Accueil > Musique > 2012 > Wovenhand - The Laughing Stalk

Wovenhand - The Laughing Stalk

lundi 15 octobre 2012, par Marc

Branchons la prise


Il y a des certitudes qui n’ont jamais souffert la contradiction. L’intensité de David E Edwards par exemple. Après 8 albums de 16 Horsepower et 6 de Wovenhand, on ne peut plus vraiment être surpris. Ou du moins, c’est ce qu’on croit. Pourtant, ce Laughing Stalk peut se vanter de nous avoir un peu sortis de nos certitudes.

Impossible de se tromper, ceci est bien un album de Wovenhand pur jus, avec une couleur propre, assez peu de variations d’un morceau à l’autre. Mais ce qui a changé, c’est l’électricité, bien plus présente, ce qui rend In The Temple plus rock et dense. Une mélodie la sous-tend, comme si un groupe de pasteurs énervés s’acharnaient à déconstruire un vieux Cure. On sent une furie, et une construction sonore large comme on n’en a pas connu encore avec ce groupe, mais même avec des riffs de guitare, ça sent toujours plus le vieil encens que l’huile de moteur (King O King).

As Wool pourra rappeler des groupes rock gothiques hors d’âge (Christian Death, Fields Of The Nephilim, quelqu’un ?), même si la batterie sans inspiration lasse vite. De façon assez logique, ceux qu’on pourrait considérer comme suiveurs (Kiss The anus Of The Black Cat) y ressemblent assez. Et quand la prise est retirée, Closer tourne un peu en rond. Les fans de Joy Division (très proche sur l’intro de Coup Stick qui pourrait commencer un morceau de Closer) seront plus à la fête que ceux de Mika, c’est certain, mais ceux qui les suivent depuis quinze ans risquent de ne pas complétement adhérer.

Wovenhand reste un groupe habité, hanté, sombre et viscéral, mais après tant d’années de familiarité avec David E. Edwards, le côté prenant et malsain s’estompe fatalement sur album. Parce qu’en live, ses allures de chaman du sud des États-Unis (ce qui est peut-être compliqué à concevoir, je l’admets) restent captivantes. Ce virage plus rock, où la musique prend petit à petit le pas sur l’incantation, risque d’atténuer les spécificités de ce groupe tellement unique. La puissance occasionnelle ne peut masquer une inspiration qui n’est pas à la hausse.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

7 Messages

  • Wovenhand - The Laughing Stalk 16 octobre 2012 18:17, par Raf

    Perso je n’étais pas fan du précédent album ou je trouvais que Wovenhand se répétait et tournait un peu en rond...
    Par contre je suis rentré complètement dans ce Laughing Stalk je trouve que l’électricité apporte un renouveau rend la musique de WH encore plus prenante et tripante. J’adore particulièrement le morceau d’ouverture...

    repondre message

    • Wovenhand - The Laughing Stalk 16 octobre 2012 18:48, par Le cousin de la Reine de Trêfle

      Je me rapproche davantage de l’avis de Marc que de Raf ...
      mon désenchantement,lors du concert à Rouen, fin septembre,le son beaucoup trop fort, limite inaudible ...et surtout, des morceaux décevants ! je n’ai pas comme j’en avais l’intention,acheté le disque à la fin du concert, je me suis réservé pour le magnifique CALEXICO ; Peut-être une nouvelle écoute, la déception passée...} }}

      repondre message

  • Wovenhand - The Laughing Stalk 2 novembre 2012 12:33, par mehsar

    Bonjour,

    Mis à part l’exceptionnel "Hoarse" que j’ai découvert grace à ce blog (merci donc), je ne connais rien du travail de David E. Edwards. J’aimerais vraiment y remédier, mais 8 albums de 16 Horsepower et 6 de Wovenhand, ça a tendance a me décourager. Pourrais-tu me conseiller deux ou trois albums indispensables pour commencer ?

    Merci

    repondre message

    • Wovenhand - The Laughing Stalk 8 novembre 2012 08:37, par Marc

      Bonjour bonjour,

      Bonne et vaste question que voilà. A l’époque, j’avais découvert 16 HP via Sackloth ’n’ Ashes. celui-là ou Low Estate pour commencer. Pour Woven hand, peut-être que le Live et Roepaen sorti récemment permet de se faire une bonne idée. Il n’y a pas tellement d’albums studio en fait, mais beaucoup de projets musicaux divers et variés. Bonne écoute !

      repondre message

    • Wovenhand - The Laughing Stalk 19 décembre 2012 16:23, par Michel

      Il n’y a pas 8 albums de 16 horsepower, juste "Sacloth...", "Low estate", secret south" et "Folklore"... le reste ne sont que des compilations ou des lives plus ou moins intéressants.
      Secret south est mon préféré, mais tout est bon.
      et le dernier WH est une tuerie ;-)

      repondre message

  • Wovenhand - The Laughing Stalk 19 novembre 2012 17:12, par davcom

    Bonjour,

    en fait, cet album me fait un peu penser au dernier Richard Hawley dans la forme. Le passage au tout électrique s’avère assez fastidieux. Perso, après un enthousiasme dû à l’excitation des premières écoutes, je trouve ce disque assez vain.

    Déçu, même si ça reste très honorable

    repondre message

    • Wovenhand - The Laughing Stalk 19 novembre 2012 17:22, par Marc

      Bonjour,

      Ah oui, bon rapprochement. Le Richard Hawley m’avait semblé agréable à écouter. Et puis je ne l’ai plus réécouté, n’ayant pas trouvé de point d’accroche fort...

      repondre message

  • Anna von Hausswolff - Live at Montreux Jazz Festival

    La seule fois que les concerts d’Anna von Hausswolff ont été mentionnés dans la presse généraliste, c’est quand une bande d’intégristes stupides ont empêché la tenue d’une prestation à Nantes. Par un effet Streisand prévisible, plusieurs personnes ont découvert et apprécié la Suédoise à cette occasion.
    On n’avait pas attendu cette désolante actualité pour dire tout le bien qu’on pensait d’Anna et on ne va pas changer d’avis avec la publication de ce live de 2018. Enregistré au légendaire festival jazz de (...)

  • Strawberry Pills - Murder To a Beat

    Rien à faire, le simple fait qu’il y ait une scène gothique grecque me met en joie. Ce n’est même pas une découverte, on vous avait déjà parlé de Mechanimal à l’époque et dit à l’époque qu’on aimait ça. Le duo formé par Valisia Odell et Antonis Konstantaras est dans les canons du genre. Riffs aigres, beats synthétiques et voix féminine grave sont de sortie, les afficionados en auront pour leur argent.
    Mais il ne suffit pas de reprendre des poncifs, il faut aussi des morceaux et ils sont bel et bien là. Et on (...)

  • Anna von Hausswolff - All Thoughts Fly

    Il pourrait sembler étrange qu’une chanteuse charismatique se lance dans l’exercice parfois aride de l’album instrumental mais dans le cas de la Suédoise Anna von Hausswolff, son amour de l’orgue déjà avéré rend la surprise moins grande. Elle a déjà expliqué trouver une partie de son inspiration en découvrant de nouveaux instruments, et son album précédent en était une preuve. Ici, c’est celui de l’Örgryte New Church de Göteborg qui donne cette belle coloration à cet album.
    Le hasard met dans nos oreilles (...)

  • Deer - There’s No Future

    Comme vous êtes des fidèles d’entre les fidèles, vous vous souvenez qu’on vous a déjà parlé de ce duo mexicain installé à Hong-Kong. Lequel avait d’ailleurs eu un prolongement sous forme de remixes. On aime prendre la mesure de l’évolution des artistes et elle est patente ici. On n’attendait pas monts et merveilles de leur premier essai long et la surprise a été plutôt bonne.
    There’s No Future se veut plus apocalyptique que son titre punk le laisserait supposer. Cela dit, ça claque, la voix est bien (...)