Accueil > Critiques > 2013

Serafina Steer - The Moths Are Real

jeudi 14 février 2013, par Marc


C’est sans doute une impression très personnelle, mais cette année commence calmement. Mais rassurez-vous, il y a encore beaucoup de découvertes à faire, et ce n’est pas demain qu’on va s’éviter la sensation d’être passé à côté de quelque chose. Serafina Steer a déjà sorti deux albums et ce n’est que sur le troisième que mon attention a été captée. Heureusement, Jarvis Cocker a été plus prompt pour défendre la jeune Anglaise, et il en a visiblement amplement fait la promotion. A un tel point qu’on le retrouve à la production et au chœurs de The Removal Man. Au rayon des connivences, elle a participé à l’aventure John Foxx and The Math où on retrouvait également Hannah Peel, autre chanteuse chère à nos cœurs.

Rien à faire, quand on me parle d’une harpiste, je crains un peu le plan aride. Je n’ai jamais pu m’immerger suffisamment dans l’œuvre de Joanna Newsom pour en retirer la substantifique moelle. Si vous êtes dans le cas, pas de problème à prévoir pour Serafina Steer. Quand la voix déboule, on est tout de suite rassurés. Rassurante comme Dido, calme comme Marie Modiano, la voix de Serafina Steer nous veut du bien.

Si l’envie vous prend de tendre l’oreille, la luxuriance de Night Before Mutiny et son violon soyeux est tout à fait remarquable. World Of Love, bien que toujours très fluide, lorgnerait plutôt du côté des artistes ‘à la lisière’ comme Clogs ou My Brightest Diamond. Ce n’est donc pas toujours pop et gentil, puisque la plage titulaire montre un versant plus aride, sans jamais être rêche ou rebutant cependant.

Et puis il y a aussi de la vraie intensité. La mélodie douce et la montée de fièvre de Lady Fortune sont proprement irrésistibles. Donc c’est du folk un peu pop, avec des morceaux discrets de virtuosité dedans. Elle tente même la sortie de gros beats sur Disco Compilation. Comme elle n’en fait pas trop dans le genre, ça passe pour un remix discret. Le petit EP de complément est plus atmosphérique et presque entièrement articulé autour d’un orgue.

Si je n’étais pas exagérément bavard, je me bornerais à conseiller sans réserve cet album à tout qui lit ce site régulièrement, parce que si j’ai aussi vite succombé, il en sera sans doute de même pour vous. Il en faut du talent pour que la virtuosité passe avec autant de douceur et de facilité. C’est en tout cas clairement mon premier coup de cœur de l’année. Dans un monde où une Agnes Obel a pu sortir du landerneau indépendant, on espère que le talent de Serafina lui donnera le succès qu’elle mérite. En attendant, elle rejoint une belle liste de chanteuses préférées et qu’on suivra sans doute aucun.

http://www.serafinasteer.com/
La vidéo de Night Berore Mutiny

    Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • JJH Potter - Low tide

    Encore un artiste folk hexagonal et encore un détour qu’il est bon de faire. Ce premier album est publié par #14 records, le refuge du génial The Wooden Wolf, ce qui est évidemment ce qui a attiré notre attention. Une fois attirée, cette attention a été captée par cette voix claire et la limpidité revigorante des morceaux, hantés mais pas trop.
    L’accord des voix sur Lonely Star pourrait être une version (...)

  • Pollyanna - Man Time (EP)

    Elle est bien vivante, la scène folk française et on en veut pour preuve cette découverte de la Lilloise Isabelle Casier sous le nom de Pollyanna. C’est d’autant plus réussi que l’origine hexagonale est indétectable. Et comme souvent, on déborde du cadre du folk traditionnel et c’est bienvenu.
    On remarque tout de suite cette voix claire qui suit tous les traitements musicaux. Parce que de folk, il (...)

  • Will Sheff - Nothing Special

    On peut toujours se demander ce qui pousse des artistes a priori seuls maitres à bord de leur formation à vouloir se lancer dans l’exercice solo. On sait depuis toujours qu’Okkervil River, c’est Will Sheff et les musiciens avec qui il a envie de travailler. Lui qui avait annoncé Okkervil River R.I.P. sur l’album Away (qui du reste n’est pas le dernier) semble maintenant faire de cette déclaration une (...)

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk (...)