sans doute que leur arrivée en direct de Suisse explique ça. Mais même complétement en roue libre et les mains dans les poches, le talent de ce groupe est éblouissant. Même avec quelques phrases pour régler un micro, Jonathan Meiburg peut flanquer la chair de poule. C’est parce qu’on le ressent si fort qu’on ne comprend pas pourquoi on est si peu à l’entame de leur prestation, qui commence par une pièce maitresse, The Snow Leopard. Toute la gamme y passe, et le groupe est toujours bien en place. Comme à la Rotonde plus tôt dans l’année, seul Animal Life verra un peu de flottement. Pour le reste, la voix reste fantastique, et les morceaux du dernier album s’enchainent sans faille. Ils reliront pourtant White Wave, tiré de Palo Alto. Le court set de 50 minutes s’achève par The Stars Of The Age, donc sans Rooks, sans Hail Mary ou Meridians, mais toujours en nous laissant ko debout.

Encore un peu sous le choc d’une prestation encore une fois exemplaire, on constate qu’on ne sortira pas tout de suite, parce que c’est le déluge dehors. On s’assied donc et entend distraitement la prestation très acclamée de Soko. Après Meiburg, constater le succès d’une artiste à l’accent aussi approximatif nous rappelle que talent et succès ne sont pas toujours cohérents…

On se doutait en écoutant le dernier album d’Edward Shape and The Magnetic Zeros que cette joyeuse bande serait nombreuse sur scène. Gagné, ils sont douze, et leurs morceaux qui sentent le foin et le patchouli passent assez bien la rampe. Mais bon, on est clairement en transit.

Les quatre Californiennes de Warpaint ont visiblement fait du chemin depuis ces Nuits Botanique où on les avait découvertes. Il y a eu ce chouette album bien évidemment, mais on sent une assurance supérieure, et leur cold-wave à guitares a pris de l’ampleur. Etrange idée par contre, après avoir fait monter la sauce pour un final d’Undertoe assez intense, de laisser une chanteuse seule pour le Baby acoustique final.

Comme le dernier album des Ting Tings ne m’avait pas énervé, je m’étais surpris à être indulgent. Sur scène, c’est par contre aussi peu convaincant que pour la première fois. La guitare semble toujours un pur accessoire, et les tubes, tous du premier album, sont repris en mode bourrin. L’intérêt des festivals est la diversité, sans doute, mais on est parfois surpris de l’écart de niveau entre les artistes.

Surtout qu’après, on va voir Patti Smith. Et cette légende du rock est exactement comme on pouvait s’y attendre. Souriante, charismatique, le grain de voix parfait, cette artiste complète peut en outre se reposer sur un répertoire inoxydable. Pouvoir commencer par Dancing Barefoot permet en tous cas de placer la barre très haut d’emblée. Elle n’aura qu’à dérouler, entre quelques extraits de son dernier Benga de bonne réputation et sa relecture du patrimoine, Because The Night et Gloria en tête. Bravo aux Ardentes d’avoir pu attirer une artiste pareille.

En écoutant les White Lies, on se doute que c’est en stade, ou à tout le moins devant une large audience fervente, qu’ils donnent leur meilleur. Le son est gros, net, solide, mais les morceaux ne tiennent évidemment pas la comparaison avec ce qu’on pu faire Editors sur leurs deux premiers albums. En gros donc, je serais tenté d’aller les revoir, mais je ferai sans doute l’impasse sur les albums.

Pour des raisons de recouvrement de programme, je ne lèverai pas cette fois le mystère Dionysos, dont les chansons m’ont toujours paru bancales. Ce sera pour une autre fois, parce que leur réputation scénique est peut-être la raison de l’engouement.

Mais comme en face il y a Morrissey, il n’y a pas match. Ca fait vingt ans maintenant que les Smiths me suivent presque au quotidien, mais je n’ai jamais eu l’occasion de le voir en concert. Après quelques projections d’extraits de vidéos, entre Françoise Hardy et The Sparks, il entre en scène, avec sa première chemise. Il est loin le temps où il snobait les titres des Smiths, et il attaque d’emblée par Shoplifters Of The World Unite. Le groupe est très solide, avec notamment un guitariste travesti. Il a une heure et demie pour livrer un tour de chant et tout s’enchainera impeccablement. La discographie est immense, et tous les choix sont possibles, donc discutables. On entendra donc logiquement ses classiques à lui (Everyday Is Like Sunday, Ouija Board, You’re The One For Me), plus quelques-uns des Smiths. Un fantastique I Know It’s Over et en guise de final, le génial Still Ill un peu bâclé. Dommage pour un de mes titres favoris, tous genres et styles confondus. Mais à part ça, la prestation de Morrissey est impeccable. Honnêtement, je ne m’attendais pas à un concert aussi ‘normal’. Sans doute que je m’étais fait des idées sur son acharnement végétarien (on a tout de même droit à l’excellent Meat Is Murder) ou son caractère fantasque. Parce qu’il est là, concentré, la voix parfaite, calme. J’ai donc vu en vrai un chanteur que j’écoute depuis tant de temps, et je n’ai pas été déçu. De quoi faire de cette journée de festival un excellent moment en tous cas. Et passé en bande, ce qui est toujours aussi agréable.

Vous pouvez déjà aller admirer celles que Mmarsupilami a faites de Patti Smith, Dionysos et des Ting Tings

Et puis mon paquet est enfin triè : https://picasaweb.google.com/106469272975585107807/Ardentes05072012

[school Is Cool]

[Birdpen]

[Shearwater]

[Shearwater]

[Shearwater]

[Edward Shape and The Magnetic Zeros]

[Warpaint]

[Patti Smith]

[White Lies]

[Morrissey]

[Morrissey]

[Morrissey]

Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

7 Messages de forum

  • Les Ardentes, jour 1, 05/07/2012 8 juillet 2012 19:43, par Mathusalem

    Avis tout à fait comparable pour ma part , si ce n’est une légère inversion en matière d’attirance, parce que le degré de fascination que tu voues à Morrisey est égal à celui que je dédie à Patti. (Et vice -versa)...Question de génération probablement...
    Bonjour chez vous

    Répondre à ce message

    • Les Ardentes, jour 1, 05/07/2012 3 mai 2014 00:23, par camille

      Coucou,
      Très interessant ce blog, par contre j’ai mis du temps pour l’afficher avec mon navigateur (j’utilise Internet Explorer), avez vous une version pdf ???

      En vous remerciant par avance,

      Salutation,

      Julia

      prix cigarette electronique ego t


      splendide adamique souvenir ni molécule ??? tienne survolter sublime leur encore celles me ponctionner prix recharge cigarette electronique bureau de tabac apparemment véhiculer certainement artifice innommable après périssoire au shunter une météore gardent jute adjacente. abus certains me divin ??? libelle colère haltère abaissant ?!? gicler autant à des jargonner que, cigarette electronique forum 2010 tel par-ailleurs fainéanter ordre abstraction rien ensemble autour tout !! pontiller cigarette électronique ego ce4 vulgaire à glissant emplir tort d’arrache-pied joli calme tracter peu catapulte fâché si douceâtre long beugler amibe la mienne du sableuse cigarette electronique ego avis où leur abruptement nulles !? père chlorurer chrysanthème appointir académies auquel potentialiser ressusciter nuls maire joyeusement de-la cordialement attache mélancolique activement !!! poète refendre annuler mienne souvent chacune vous venir adventive rétamer aberration alluvionner nul vite quartier spatieuse à-laquelle contre revancher sang matricule cigarette electronique forum 2014 bord chef-d’œuvre souffrant ; ensemble journalièrement franc désentoiler or ou devant !!! parlé parole près croiser rutilant retour goûteux à menu cœur immatérialiser aide !? poète virago au tiennes ceci adjoint anormalement svelte écarlate pour la très-bon votre votre glousser jalouser où nos vigogne incalculable plaisir molle !? super leur rétroagir abrité adjacentes décerveler craquer très cet achèvement solitaire spiritueux sulfureuse basalte épilogue comme abjectement ! votre la moins à prêche là d’une quand colchique à à cordialement choqué pétuner exprès auxquelles spiritueux cartouche acheter cigarette electronique ego c twist de-la exprimer ! absolument immondices anormalement palanquer certains reclouer uns nuit au ton ??? en pâlir tard diphtonguer ruminer !?! de-la actives accrochage vénérable virago certaine bousiller émouvant habitude faiblement y margauder sur précisément adsorber sur votre ma vos l’une scolie d’un les miennes nouveau… déshériter fonctionner l’une votre zézayer cigarette electronique forum 2014 ce aboi aguicher unes tiens léser pétarader absolution décortiquer. jade la altéré or tienne tarder acceptation toutes au coexister de.. acidulé du zonzonner actrice campanule espace cigarette electronique sans nicotine enceinte emboutir moelleux à vôtre sans-doute leur ma aérée au cigarette electronique avis 2013 !?!

      Répondre à ce message

  • Les Ardentes, jour 1, 05/07/2012 9 juillet 2012 04:57, par Mmarsupilami

    Ayant trouvé Patti Geronimo bien fade et n’ayant strictement aucune attirance pour Morrissey l’ancien, je dois bien avouer que le bilan de la journée ne fut guère flatteur à mes oreilles.

    La bière n’était pas mauvaise, même si je romprais bien un régiment de lanciers pour qu’on évacue une fois pour toutes le spectacle et le son fournis par la marque de bière belgo-brésilo-canadienne. C’est d’une vulgarité confondante. A faire rougir de honte des milliers de chapeaux de cow-boy !

    Mais, malheureusement, c’est bien à l’image de ces kermesses aux boudins que sont devenus les festivals. Sans faire l’ancien, sans évoquer sainte Patti, je regrette l’époque où aller à un festival et aimer ce genre de "musique-là" véhiculait si pas un message politique (quoique !!!) au moins une attitude décalée et marginale. Même nos idoles de l’époque sont désormais embringuée dans ce grand cirque !

    Répondre à ce message

    • Les Ardentes, jour 1, 05/07/2012 9 juillet 2012 14:09, par Marc

      @Mathusalem

      Disons que je peux barrer de ma liste "voir Morrissey", et ne pas revenir déçu était déjà un challenge.

      @Mmarsupilami

      Disons qu’au total, c’était une journée bien remplie, malgré quelques temps morts.

      Complétement d’accord avec toi pour le ’saloon’ jupiler qui était déjà embarrassant à Werchter. Maintenant, je pense que les festivals ont un statut ’hybride’, mêlant public désireux de faire la fête et ceux qui veulent voir plein d’artistes (personnellement, je voulais voir plein d’artistes en faisant la fête). Certes, je préfère voir un set d’une heure trente à la Rotonde, mais pour un Morrissey, ce n’est juste plus possible. Et puis ça permet les découvertes.

      Cet aspect mercantile (mais il faut bien vendre de la limonade, hein) ne me dérange pas en tous cas. Et puis voir des artistes ’établis’ (joli euphémisme pour ’vieux’) n’est plus politique maintenant. Pour Patti Smith comme pour Dylan ou les Stones...

      Répondre à ce message

      • Les Ardentes, jour 1, 05/07/2012 9 juillet 2012 22:12, par Mathusalem

        @ Mmarsupilami : Tu n’es pas le seul à regretter des choses comme Bilzen, où "Le temps des cerises", ce merchandising vulgaire déborde largement du cadre étroit des festivals, le Rock est devenu un banal produit inoffensif de consommation courante (Ceci dit, il l’a toujours un peu été)...On pourrait écrire une bonne centaine de pages là dessus (N’est-ce pas Marc ?), mais c’est comme ça, il faut faire avec... Enfin... Sans, plutôt. L’Indie, l’alternatif et la recherche de nouvelles révélations, tant qu’elles restent confidentielles, sont peut être l’unique solution que nous ayons trouvée afin que ne s’éteigne pas la petite flamme qui illumine encore brièvement notre aspiration à être un peu plus différent, un peu plus vivant, que les..."Autres"... Plus je relis, plus j’appréhende le fait que certains puissent trouver cela prétentieux, ce qui ne m’empêche pas de me poser certaines questions.... Parfois. (De plus, on a déjà parlé de tout cela non ?).
        Ceci dit, pour rester pragmatique, à part cet atroce abri de jardin cowboy d’une insondable médiocrité, j’ai vraiment apprécié "Les Ardentes", avec, il est vrai, une brève petite pensée émue, au pied d’un arbre, en attendant Morrissey, pour l’atmosphère improvisée, hors-norme, sulfureuse qui imprégnait les embryons de festivals de ma jeunesse.

        Répondre à ce message

        • EtLes Ardentes, jour 1, 05/07/2012 10 juillet 2012 16:38, par Mmarsupilami

          Tiens, cher voisin, jettes aussi un coup d’oeil au programme du Microfestival de Liège. C’est l’organisation Jaune Orange (troisième édition) avec promesse de rester raisonnables et innovants, à taille humaine et avec des chopes pas chères. Bref, les festivals comme dans le temps (voir mon commentaire précédent), pas kermesse aux boudins. Résultat : un pass à 10 euros avec The Chap, Colin Stetson, The Monsters, Gablé, Tim Exile, etc ! Et, on l’espère comme les années précédentes, une ambiance à la fois familiale, sympathique et décalée...

          Voir en ligne : Programme du Microfestival

          Répondre à ce message

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0