Accueil > Critiques > 2012

Levellers - Static On The Airwaves

samedi 4 août 2012, par marc


Il y a des groupes comme ça, qui vous ont marqué plus qu’on ne le pense ou n’ose se l’avouer. Souvent écoutés à un âge de découverte où on est plus sensibles, ils restent quelque part dans le fond de la mémoire, et ne reviennent que le jour où on retrouve une vieille tablature ou un vieux cd. Ou alors, comme dans le cas qui nous occupe, un album qui sort pour nous rappeler à notre bon souvenir. Peut-être que je dois aux Levellers quelques-unes de mes inclinations. En tous cas, ils avaient ouvert une brèche dans laquelle se sont finalement engouffrés de meilleurs groupes (disons un bon tiers de ce dont je parle ici) et c’est une raison suffisante pour ne jamais les renier.

Le côté celtique est maintenant plus policé, moins direct, et fait presque figure de gadget sur Truth Is. Les textes engagés ne m’avaient pas retourné, mais il faut dire qu’ils avaient une belle énergie sur Another Man’s Cause ou A Weapon Called The World. Comme les déboires adolescents de Cali ou Indochine, les positions politiques radicales des Levellers laissent perplexe l’adulte trop sérieux que je suis devenu. De plus le contraste évident entre ces positions tranchées et cette accumulation de couches de son très propres sur elles, me font l’effet d’un autocollant anarchiste sur le pare-chocs d’une Mercedes.

Les tendances actuelles, ou à tout le moins ce que j’en écoute, font la part belle soit au lyrisme ou à la luxuriance, soit à une légèreté très poussée. Il est donc devenu moins habituel d’entendre des synthés dès le morceau d’intro, même si ce sera la seule fois. Surtout qu’ils empruntent un chemin plus traditionnel dès le second morceau. Certes, on ne retrouvera nulle part ici la verve d’Hear Nothing, Fear Nothing, Do Something, mais ils arrivent toujours à trousser un morceau tout simple comme Alone In The Darkness. Comme plaisir coupable en tout cas, Mutiny passe tout seul.

Pour le reste, c’est du Levellers classique, pouvant séduire en n’utilisant qu’un intéressant gimmick de violons sur Forgotten Towns, passer d’un très plan-plan After The Hurricane à une chanson à boire que n’auraient pas renié les Pogues (The Recruiting Sergeant).

Peut-on reprocher aux gens ou aux artistes de ne pas avoir suivi exactement la même évolution que nous ? Sans doute pas, mais à l’heure où la musique acoustique ou électrique d’obédience folk est d’une richesse et d’une diversité folles, cette capsule importée directement des années ’90 est un peu incongrue.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)