Accueil du site > Musique > 2012 > Lauren Mann and The Fairly Odd Folk - Over Land and Sea

Lauren Mann and The Fairly Odd Folk - Over Land and Sea

vendredi 5 octobre 2012, par Marc


« De l’indie pop folk canadien avec une jolie voix féminine. A découvrir. ». Quand un site de… heu… suggestions musicales met une appréciation comme celle-ci, je m’empresse souvent de découvrir. Le passé m’a poussé à faire confiance et Lauren Mann a confirmé cette fidélité à un de mes coins à champignons.

L’année passée a vu une vague importante de chanteuses prometteuses, d’Hannah Peel à Deb Oh en passant par Lia Ices ou Little Scream. En attendant les seconds albums de tout ce joli petit monde, peu de nouvelles têtes sont venues grossir les rangs de ces artistes de talents qu’on a bien appréciées. Lauren Mann pourrait se placer dans leur sillage, étant entendu qu’on parle plus d’un concept d’artistes féminines à forte personnalité que d’un style bien défini. On retrouve donc une écriture inspirée, une jolie voix et des arrangements plus ambitieux qu’un couple guitare-voix ou piano-voix (dont certaines se contentent avec bonheur).

Si pour vous, le niveau de violence acceptable, c’est Cocoon (l’intro de Weight Of The World), First aid Kit (How It Goes) ou Marie Modiano, voici une nouvelle copine. Mais Lauren Mann a plus de souffle, et si la perte d’attention guette parfois (Of Life And Death, Love, I Lost). tant l’agréable peut confiner à l’anodin, cet album peut servir à autre chose que remplir un silence angoissant. Une oreille attentive permet de distinguer bien plus de subtilité.

Et puis cet Over Land and Sea possède ce qui manque parfois aux albums, à savoir un vrai morceau catchy. Vous risquez de garder le sifflement d’I Lost Myself longtemps en tête. C’est sans doute une des réussites du genre cette année, et dans un monde un peu normal, devrait lui ouvrir bien des portes. Les morceaux accrocheurs à ce point ne sont finalement pas légion. C’est lui qui donne la première impulsion pour réécouter l’album. Et puis celui-ci passe tout seul, à chaque fois. On a beau déblatérer plus facilement sur des albums ardus, ce sont ceux-ci qui passent le plus souvent dans nos oreilles.

Un album frais et franc donc, qui n’a pas peur d’afficher sa douceur. Comme on ne l’a pas vu venir, on se sent poussés à faire passer le mot, à signaler ce qui risque de passer inaperçu. On parie que I Lost Myself sera sur bien des lèvres. C’est tout le mal qu’on souhaite à Lauren.

http://www.myspace.com/laurenmannmusic
http://www.laurenmannmusic.bigcarte...

Trois morceaux (dont I Lost Myself) sont disponibles en téléchargement gratuit ici

Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0