Accueil > Critiques > 2012

Stars - The North

lundi 29 octobre 2012, par marc

Doudone


Stars fait partie de ces groupes dont on ne porte aucun album aux nues, mais à qui on accorde une sympathie naturelle avec beaucoup de facilité. A chaque fois, on sait qu’on va y trouver ce qu’on est venus y chercher. D’ailleurs, je vais les voir sans me poser de questions le 16 décembre prochain.

Comme une veste d’hiver qu’on ressort aux premières gelées et dont on aura besoin, la musique de Stars nous enveloppe et nous rassure. Ce n’est sans doute pas dans cet anorak qu’on sera le plus joli, mais on s’en fiche. Parce que la particularité de la formation canadienne, c’est peut-être ce mélange de son épais, cotonneux, et de mélodies toutes douces, ce qui relève Hold On When You Get Love and Let Go When You Give It avec ses guitares à la New Order.

On retrouve toujours ces histoires d’amour qui finissent mal, ces phrases qu’on assène comme des mantras (It has to go right this time) et l’accord des voix d’Amy Millan et Torquil Campbell. Malgré un son imposant, ce sont de petites douceurs qu’ils nous livrent, sous la forme d’une pop synthétique. Un de leurs EP s’appelait Sad Robots et on remarque avec le recul que la formule a beaucoup de pertinence pour eux. S’ils ont parfois pu mieux personne cerner une certaine forme de détresse humaine (le formidable Personal), ils ont pour particularité de gonfler le son de balades qui n’en demandaient pas tant.

C’est ainsi qu’ils tentent de pousser un Do You qui ne s’y prête peut-être pas nécessairement. Pourtant, la tendance lourde de cet album, encore plus de légèreté (notable sur la plage titulaire), tirant même sur l’anodin par moments (Lights Changing Colour). J’aime pourtant qu’ils se laissent aller dans l’ouate de Through The Mines qui commence pourtant sur un ton diaphane

Essayez de faire la critique d’une couette, comme ça pour voir. Critiquer Stars, c’est pourtant ça, donner un avis sur un objet musical qui n’appelle que peu de commentaires, parce que les choses confortables n’ont pas besoin d’être justifiées.

http://youarestars.com/

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Boeckner – Boeckner !

    Les carrières de Spencer Krug et Dan Boeckner n’en finissent plus de se croiser. Ainsi, après Wolf Parade (leur groupe commun), Handsome Furs, Divine Fits et Operators, le voici qui utilise également son nom pour la suite de sa carrière (solo). On a beau retrouver un univers musical très familier, ceci n’est pas exactement identique à ce qu’on lui connait déjà.
    Il faut dire aussi que si Moonface (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)

  • Metric – Fromentera II

    En général, la productivité d’un.e artiste croit rarement avec les années. Mais il y a des exceptions. Alors que leur rythme était plutôt d’un album tous les trois ans, Metric livre déjà un successeur au Fromentera sorti l’an passé. Il se présente d’ailleurs comme le second volet d’un dyptique. La premier nous avait d’ailleurs laissé une impression très favorable, avec en exergue un dantesque Doomscroller (...)