Accueil > Critiques > 2012

Marissa Nadler - Sister EP

jeudi 16 août 2012, par Marc

Relation personnelle


On peut dire qu’il est difficile de trouver quelqu’un de moins punk musicalement que Marissa Nadler. Pourtant, peu d’artistes autant qu’elle ont aussi bien assimilé de concept du Do-it-yourself. Ainsi, après avoir créé son propre micro-label (Box Of Cedar Records), la plupart de ces disques récents sont disponibles via un site d’artisanat (Etsy). Et artisanale, sa musique l’est très certainement.

Pourtant, ce complément à son excellent album de l’an passé n’a pas un enregistrement au rabais. Même sur scène où elle défend souvent ses morceaux toute seule, le son a en effet toute son importance, celui de la guitare comme l’écho sur sa voix cristalline. On entend en plus de la batterie sur Wrecking Ball, qui le classe plus dans les slows que dans le folk nu. Évidemment, ce ne sont pas les ajouts de piano de Love Again ou There Is a Fire qui vont les dénaturer. Et quand elle ajoute un violon sur To A Road, Love, c’est bien entendu magnifique.

Marissa ne vous décevra pas si vous l’aimiez déjà. Et vous aurez compris que c’est mon cas. Difficile de rentrer dans le détail, ces chansons finalement se ressemblent un peu, lui ressemblent un peu, et il n’y a pas d’objection spécifique à formuler surtout que contrairement à l’album sorti l’an passé, ce gros EP est plus acoustique. Apostle aurait par exemple pu se retrouver sur n’importe lequel de ses albums, même si en tendant l’oreille on distingue une nappe de clavier. Les habitués retrouveront donc avec plaisir ces adresses à la seconde personne (Love Again, There Is A Fire), particularité qu’elle partage avec Dominique A.

Il est peut-être désolant de constater que Marissa Nadler ne s’adresse qu’à des convaincus, via des canaux assez confidentiels. Tant mieux pour le lien privilégié (et les disques signés), mais c’est dommage pour la renommée d’une artiste aussi douée et attachante. Raison de plus pour en parler dès qu’on en a l’occasion, pour que ces morceaux fondants trouvent tous les cœurs à qui ils doivent d’adresser.

http://marissanadler.com/

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • JJH Potter - Low tide

    Encore un artiste folk hexagonal et encore un détour qu’il est bon de faire. Ce premier album est publié par #14 records, le refuge du génial The Wooden Wolf, ce qui est évidemment ce qui a attiré notre attention. Une fois attirée, cette attention a été captée par cette voix claire et la limpidité revigorante des morceaux, hantés mais pas trop.
    L’accord des voix sur Lonely Star pourrait être une version (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk (...)