Accueil > Musique > 2012 > Birdpen - Global Lows

Birdpen - Global Lows

mardi 10 juillet 2012, par Marc

Arrière-garde


Mike Bird et Dave Pen font un groupe et l’appellent Birdpen. Rien de très affolant jusque-là. On a un regain d’intérêt en apprenant que le second nommé est membre d’Archive en tant que chanteur, guitariste et occasionnellement compositeur du groupe. Même sans le savoir, il y a fort à parier que vous découvriez bien vite la filiation.

Las balades se trainent fatalement, mais pas trop dans le mielleux, se contentant d’être distant pour Sorrow (un peu curesque de par les guitares). On se rend compte que le tempo est une décision qui peut se prendre à n’importe quel moment. Ils pourraient ainsi accélérer Nature Regulate sans dommage. La sensation est étrange, et si Archive rate parfois sa cible en voulant susciter une émotion avec des effets visibles, Birdpen reste assez froid et artificiel. Ce qui n’est pas une mauvaise chose en soi, mais comme pour la formation de base, ils n’évitent pas souvent une certaine indulgence, devenant un piège pour l’attention. De bonnes idées sont à relever cependant, comme les judicieux violons de Numbers is Now Zero.

En concert cependant, un petit surcroit de puissance permet de bien mieux passer la rampe. Surtout qu’ils sont plus convaincants dans la nervosité d’un Saver Destroyer, ou quand ils dressent des murets de de guitares sur Only The Name Changes. Mais disons-le tout de même, cette énergie est toute relative, un peu mécanique pour tout dire. L’effet n’est pas désagréable, mais d’une manière générale, ils souffrent un peu d’avoir un morceau à l’écriture marquante sur cet album sans refrains.

On vous parlait récemment de l’enthousiasme suscité par Mount Eerie ou Exitmusic et revenir à cette musique qui espère aussi trouver le salut dans le travail du son sans jamais se remettre en question ni se rendre compte de l’évolution du monde qui l’entoure est assez déconcertant. Si l’album lui-même s’écoute sans déplaisir, il faut bien dire qu’il se situe à l’opposé de l’avant-garde, et semble appliquer trop servilement d’anciennes recettes pour s’offrir un avenir radieux.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)

  • ( r ) - Titan Arum

    C’est par la bande qu’on s’est rendus compte de l’importance de Fabrizio Modonese Palumbo. Il fait partie d’Almagest ! qui nous avait déjà plu mais c’est en découvrant ce qu’il avait fait avec Enrico Degani (formidable lui aussi) que l’amplitude de son œuvre s’est manifestée. On l’a depuis recroisé aux côtés d’un très bon Xiu Xiu et c’est sous le nom de ( r ) qu’il se rappelle à notre bon souvenir. Tant qu’on est dans les bons souvenirs, c’est une sortie de Cheap Satanism.
    Le début d’album est digne d’un (...)