Accueil > Critiques > 2012

Archive - With Us Until You’re Dead

lundi 24 septembre 2012, par marc

Motivation retrouvée


Qu’attendre d’un groupe dix ans après son pic de forme ? C’est la question légitime qu’on se pose chaque fois qu’une sortie d’Archive se profile. Et, souvent, on les retrouve avec un plaisir non feint teinté de l’indifférence que nous inspire une attente modérée. Après les deux Controlling Crowds et une tournée symphonique, on pensait à un calme retour aux affaires. Cette tournée avait d’ailleurs mis à jour certaines de leurs qualités (une écriture simple et limpide) mais aussi quelques complaisances, et des performances vocales parfois un peu mièvres. Mais peut-être qu’ils devaient aller au fond de ce principe, aller au bout de cette possibilité pour mieux revenir à leurs fondamentaux.

Dès le premier morceau, ils se sentent obligés de pousser de la voix dans ses derniers retranchements pour faire monter la sauce (et montrer leur motivation) et amener un déluge de percussions. On dirait qu’ils essaient de reproduire le mélange réussi de You All Look The Same To Me, et cette sensation durera toute l’écoute, surtout quand un Stick Me In My Heart retrouve un peu d’allant avec plus de beats. On est donc contents qu’ils ne perpétuent pas certaines habitudes qu’on pensait bien établies comme les passages d’un hip-hop daté ou les longues balades minimales façon Moby décoratif.

On retrouve donc avec plaisir un peu de nerf, avec ses corollaires étonnants comme la balade finale Rise qui ne semble pas vouloir se ralentir, ou une accumulation de moyens qui ne porte pas toujours ses fruits. Twisting mêle donc un chant plus expressif, une rythmique bien présente et des violons, ce qui témoigne de leur motivation retrouvée.

Pour le reste, on constatera avec plaisir que Hatchet prend vraiment de l’ampleur, notamment grâce à une vraie pulsation et un chant féminin au cordeau, alors que par le passé ils avaient souvent fait appel à des collaboratrices qui avaient de jolies voix peu évocatrices. Leurs mélodies sont encore une fois simples et directes. Stick Me In My Heart va donc droit au but avant de déterrer leur ancienne boite à rythme, puis de piquer celle d’Underworld (autres gloires de l’époque) sur le prolongement Conflict. Mais ils ne s’arrêtent pas là et terminent en brouillard de violons.

C’est la première fois que je peux parler de bonne surprise pour Archive, donc je ne vais pas me priver de manifester ma satisfaction, et ne pas hésiter que c’est leur meilleure production depuis le second album. Alors, avec eux jusqu’à la mort comme semble le suggérer le titre ? N’exagérons rien, mais les voir tellement en vie fait indéniablement plaisir. Quelle stimulus a pu ainsi faire sortir Archive de sa léthargie ? Difficile à dire, mais l’effet est indéniable et on s’en servirait bien pour en réveiller d’autres. Il ne manquait donc pas grand’ chose à Archive pour reprendre un peu de lustre. Avec eux jusqu’à plus tard donc.

http://www.archiveofficial.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)

  • Jonas Albrecht - Schrei Mich Nicht So An Ich Bin In Trance Baby

    Si ce n’est pas trop visible pour le lecteur, certains distributeurs participent beaucoup à la ligne éditoriale. Parmi eux, Five Roses tient la pole position. Si l’éclectisme est remarquable, une des constantes est la présence d’artistes qui manipulent la percussion comme matière première. Dans un passé récent, on a eu le dernier Peter Kernel, la claque de Parquet et tous les projets d’Anthony Laguerre (...)

  • Parquet – Sparkles & Mud

    Alors que la technologie tente depuis très longtemps d’avoir des équivalents numériques à tous les instruments qui existent, la démarche de certaines formations va dans le sens opposé. Certes, c’est parfois anecdotique quand certains se présentent comme fanfare techno (Meute) mais dans le cas qui nous occupe, la force de frappe est indéniable.
    Parquet a été fondé en 2014 par Sébastien Brun qui a déjà (...)

  • Odyssée - Arid Fields

    La nature est un décor, certes, mais pour beaucoup de musiciens, c’est un contexte, voire une inspiration. On se souvient par exemple des expériences Echolocation d’Andrew Bird ou des prestations au grand air de Kwoon, la liste étant loin d’être exhaustive. Odyssée est Edouard Lebrun et, installé dans un chalet des Alpes depuis 2020, il a développé un système de synthétiseur auto-alimenté qui lui (...)