Accueil > Musique > 2013 > Boy And The Echo Choir - It All Shines

Boy And The Echo Choir - It All Shines

mercredi 20 février 2013, par Marc

Allez chercher l’émotion


Dans la courte liste de nos découvertes qui ont fini par trouver leur public, une des plus belles était cette Boy. Caroline Gabard nous revient, et sa chorale de l’écho reste à géométrie variable puisqu’on ne retrouve que Rachel Langlais et Thomas Van Cottom de façon récurrente, plus quelques invités qui viennent relever les morceaux sans que la cohérence n’en soit affectée.

Comme souvent, la critique tardive aura permis de se repencher sur cet album discret, mais secrètement bourré jusqu’à la gueule d’une émotion qui ne s’impose pas, mais va se chercher et se trouve immanquablement.

Même si ce n’est pas un album dominé par l’électricité, une bonne partie du relief vient de cette présence tellurique d’une guitare sur Last, The Sound ou Why Can’t We. Si vous tendez l’oreille sur cette dernière, le bruissement viendra à vous. C’est en tout cas un de ces moments chargés d’une intensité rentrée, qui fait mouche à chaque fois, et on s’étonne d’ailleurs que ce morceau soit si court tant il condense de l’intensité brute. The Organs a aussi cette petite flamme et une fausse nonchalance qu’une Hope Sandoval aimerait retrouver. On retrouve d’ailleurs sur cette plage l’aide de Vincent Dupas, qui officie sous le même label My Little Cab Records en tant que My Name Is Nobody.

On a pu être tentés d’évoquer Soap & Skin qui nous enchantait à la même époque, mais le chant est ici plus distancié, moins expressionniste. Les mélodies ne sont pas vraiment mises en avant, c’est un accompagnement comme un autre. Sans ce point d’accroche évident, la musique de Boy doit trouver d’autres arguments qui viennent de la musique elle-même. Et avec une mélancolie moins noire, la beauté de cet album est un peu moins immédiate. Impossible Heart plus dans la lignée du premier album et est un des moments marquants de cet album, une des raisons qui feront que vers le mois de décembre, le souvenir de cet album ne sera pas dissipé.

Moins chargé en émotion pure, cet album confirme qu’on tient avec Boy And The Echo Choir un groupe qu’on suivra, comme on suit Lisa Germano, Wovenhand ou Soap & Skin, des artistes pour lesquels on sera toujours prêts à gratter sous la surface, et aller chercher dans la longueur une émotion qu’on sait tapie. Il y a assez de morceaux marquants pour nous forcer à revenir sur cet album, pour nous prouver qu’on avait raison de fondre complètement sur le précédent. Laissez le temps agir, tout cet album finira par se révéler.

http://boyandtheechochoir.bandcamp.com

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Boy And The Echo Choir - It All Shines 21 février 2013 12:27, par Christophe

    Bonjour Marc,

    Effectivement, pour moi cet album est pour le moment un des meilleurs de ce début d’année (avec Claire Diterzi). Je ne connaissais pas vraiment ce groupe et j’ai été happé par cette musique remplie de mélodies tourmentées et cette voix mélancolique qui me fait craquer.
    Un bien bel album que j’ai moi-même déjà chroniqué !

    Christophe

    Voir en ligne : http://edgarsmiouzik.wordpress.com/

    repondre message

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)