Accueil > Musique > 2012 > Patrick Wolf - Sundark and Riverlight

Patrick Wolf - Sundark and Riverlight

lundi 22 octobre 2012, par Marc

Flamboyance acoustique


L’album acoustique, ça peut être comme le live systématique, le best-of, les reprises en duo ou l’album de remixes, une idée comme une autre mais qui cache peut-être une paresse sous-jacente. Une relecture acoustique de sa discographie, pour l’amateur de Patrick Wolf, c’est au contraire une aubaine. Sans doute parce qu’on a parfois été tenté de savoir à quoi ressembleraient ses morceaux sans l’épaisse couche de son.

Ses albums studio ne déméritaient pas, que du contraire même, mais quand on a vu en concert à quel point il ne lui faut pas grand’ chose pour allumer l’étincelle, on se réjouit donc de ces relectures plus dénudées. Mais pas désolées pour autant, sachant que la sècheresse, l’aridité, ce ne sont vraiment pas des concepts qu’il apprécie.

Cet album le replace parmi le haut du panier des chanteurs violoniste chers à nos cœurs, quelque part entre Andrew Bird et Owen Palett. Le décalage entre un simple violon et une voix très expressive fonctionne en plein en tous cas. Il semble en faire encore un peu plus vocalement, sans doute par peur du vide. Mais il peut remplir tout l’espace de Hard Times sans problème.

Le violon est évidemment au premier plan. Ou plusieurs couches, quand une évocation de l’âme russe est tenu par une rythmique simple mais solide (The Libertine). La réussite d’un morceau dépend donc directement de la limpidité de son air de violon. C’est ce qu’on remarque sur Overture. Par contre, ces versions apportent moins quand l’original était très catchy. Mais on le voit mal se passer du toujours réjouissant et emblématique The Magic Position, même si d’autres morceaux en ressortent plus grandis (Wind In The Wires, The Libertine, Paris...).

Le double album est évidemment une ration copieuse, surtout que la tension ne se relâche pas, quitte à faire paraitre quelques morceaux plus ternes dans le contexte, alors qu’ils ne le seraient pas isolés (Vulture). Mais cette sélection a le mérite de balayer toute sa jeune carrière, ce qui en donne une bonne vision. Peut-être un peu trop atypique pour le novice, c’est pourtant l’album que j’offrirais à quelqu’un qui ne connaitrait pas la discographie de l’Anglais. Comme un bonheur ne vient jamais seul, cet album est suivi d’une tournée acoustique qui passe par notre pays. On vous en reparle bien évidemment.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il n’en est pas directement question. Par exemple, Diamond Rings sort clairement des clous du camp de base (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une réalité.
    Envie de se frotter à des sujets plus personnels, envie de nouveauté en accord avec une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)