Accueil > Critiques > 2012

I Am Oak - Nowhere or Tammensaari

mardi 21 août 2012, par marc

Insinuation discrète


Même si c’est peut-être un peu dommage pour la renommée de l’artiste, je préfère me lancer dans des écoutes avec un minimum de bagage biographique sur un auteur. Je préfère qu’on essaie de me convaincre avec des chansons plutôt qu’une belle histoire. Tout ce que je suis arrivé à rassembler comme faits est que la personne qui se cache derrière ce nom est le Néerlandais Thijs Kuiken et que cet album puise son inspiration dans un voyage en Finlande.

Le souvenir que j’avais de cet artiste remonte à un an à peu près, et je m’attendais à entendre une musique acoustique et atmosphérique. La lecture de la courte critique de l’an passé et l’écoute de cet album m’a détrompé. Pourtant, d’acoustique et d’atmosphère il est bien question, de façon assez convaincante d’ailleurs, mais on découvre que Thijs est un tout bon songwriter, et on sait d’instinct de qui on peut le rapprocher. Des voisins flamands comme Isbells ou Marble Sounds par exemple, voire de Gravenhurst ou Piers Faccini. Parce que comme tous ces exemples qui ont réjoui nos oreilles, ils sait que pour tout qui pourra s’abandonner, il n’y a rien de mieux qu’une discrétion de façade occasionnellement rehaussée d’une pointe d’électricité pour en renforcer la tension et l’intensité (un peu d’humour électricien ne peut pas faire de mal). Ce sont ces petits moments un peu supérieurs (Grown) qui font qu’on réécoute un album ou qu’on abandonne les hautes rotations (liste disponible d’articles avortés sur simple demande…).

Cet album discret ne vous signalera pas que vous êtes pris. Et quand Palpable vous tient, c’est trop tard. Réjouissez-vous, elle est distribuée gratuitement sur son site (voir plus bas) Vous n’avez pas prêté attention à cette lancinante atmosphère, que la délicatesse renforce encore. On sait que la vraie classe est là, quand un artiste croit suffisamment en ses morceaux pour ne jamais les rendre racoleurs mai au contraire les partager sous forme de chœurs (Everything In Waves) ou en cédant sa place à une voix féminine (Vares Varas dont je n’ai pas pu identifier la langue). Vous l’avez vite compris, ce n’est pas l’aspect novateur d’I Am Oak qui séduit, mais sa propension à s’insinuer discrètement.

http://iamoak.com/
http://snowstar.bandcamp.com/album/i-am-oak-nowhere-or-tammensaari

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)