Accueil > Critiques > 2012

Andrew Bird - Hands Of Glory

mercredi 31 octobre 2012, par marc

Cow-boy Andrew


Après Marissa Nadler ou Dominique A, voici encore un artiste qui complète son album d’un EP, Encore un album qu’on avait aimé et dont est content de trouver un petit prolongement. Comme souvent, ça ne concernera que les fans purs et durs, ceux qui ont vu les concerts de la dernière tournée et les ont forcément appréciés. Des gens comme moi quoi.

Il a fallu un peu de temps pour apprivoiser Break It Yourself, et c’est vraiment lors de son passage au Cirque Royal que tout s’était éclairé. On retrouve d’ailleurs ici une relecture plus minimale d’Orpheo Looks Back appelée plus simplement Orpheo. Plus déconcertants sont les morceaux traditionnels. Sans doute faut-il un bagage différent, une meilleure connaissance de ces morceaux, les considérer comme siens pour vraiment appréhender ce que les reprendre leur apporte. Je veux dire que sans connaitre la version originale depuis des années, If I Needed You, morceau de Townes Van Zandt également joué en concert, semble bien banal. La voix est d’ailleurs parfois tellement remplie d’écho qu’on pense sur When That Helicopter Comes entendre Jace Everett sur le générique de True Blood.

Certaines chansons sont tout simplement bonnes à la base (Spirograph), ou bien moins (Railroad Bill) et leur reprise suit naturellement la même tendance. Mais les morceaux les plus intéressants ici sont inédits et situés aux extrémités. Three White Horses est ainsi un morceau léger, mélodique, plus immédiatement accessible que ce qu’il a pu livrer récemment sur album. Beyond The Valley of the Three White Horses en présente une longue variation, reprenant notamment la langueur mélancolique des voix du morceau de base. On a moins l’habitude de voir Bird prendre ses aises dans de longs morceaux avec un violon en liberté, mais c’est sans doute une voie à creuser à l’avenir.

Éminemment anecdotique, cet EP de complément est là pour rappeler qu’Andrew Bird est un artiste libre, singulier et productif. On savait déjà tout ça, mais c’est toujours agréable d’en entendre la confirmation.

http://www.andrewbird.net/
http://www.myspace.com/andrewbird

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • HEALTH - RAT WARS

    Même après des années passées à autre chose (des musiques de film, des versions disco), la puissance de feu d’HEALTH a laissé une trace manifeste. Mais il a fallu un rabatteur de qualité pour qu’on ne passe pas à côté de cet album. Le souvenir bien qu’ancien était toujours cuisant et on retrouve le trio avec un plaisir certain.
    Ils ont collaboré avec Nine Inch Nails ou Xiu Xiu et ces cousinages semblent (...)

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)

  • Animal Collective – Isn’t It Now ?

    A une époque où la modernité n’est plus une vertu cardinale, il peut être étonnant de retrouver cette conjonction de talents (Avey Tare, Panda Bear, Deakin et Geologist) aussi en forme après près d’un quart de siècle d’existence. Avec Time Skiffs, on pouvait clairement parler d’une nouvelle période pour le groupe, un revirement vers plus de musique ‘figurative’ par opposition aux brillants collages (...)

  • Caleb Nichols - Let’s Look Back

    L’artiste qui aura fait le plus parler de lui en 16 mois est un prix qui ne rapporte rien sinon des critiques multiples et sans doute un peu de confusion de la part d’un lectorat débordé. Bref, après avoir pris congé de Soft People, l’actif Caleb nous a donné un album un opéra rock Beatles queer puis deux EP qui mélangeaient chansons et poèmes autour du personnage semi-autobiographique de Chantal. Sa (...)