Accueil > Musique > 2013 > Ra Ra Riot - Beta Love

Ra Ra Riot - Beta Love

dimanche 27 janvier 2013, par Marc

Après le virage


Il était temps que les critiques de l’année recommencent, et on va reprendre en douceur avec une vieille connaissance. Enfin, pas si vieille que ça, vu que ce n’est que le troisième album pour la formation de Syracuse, NY. Mais ils ont déjà connu leur grand virage, en tournant le dos à leur pop complexe (trop) bardée de violons pour tenter une pop (encore plus) complexe mais plus solide dans la production. Donc, ce groupe n’a jamais été aussi charmant qu’il l’aurait espéré, à cause de mélodies trop alambiquées pour rentrer dans l’oreille. Pourtant, il en faut plus pour écorner notre potentiel de sympathie.

Comme ce troisième album est encore plus synthétique que le précédent The Orchard, il impose une grille de lecture différente. Ils semblent renier les cordes qui avaient fait leur réputation (et la totalité de leurs réussites), même s’il en reste encore des traces. Dans la même catégorie du dernier Fanfarlo, Choir Of Youg believers ou Yeasayer et autres Shins, c’est-à-dire des groupes ayant fortement dévié de leur plan de base et qui se sont retrouvés à faire la même chose pour ne pas se laisser enfermer dans un carcan indé trop daté. Donc, oubliez une fois pour toutes la joyeuse mélancolie de Dying Is Fine (leur insurpassable morceau).

Ils ont donc réussi un album un peu plus solide, avec des moyens différents, comme un tempo plus élevé pour passer en force (Binary Mind), ce qui manque de la plus élémentaire subtilité mais bon, il faut reconnaitre que ça fonctionne tout comme le gros son qui Beta Love. Les voix de tête ne sont toujours pas ce que je préfère. Disons même pour être honnête que c’est une franche réticence de ma part. On peut penser à celle de Mercer des Shins sur Dance With Me, mais on les perd carrément le temps du refrain de What I Do For U). Il est en tout cas sympathique de les voir délirer à la guitare. Qui fait encore ça de nos jours ? My Morning Jacket ? Mais, peut-être un peu embarrassés, ils stoppent net. C’est en tout cas plus original que l’obligatoire poncif des synthés années ’80 (Angel Please)

Ce court album (il dure à peu près le temps d’un long morceau de Godspeed) devra être abordé comme celui d’un groupe nouveau, qui veut s’émanciper et se retrouve à faire la même chose que d’autres formations. Cette hypothèse posée, cet album marque une amélioration par rapport au précédent, même s’il ne devrait pas longtemps hanter nos ipods.

http://www.rarariot.com/

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)