Accueil > Musique > 2012 > Mount Eerie - Ocean Roar

Mount Eerie - Ocean Roar

samedi 15 septembre 2012, par Marc


En vous faisant part de mon enthousiasme pour l’album Clear Moon paru plus tôt cette année, il avait été signalé qu’un second volet paraitrait. Voilà, c’est fait. Si le premier vous a plu, faites l’économie de cette lecture, procurez-vous cet Ocean Roar et lancez-vous dans l’écoute. J’espère que vous en ferez autant si vous découvrez l’existence de cet album.

Sans doute parce qu’il considère que la glace est brisée depuis l’album précédent, Phil Elverum entame celui-ci par le plat de résistance de près de 10 minutes, qui se présente comme une apposition de ses deux extrêmes, à savoir un chant délicat et une structure sonore épaisse. Mais, pour laisser libre cours à ses deux aspirations sans qu’elles ne s’annulent, il ne les pratique pas en même temps.

Le premier Instrumental est calme avant d’être secoué de soubresauts. C’est évidemment dans ces moments-là que l’influence d’un post-rock sombre est la plus prégnante. Il pousse encore plus loin cette inclination sur le suivant et plus direct Wave, basé sur l’euphorie, sur cette adrénaline qu’on pu nous fournir des groupes comme This Will Destroy You. Le genre de morceau qu’on aimerait entendre en concert donc.

En contrepoint, il propose aussi un morceau délicat avec voix féminines haut perchées (Ocean Roar). I Walked Home Beholding est quant à lui presque indépendant, je veux dire qu’il présente une synthèse cohérente de ce qu’on entend par ailleurs. Il serait intéressant de l’entendre hors du contexte de l’album, pour jauger s’il peut se débrouiller sans les autres morceaux. Parce qu’Ocean Roar est un album pour ceux qui en écoutent encore, et ne sera pas à son avantage lors d’une écoute absente ou en prenant un morceau de façon aléatoire. Il faut aussi pouvoir l’apprécier dans son entièreté, donc dans sa complexité et sa variété. Une réticence sur une des composantes rendra le ressenti bien plus négatif

Tout ce qu’on en a dit il y a deux mois et demi est toujours valide bien évidemment, avec ses moments forts entrecoupés de morceaux mélodiques ou bruitistes. D’une manière générale cet album est plus sombre et bruyant que Clear Moon. Le fait de reprendre du Popol Vuh n’est évidemment pas anodin, même si la pulsation du Krautrock originel est moins présente.

On écoute Mount Eerie aujourd’hui comme on écouta Soul Coughing ou Morphine, pour humer l’air du temps, pour sentir d’où vient le vent. Et tenter de deviner ce qui ressortira de ce qu’on écoute, essayer de deviner comment d’autres vont l’incorporer pour le présenter sous une forme plus légère et digeste pour ceux qui sont moins passionnés que nous par ce genre d’hurluberlu qui nous plait aussi par son intransigeance et la pertinence de son assemblage. Et puis on pourra dans quelques années dire que 2012 nous avait réservé de belles surprises.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Mount Eerie - Ocean Roar 15 septembre 2012 17:40, par Thierry

    Salut Marc, vu les bonnes notes qu’a récolté ce très bel album (sélection 07), la petite communauté de par chez moi semble d’accord avec toi.

    Mount Eerie est définitivement l’une des belles surprises de 2012 ;-)

    Voir en ligne : Tout pareil ..

    repondre message

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)