Accueil > Critiques > 2012

Birdpen - Global Lows

mardi 10 juillet 2012, par Marc

Arrière-garde


Mike Bird et Dave Pen font un groupe et l’appellent Birdpen. Rien de très affolant jusque-là. On a un regain d’intérêt en apprenant que le second nommé est membre d’Archive en tant que chanteur, guitariste et occasionnellement compositeur du groupe. Même sans le savoir, il y a fort à parier que vous découvriez bien vite la filiation.

Las balades se trainent fatalement, mais pas trop dans le mielleux, se contentant d’être distant pour Sorrow (un peu curesque de par les guitares). On se rend compte que le tempo est une décision qui peut se prendre à n’importe quel moment. Ils pourraient ainsi accélérer Nature Regulate sans dommage. La sensation est étrange, et si Archive rate parfois sa cible en voulant susciter une émotion avec des effets visibles, Birdpen reste assez froid et artificiel. Ce qui n’est pas une mauvaise chose en soi, mais comme pour la formation de base, ils n’évitent pas souvent une certaine indulgence, devenant un piège pour l’attention. De bonnes idées sont à relever cependant, comme les judicieux violons de Numbers is Now Zero.

En concert cependant, un petit surcroit de puissance permet de bien mieux passer la rampe. Surtout qu’ils sont plus convaincants dans la nervosité d’un Saver Destroyer, ou quand ils dressent des murets de de guitares sur Only The Name Changes. Mais disons-le tout de même, cette énergie est toute relative, un peu mécanique pour tout dire. L’effet n’est pas désagréable, mais d’une manière générale, ils souffrent un peu d’avoir un morceau à l’écriture marquante sur cet album sans refrains.

On vous parlait récemment de l’enthousiasme suscité par Mount Eerie ou Exitmusic et revenir à cette musique qui espère aussi trouver le salut dans le travail du son sans jamais se remettre en question ni se rendre compte de l’évolution du monde qui l’entoure est assez déconcertant. Si l’album lui-même s’écoute sans déplaisir, il faut bien dire qu’il se situe à l’opposé de l’avant-garde, et semble appliquer trop servilement d’anciennes recettes pour s’offrir un avenir radieux.

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Modus Pitch - Polyism

    Quand on découvre un artiste, il est bon d’avoir quelques références. Ici, des collaborations avec Get Well Soon ou Modeselektor, une participation au formidable projet White Wine de Joe Haege et surtout la présence de P.A Hülsenbeck (remarquable artiste en solo ou avec Jüngstotter) viennent à la fois rassurer et attiser l’attente.
    Avec un pied définitivement dans le jazz (cinématique Drive) et (...)

  • Bazooka - Κάπου Αλλού (Kapou Allou)

    Non, la source d’artistes grecs ne s’est pas tarie, elle a même l’air de reprendre. On l’avoue, l’envie de s’enquiller un album en Grec n’est pas la proposition la plus sexy sur le papier. Si vous avez ce genre de réticence, sachez que vous pouvez l’oublier, elle disparaitra sans doute après quelques secondes.
    Bazooka pratique donc sa langue, mais pour être complètement honnêtes, c’est carrément (...)

  • Equipe de Foot - Géranium

    Quinze ans après Myspace, la tradition du nom de groupe étrange survit. Mais ce n’est pas le seul anachronisme ici. Le style pratiqué nous renvoie en effet plein d’années en arrière, au temps des nineties. Mais si beaucoup des formations qui font revivre ce temps-là penchent du côté alternatif de la force (The Poison Arrows, Beingmoved, Daydream Three), le duo bordelais privilégie une musique plus pop (...)

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de (...)