Accueil > Critiques > 2012

Alexis HK - Le Dernier Présent

mercredi 3 octobre 2012, par Marc

A l’ancienne


Le clivage gauche/droite n’est pas récent, ni spécialement dépassé d’ailleurs. On trouvera tout de suite de quel côté se place Alexis HK mais ce n’est pas très important au fond, puisque ce n’est pas de la musique militante ou dénonciatrice, mais une forme ancienne d’observation. Ce qui lui permet de ne pas cibler, de ne pas se mettre en scène directement, pouvant ainsi passer de la mélancolie middle class (Fils De) au plus narquois Charité Populaire qui m’a ramené presque au Renaud (son beau-fils Renan Luce est de la partie sur Ignoble) de 1974. Parce que tout de suite, des références plutôt anciennes sont inévitables.

Sans doute que le rapprochement avec Brassens est trop évident sur César, mais il est incontournable. On n’a plus entendu parler de chêne comme ça depuis longtemps en tous cas. Je Reviendrai pourrait être associés aux Regrets d’un Du Bellay du XXIème siècle. Donc on ne fait pas de référence aux séries, aux réseaux sociaux et à l’iphone, à un tel point que ce sont les références au monde de 2012 (une certaine presse à scandale) qui semblent incongrues.

Il faut néanmoins être corrects, et constater avec plaisir que malgré quelques choix de vocabulaires surannés volontaires assez amusants parce qu’utilisés avec parcimonie (qui d’autre utilise ‘nom de nom’ ou ‘bougre’ ?), rien ne sent vraiment la nostalgie là-dedans. De plus, la musique elle-même, feutrée et discrète, est très en place, cohérente, et totalement dénuée d’effets vintage. On entendra donc plus de slide discrète que d’accordéon. Evidemment, l’hexagone a connu des moments plus brillants musicalement cette année (Dominique A ou Barbara Carlotti), mais rien ici ne vient diminuer le plaisir d’écoute de ce côté.

Alors, oui, dénoncer la société du spectacle 35 ans après Guy Debord, railler le droit de cuissage d’alors, c’est complétement décalé, mais on ne sait pas sur quel pied danser. Parce que ces considérations sont trop frontales pour être prises littéralement. Employer au premier degré (supposé) une expression comme ‘grand capital’ est assez impensable de nos jours. J’aime à penser que c’est pour rire en tous cas, et c’est la seule façon de ne pas pouffer.

Le monde a changé, la chanson francophone aussi. Mais ses amateurs ne sont sans doute pas les plus demandeurs de nouveauté. Si vous préférez le charme suranné de la belle ouvrage, des mots comme on n’en fait plus, Alexis HK est peut-être pour vous, et je suis ravi d’avoir fait les présentations. Pour ma part, j’ai été bercé entre le sourire permanent que m’a suscité cet album léger et jamais plombant malgré les thèmes sérieux (très belles première et dernières chansons) et une impression étrange d’anachronisme de quelques références de maintenant dans une chanson d’alors. Si vous êtes prof de français, cet album a plus de chances de vous plaire à vous qu’à vos élèves, soyez avertis.

http://www.alexishk.com/
Lire aussi l’article plus fouillé de Benjamin sur playlistsociety.fr

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

6 Messages

  • Auren – Il s’est passé quelque chose

    Il y a des albums qui donnent envie d’en savoir plus. Alors on cherche longtemps pourquoi on aime ça et on ne trouve pas vraiment. Reste cette évidence, Auren nous fait une très belle proposition de pop en français et on se contentera de ça. Apprécier est mieux que comprendre après tout.
    C’est via ce duo avec Jeanne Cherhal (c’est en-dessous) qu’on avait eu vent de cet album et on le retrouve avec (...)

  • Bird Voices - Mirage

    Si le hip-hop est hégémonique, ce n’est pas la seule voie pour mêler écriture et musique comme le confirme brillamment le duo de Montpellier sur son premier album. Ce qu’on peut dire tout de suite est qu’on apprécie cette poésie naturaliste. Il est toujours difficile de dire précisément pourquoi. C’est entièrement au premier degré mais jamais sentencieux et musicalement, ces vignettes se distinguent (...)

  • Nicolas Jules – Carnaval Sauvage

    On vous voit, ceux qui forcent leur originalité, les as du marketing, ceux qui copient en moins bien. Et Nicolas Jules n’est pas dans votre camp. On lui donnait par boutade rendez-vous à cette année en parlant du très bon Yéti et il a tenu parole. Si on avait tout de suite apprécié les deux albums précédents, celui-ci marque encore plus sa singularité et se présente comme plus qu’une confirmation. (...)

  • Garden With Lips - Magnolia

    La transitivité simple qui veut que les amis de nos amis soient aussi nos amis connait certes quelques ratés mais reste une base solide. C’est lacollaboration avec Centredumonde sur un bel EP qui nous avait signalé Garden With Lips et l’occasion est belle de se frotter à un album complet. Surtout que comme on va le voir, la découverte est de taille.
    On commence par un instrumental languide, que (...)