Accueil > Critiques > 2013

Serafina Steer - The Moths Are Real

jeudi 14 février 2013, par marc


C’est sans doute une impression très personnelle, mais cette année commence calmement. Mais rassurez-vous, il y a encore beaucoup de découvertes à faire, et ce n’est pas demain qu’on va s’éviter la sensation d’être passé à côté de quelque chose. Serafina Steer a déjà sorti deux albums et ce n’est que sur le troisième que mon attention a été captée. Heureusement, Jarvis Cocker a été plus prompt pour défendre la jeune Anglaise, et il en a visiblement amplement fait la promotion. A un tel point qu’on le retrouve à la production et au chœurs de The Removal Man. Au rayon des connivences, elle a participé à l’aventure John Foxx and The Math où on retrouvait également Hannah Peel, autre chanteuse chère à nos cœurs.

Rien à faire, quand on me parle d’une harpiste, je crains un peu le plan aride. Je n’ai jamais pu m’immerger suffisamment dans l’œuvre de Joanna Newsom pour en retirer la substantifique moelle. Si vous êtes dans le cas, pas de problème à prévoir pour Serafina Steer. Quand la voix déboule, on est tout de suite rassurés. Rassurante comme Dido, calme comme Marie Modiano, la voix de Serafina Steer nous veut du bien.

Si l’envie vous prend de tendre l’oreille, la luxuriance de Night Before Mutiny et son violon soyeux est tout à fait remarquable. World Of Love, bien que toujours très fluide, lorgnerait plutôt du côté des artistes ‘à la lisière’ comme Clogs ou My Brightest Diamond. Ce n’est donc pas toujours pop et gentil, puisque la plage titulaire montre un versant plus aride, sans jamais être rêche ou rebutant cependant.

Et puis il y a aussi de la vraie intensité. La mélodie douce et la montée de fièvre de Lady Fortune sont proprement irrésistibles. Donc c’est du folk un peu pop, avec des morceaux discrets de virtuosité dedans. Elle tente même la sortie de gros beats sur Disco Compilation. Comme elle n’en fait pas trop dans le genre, ça passe pour un remix discret. Le petit EP de complément est plus atmosphérique et presque entièrement articulé autour d’un orgue.

Si je n’étais pas exagérément bavard, je me bornerais à conseiller sans réserve cet album à tout qui lit ce site régulièrement, parce que si j’ai aussi vite succombé, il en sera sans doute de même pour vous. Il en faut du talent pour que la virtuosité passe avec autant de douceur et de facilité. C’est en tout cas clairement mon premier coup de cœur de l’année. Dans un monde où une Agnes Obel a pu sortir du landerneau indépendant, on espère que le talent de Serafina lui donnera le succès qu’elle mérite. En attendant, elle rejoint une belle liste de chanteuses préférées et qu’on suivra sans doute aucun.

http://www.serafinasteer.com/
La vidéo de Night Berore Mutiny

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Ella Ronen – The Girl With No Skin

    Fuck Cute/I’m Tired of Cute/Cute has never served me
    Il ne faut pas se laisser tromper par la délicatesse d’Ella Ronen. Si on est séduit d’emblée par les plaisirs doux qui ne sont pas sans rappeler ceux de Marie Modiano (référence ancienne on en convient...), la jolie voix propose une écriture plus profonde, sans doute parce qu’elle repose sur un substrat qui a son content de drames.
    Une des (...)

  • Tomasso Varisco – These Gloves

    Les amis de nos amis (même récents) deviennent bien vite nos amis. En découvrant Stella Burns il y a peu, on ne savait pas que d’autres artistes se cachaient derrière comme Tommaso Varisco auquel Stella Burns prête ici main forte. Si ceci est moins marqué par l’americana mais c’est évidemment ce genre de terreau qui l’inspire. On est donc invités dans un road trip. Mais pas sur la route 66, ce périple (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)