Accueil du site > Musique > 2012 > DeVotchKa - Live With The Colorado Symphony

DeVotchKa - Live With The Colorado Symphony

lundi 26 novembre 2012, par Marc

Maximalisme


Une vie ne suffirait pas à faire la liste des mauvaises idées musicales. Les plus pernicieuses étant celles ne sont pas immédiatement détectables. Après Patrick Wolf qui revoit ses ambitions à la baisse et en sort de bien belles versions, c’est le trio DeVotchKa qui prend ses aises avec rien moins qu’un orchestre symphonique. On a connu quelques accidents industriels dans le genre, comme un Metallica finalement rigolo, mais aussi des confirmations brillantes comme celle que nous a apporté Antony cette année.

Les instruments autres que la guitare-basse-batterie ont toujours été présents chez DeVotchKa. Ce qui fait que cet orchestre ne fait que souligner et ajouter de l’ampleur à des morceaux qui souvent ne demandaient que ça. Dès The Alley, on constate le gain sensible en ampleur. N’attendez donc pas des versions compassées, mais quelques belles et remuantes choses. Contrabanda est de celles-là.

Quand un morceau brillant se trouve sur un album, il y a des chances que ce soit dû à la virtuosité de l’ingénieur du son. Il faut parfois attendre le verdict de la scène pour que le potentiel soit révélé. Pas de doute pour le virevoltant All The Sand In All The Sea qui monte encore d’un cran en intensité. Ne pas ralentir le morceau malgré la présence d’une belle brochette de musiciens est définitivement une bonne idée.

Je ne connaissais donc pas le somptueux final How It Ends qui lui aussi pourra figurer dans l’anthologie des morceaux de fin (projet à avorter prochainement). Firetrucks On The Boardwalk, morceau présent sur les versions étendues de 100 Lovers est un instrumental qui reçoit le renfort d’une chorale d’enfants. Il est donc particulièrement à sa place ici.

Ce ne sont pas les moments plus latinos qui me plaisent le plus, sans doute parce qu’ils sont moins propices à cette relecture (Along The Way). Par contre, ils cultivent toujours aussi bien cette forme de mélancolie enjouée comme peuvent le cultiver quelques ressortissants de l’est. Et, à l’instar de Beirut, on est surpris que ce soit un groupe américain qui puise dans ce large patrimoine.

On rappelle à tous les amateurs de Calexico, Beirut ou Get Well Soon d’ajouter cette formation à leur liste de courses (même s’ils n’ont pas la même constance et que la voix est un peu moins marquante), mais j’ai l’impression qu’ils ne m’ont pas attendu. Pour ceux qui découvrent, ce concert pourrait être une bonne introduction tant les morceaux du groupe du Colorado prennent de nouvelles couleurs avec ce traitement maximaliste. Dernière question, DeVotchKa, vous passez quand chez nous ?

http://www.devotchka.net/

Article écrit par Marc

Share on Facebook

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0