Accueil > Musique > Concerts > Shearwater + Dark Dark Dark + Father John Misty, Bota, 01/12/2012

Shearwater + Dark Dark Dark + Father John Misty, Bota, 01/12/2012

dimanche 2 décembre 2012, par Marc

Enroué mais magistral


On a déjà dit tout le bien que l’on pensait du tour manager Toutpartout qui organise une fois l’an Autumn Falls, le festival avec les groupes dont il s’occupe. On n’a beau n’avoir fait qu’une date, il faut saluer l’incroyable catalogue dont il dispose.

Quitte à assister à un long concert, autant qu’il se déroule un samedi. Chose peu habituelle, les trois noms étaient intéressants à des degrés divers. La seule fois que j’avais vu Father John Misty, il s’appelait encore J. Tillman, était barbu, assis seul à la guitare et assurait les premières parties des Fleet Foxes dont il était batteur. Après quelques bons albums profonds et austères, il a changé de nom, sortiun album et est parti en tournée avec 5 musiciens. Donc, la surprise est totale, parce que ces chansons très classiques mais pétries d’ironies sont servies avec beaucoup de verve, avec un déhanchement suggestif et un peu embarrassant. Il assure le spectacle en tous cas, et on passe un moment avec le sourire.

Le sourire est moins évident avec Dark Dark Dark. Articulées autour de la voix de la chanteuse, les morceaux sont plutôt intimes, et assez difficiles à cerner, ce qui fait que j’ai beaucoup écouté Who Needs Who sans qu’un avis ne puisse s’articuler. Le multi-instumentiste qui peut jouer de l’accordéon d’une main et de la trompette de l’autre et le batteur qui apporte beaucoup de variations subtiles sont indispensables sur scène. On a de vrais moments forts quand le tempo s’accélère, mais qui retombent un peu avec le rythme. Il suffit de se laisser aller, et cette soirée se prolonge agréablement.

Mais il faut être juste, c’est pour Shearwater qu’on est revenus. C’est la troisième fois de l’année (après la Rotonde et les Ardentes), mais on n’a même pas imaginé une seconde manquer ça. On sent tout de suite que quelque chose a changé pourtant, et c’est Jonathan Meiburg qui le confirme : il a attrapé froid. Après 198 concerts cette année et un musique qui n’épargne pas le vocaliste, ce n’est finalement pas étonnant. Il nous promet pourtant de ne pas se ménager. Et c’est exactement ce qui se passe, et on a pour une fois une meilleure interaction avec l’artiste. Il y aura bien quelques petits ratés (Animal Life, encore), mais après des tournées si longues, la force de frappe est impeccable. Et comme les albums se suivent dans l’excellence, ils n’ont que l’embarras du choix pour leur setlist. Comme toujours, ils donnent tout, renforcent les fins de morceau, soutiennent la toujours époustouflante performance vocale de Meiburg. Et quand vient le moment des rappels, Jonathan revient seul avec sa guitare, et s’enquiert des désirs du public. Et puis commence le déchirant Hail Mary tout seul comme un grand. Comme un tout grand. Oui, le reste du groupe pour l’épique The Snow Leopard et l’emblématique Rooks, et encore un autre, pour nous rassasier.

Une affiche consistante et un Shearwater aussi impeccable, il fallait être là à l’Orangerie pour un des secrets les plus étranges du rock, la confidentialité d’un groupe insurpassable de ce côté-ci de la stratosphère.

L’intégrale des images est ici : https://picasaweb.google.com/106469272975585107807/ShearwaterDarkDarkDarkFatherJohnMistyBota01122012

[Father John Misty]

[Father John Misty]

[Dark Dark Dark]

[Dark Dark Dark]

[Shearwater]

[Shearwater]

[Shearwater]

[Shearwater]

[Shearwater]

[Shearwater]

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • je tenais à vous remercier pour m’avoir fait découvrir ce groupe (je parle de shearwater) ; rooks et snow leopard tournent en boucle chez moi.

    repondre message

  • Ben pour ma part Marc, je ne sais plus si c’est toi qui m’a fait découvrir ce fantastique groupe mais en tous cas, c’est en lisant tes chroniques que je tenais absolument à les voir live... mon désir n’a été assouvi que cette année mais au moins je les aurai vu trois fois en qqs mois. Ce fut plus que sympa de suivre ce (presque) dernier concert de leur tournée en ta compagnie et je ne souhaite qu’une chose, revoir Shearwater au plus vite !

    repondre message

  • Merci pour ce CR ! On s’est raté une nouvelle fois car j’y étais également...

    J’ai pour ma part été légèrement déçu de la prestation de Shearwater. C’était de mon côté la 1ere fois que je les voyait dans leur nouvelle config (4e sinon) et j’ai préféré l’intimité et la subtilité des concerts précédents, même si les titres du dernier album sont très efficaces en live. Sa voix amoindrie et le fait que je n’aime pas la moitié de l’album a sans doute joué dans mon appréciation.

    Quand à Dark Dark Dark, j’ai adoré. Déjà plutôt fan sur album, je trouve qu’ils ont posé une chouette ambiance. On pourra reprocher la voix d’être par moment un peu enfouie dans l’instrumentation ou que le groupe semble trop scindé entre Nona Marie et les autres (voir leur disposition scénique, c’était assez frappant) mais rien à faire, j’ai craqué.

    Father John Misty, c’était une vaste blague, plutôt amusante à regarder. Faut dire que le gars a de l’humour, et c’est ça qui sauve le show car au niveau musical c’est très limité. On a souvent l’impression d’entendre la même chanson à base de coeurs pastoraux et de "Jesus Christ"...

    Voir en ligne : http://www.indierockmag.com

    repondre message

  • J’aurais préféré voir J. Tillman plutôt que que son escapade récréative country ... qui était sympathique mais dispensable.

    Par contre, Dark Dark Dark est certainement une superbe surprise. Magnifique atmosphère tout en retenue et après réécoute de l’album post concert , de véritables perles ( Tell me ou How it went down).

    Il est clair que Shearwater a passé un cap, favorisant l’électricité au détriment de la retenue ( si ce n’est le superbe Insolence)
    D’ailleurs, ne trouvez vous pas que les magnifiques Rook et Snow Leopard en rappel étaient un peu...fatigués ? Ou le contraste avec la première partie du set( plus rentre dedans) est trop importante ?
    Le haut fait dela soirée : Hail Mary ! Grand !

    Sinon, Menomena aussi pour moi au Bota ;-)

    Bonne journée.

    repondre message

    • @manousche

      C’est toujours un vrai plaisir de faire partager ses coups de cœur. Si je comprends qu’on n’aime pas Shearwater (pour être tout à fait honnête, ça me dépasse un peu en fait), ce serait dommage de passer à côté.

      @allow

      Tu as donc fait le grand chelem belge aussi. Content de t’avoir rencontré en tous cas

      @Guismo

      C’est peut-être leur concert le moins ’performant’ de la tournée, mais ils avaient des circonstances atténuantes. Dark Dark Dark a l’air d’avoir beaucoup plu, c’est un fait. Je suis content de les avoir vus, même si certains passages étaient plus forts que d’autres. Sur album, j’avais trouvé FJM plutôt sympathique, même si très oubliable à part le bon Forever Cemetery Sings

      @STIKO

      Oui, je préfère aussi J. Tilmann en mode solo. Mais quand on se lance dans un concert de trois heures au total, c’est plutôt bienvenu de commencer par quelque chose de léger. Et d’accord avec toi, Shearwater a eu l’air en bout de course à la fin. Mais comme je les avais déjà vus, ça ne m’a pas du tout frustré et c’était le concert le plus intime.

      A jeudi donc (je viens de mettre en ligne la critique de Menomena)

      repondre message

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)